Pierre aux dix doigts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pierre aux dix doigts
Image illustrative de l’article Pierre aux dix doigts
Vue générale de l'édifice
Présentation
Type polissoir
Période Néolithique
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1993)
Caractéristiques
Géographie
Coordonnées 48° 15′ 16″ nord, 3° 41′ 57″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Commune Villemaur-sur-Vanne
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Pierre aux dix doigts
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
(Voir situation sur carte : Grand Est)
Pierre aux dix doigts
Géolocalisation sur la carte : Aube
(Voir situation sur carte : Aube)
Pierre aux dix doigts

La Pierre aux dix doigts est un polissoir situé à Villemaur-sur-Vanne, dans le département français de l'Aube.

Historique[modifier | modifier le code]

Le polissoir est inscrit au titre des monuments historiques le [1].

Description[modifier | modifier le code]

La Pierre aux dix doigts est située sur la commune de Villemaur-sur-Vanne à environ 2 km à l'ouest du centre du village. Elle repose à la lisière du bois de Villemaur, près du croisement de deux chemins, au lieu-dit Le Luteau.

Le polissoir est constitué d'un monolithe dont la partie hors sol mesure 2 m de longueur sur 1,85 m de largeur et 0,30 m d'épaisseur. Il comporte 12 rainures et 7 cuvettes de polissage. Sur une représentation d'Émile Pillot datée de 1881, le polissoir comporte 3 rainures et 2 cuvettes supplémentaires, probablement détruites depuis. La profondeur des rainures, de 3 cm à 6 cm et leur longueur, de 24 cm à 76 cm, indiquent que le polissoir fut utilisé de manière très significative[2].

Folklore[modifier | modifier le code]

Selon une légende, les rainures sont attribuées à Saint Flavy : couché près de la pierre, il s'y serait appuyé des deux mains pour se relever y laissant alors l'empreinte de ses doigts. Selon la tradition, la pierre était fréquentée par les malades fiévreux qui attachaient des fils de laine aux branches des arbres environnants pour se voir délivrés de leur fièvre[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Adrien de Mortillet, « Les polissoirs de Villemaur (Aube) », L'homme préhistorique, no 2,‎ , p. 44-49 (lire en ligne)
  • D. Jourdain, « A la découverte des mégalithes... », dans A la découverte des mégalithes de l'Aube - dolmens-menhirs et polissoirs, Éditions des musées de Troyes et de l'ARPEPP, , 103 p. (ISBN 2-901635-15 (édité erroné), notice BnF no FRBNF35094982), p. 57 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Modèle tridimensionnel manipulable et téléchargeable de la Pierre aux dix doigts (construit par stéréophotogrammétrie)