Pierre de Chauvin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Nouvelle-France
Cet article est une ébauche concernant la Nouvelle-France.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chauvin.
 Ne doit pas être confondu avec Pierre Chauvin de La Pierre.
Pierre de Chauvin
Biographie
Naissance
Décès

Pierre de Chauvin, sieur de Tonnetuit, né à Dieppe (Normandie, France) avant 1575 et mort à Honfleur en février 1603[n 1], est un capitaine de la marine et de l'armée française, lieutenant-général de la Nouvelle-France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et vie de famille[modifier | modifier le code]

Pierre de Chauvin vient d'une famille de marchands. Il eut fils, François, avec sa première femme, Jeanne de Mallemouche, puis épousa Marie de Brinon en secondes noces[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Huguenot, Pierre de Chauvin sollicita, en 1599, une commission du roi Henri IV pour obtenir le monopole pour dix ans de la traite des fourrures en Nouvelle-France, qui lui fut accordée à condition d'y fonder une colonie et d'y établir la religion catholique. De Chauvin ne tint aucune de ses promesses, et s'occupa exclusivement de la traite des fourrures à Tadoussac, qu'il fonda en 1600[1].

François Gravé du Pont, aussi appelé de Pontgravé, qui l'accompagnait, remonta le fleuve jusqu'à Trois-Rivières. Pierre de Chauvin mourut en 1603.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. dans une maison toujours existante, située, 35, boulevard Charles V. Une plaque à sa mémoire y est apposée[réf. nécessaire].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Morley 1966, p. 214

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire du Canada, par les Frères des Écoles chrétiennes, cours moyen, 1916.
  • William F. E. Morley, CHAUVIN DE TONNETUIT, PIERRE DE, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, (lire en ligne), p. 214-215

Articles connexes[modifier | modifier le code]