Pierre de Boissieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre de Boissieu
Image illustrative de l'article Pierre de Boissieu
Fonctions
Secrétaire général du Conseil de l'Union européenne

(1 an, 6 mois et 24 jours)
Prédécesseur Javier Solana
Successeur Uwe Corsepius
Biographie
Date de naissance (72 ans)
Lieu de naissance Paris
Nationalité Française

Pierre de Boissieu est un diplomate français, qui a été secrétaire général du Conseil de l'Union européenne, de l'entrée en vigueur du Traité de Lisbonne jusqu'au .

Pour le quotidien d’information spécialisé Europolitique, « Bien plus qu’un acteur clé de la construction européenne, Pierre de Boissieu est quasiment une légende pour toute une génération de diplomates, d’eurocrates et de journalistes qui ont arpenté les couloirs de l’Europe entre le milieu des années 1970 et la fin de la dernière décennie. »[1].

Il est ancien élève de l’École nationale d’administration (promotion Thomas More).

Il est le fils de Michel de Boissieu, grand résistant et Conseiller référendaire à la Cour des comptes, et frère de Christian de Boissieu économiste et président du CAE. Il est également apparenté au général Alain de Boissieu[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre de Boissieu a été membre du cabinet du français François-Xavier Ortoli, vice-président de la Commission européenne. À cette fonction, « il ne sera pas étranger au succès de deux initiatives qui ont pavé le chemin de l’euro : la fondation du Système monétaire européen et la création de l’unité de compte européenne : l’écu », selon le quotidien spécialisé Europolitique[1].

Il a alors été l’un des principaux négociateurs et rédacteurs du traité de Maastricht conclu en décembre 1991. Il est l’inventeur de l’organisation en trois piliers, qui a fini par s’imposer[3]. « Poids très lourd dans les enceintes du conseil », il devint « le conseiller très écouté tant de François Mitterrand que de Jacques Chirac »[1].

Après avoir dirigé le service de coopération économique au Ministère des Affaires étrangères[2], Pierre de Boissieu a été représentant permanent de la France auprès des Communautés européennes de 1993 à 1999.

Concernant sa conception de l’Europe, Le Figaro estime en 2001 qu’ « Il en a une vision gaullienne, qui croît plus dans la volonté commune d’États souverains qu’à l’émergence d’une véritable supranationalité. »[3]

Il devint secrétaire général adjoint du Conseil de l'Union européenne le . Selon Europolitique, alors que le secrétaire général Javier Solana se consacrait aux affaires internationales, Pierre de Boissieu « est devenu le patron absolu de l’institution. Sa connaissance des dossiers, des mécanismes institutionnels, du personnel politique des États membres de l’UE l’ont rendu incontournable. »[1].

Le , Pierre de Boissieu a été choisi comme Secrétaire général du Conseil de l'Union européenne, l’un des trois postes créés par le Traité de Lisbonne avec celui de président du Conseil européen (Herman Van Rompuy) et de Haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité (Catherine Ashton)[4]. Le Secrétaire général joue un rôle crucial pour l’organisation des travaux européens dont il assure la coordination. Pierre de Boissieu a été nommé pour deux ans jusqu'à l’été 2011[5].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Marc Paolini, « Pierre de Boissieu, une légende de Bruxelles », sur europolitique.info, .
  2. a et b Marion Van Renterghem, « L'éminence de Bruxelles », Le Monde, Le Monde,‎ , p. 3.
  3. a et b Hervé Bentégeat, Pierre de Boissieu, le commandeur de Bruxelles, sur Le Figaro, 1er juin 2001, page 20.
  4. [PDF]« Réunion informelle des chefs d’États ou de gouvernements, Bruxelles, le 19 novembre 2009; communiqué de presse », sur consilium.europa.eu.
  5. Un diplomate français nommé à un poste administratif clé de l'UE, AFP (via Google News), 19/11/2009.
  6. Décret du 13 juillet 2010 portant promotion.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • De Boissieu's the boss, in Prospect magazine, avril 2002