Pierre d'Arrablay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pierre d'Arrablay
Image illustrative de l’article Pierre d'Arrablay
Pierre d'Arrablay
Biographie
Naissance
Arrablay
Décès entre 1329 et 1331
Avignon
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par le
pape Jean XXII
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de Sainte-Suzanne
Cardinal-évêque de Porto e Santa Rufina

Pierre d'Arrablay (ou d'Arrabloy), né en 1260 et mort en 1331 (ou en 1329)[1], était un juriste et un cardinal français du début du XIVe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Jehan d'Arrabloy, sénéchal du Quercy et du Périgord sous Philippe IV le Bel.

Il étudie le droit et devient clerc, occupant les fonctions d'archidiacre de Narbonne, de Bourbon puis de chanoine de Périgueux et de Cahors[2].

D'Arrablay devient par la suite chancelier du deuxième fils de Philippe IV, le comte de Poitiers. Le 22 juillet 1316 il est nommé chancelier de France par celui-ci, devenu régent à la mort de son frère aîné Louis X. Il remplace à ce poste Étienne de Mornay, créature de Charles de Valois qui avait la haute main sur les affaires lors du règne précédent.

Dans ces temps troublés d'interrègne, le nouveau chancelier semble avoir eu une part notable dans l'exercice du pouvoir puisqu'il participe à tous les conseils convoqués par le régent. Il assiste au contrat de mariage entre le duc Eudes IV de Bourgogne et Jeanne de France, fille du comte de Poitiers. Cette union devait symboliser la réconciliation entre ces deux princes qui s'étaient opposés au sujet de la succession de Louis X.

En décembre de la même année, sur la demande de Poitiers, le pape Jean XXII le crée cardinal-évêque de Porto et de Sainte-Suzanne, ce qui le contraint à céder sa place de chancelier. Toutefois, quelques semaines plus tard, c'est lui qui préside l'assemblée du 2 février 1317 chargée d'entériner l'accession au trône du comte de Poitiers, devenu Philippe V et d'ores et déjà sacré à Reims.

Le cardinal d'Arrablay meurt entre 1329 et 1331 selon les sources.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François du Chesne, Histoire de tous les cardinaux françois de naissance ou qui ont été promus au cardinalat par l’expresse recommandation de nos roys, Paris, 1660.
  • Anselme de Sainte-Marie, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, des pairs, grands officiers de la Couronne et de la maison du roi, des anciens barons du royaume avec les qualités, l’origine, le progrès et les armes de leurs familles, Paris, 1712.
  • J. B. Christophe, Histoire de la papauté pendant le XIVe siècle avec des notes et des pièces justificatives, Paris, 1853.
  • Ch. Berton, Dictionnaire des cardinaux, contenant les notions générales sur le cardinalat et la nomenclature complète des cardinaux de tous les temps et de tous les pays, Paris, 1857.
  • Guillaume Mollat, Contribution à l’histoire du Sacré Collège de Clément V à Eugène IV, Revue d’histoire ecclésiastique, T. XLVI, 1961.
  • J. de. Font-Réaulx, Les cardinaux d’Avignon, leurs armoiries et leurs sceaux, Annuaire de la Société des amis du palais des papes, XLVII – LII, no 140 à 186, 1971 – 1975.
  • Nicolas Viton de Saint-Allais, De l'ancienne France, 1834 books.google.fr
  • Olivier Canteaut, Philippe V et son Conseil : le gouvernement royal de 1316 à 1322, 2000 résumé

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ivan Gobry, Philippe V, Coll. Histoire des rois de France, Paris, Pygmalion, 2010.
  2. Mémoire de la société des Antiquaires du Centre, Bourges

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]