Pierre Yovanovitch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierre Yovanovitch
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (53 ans)
NiceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Pierre Yovanovitch, né le 17 août 1965 à Nice, est un architecte d’intérieur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maison Pierre Yovanovitch

Pierre Yovanovitch commence sa carrière en 1990 dans la mode masculine chez Pierre Cardin à Bruxelles puis à Paris jusqu’en 2000. En 2001, Pierre Yovanovitch ouvre son agence « Pierre Yovanovitch Architecture d’Intérieur ». Il conçoit des projets résidentiels, institutionnels et commerciaux en France, en Suisse, en Belgique, en Angleterre, en Israël, aux États-Unis.

En 2016, la Maison Pierre Yovanovitch s’installe dans un hôtel particulier du début du XVIIIe siècle, dans le 2ème arrondissement de Paris, rue Beauregard. Une équipe de plus de 30 personnes occupe un hôtel particulier entièrement remodelé et restauré, où cohabitent architecture, architecture d’intérieur, design, décoration et art contemporain.

Au printemps 2018, Pierre Yovanovitch ouvre sa première adresse outre-Atlantique sur la Madison Avenue à New York.

Son œuvre : style et inspirations[modifier | modifier le code]

À travers ses projets, Pierre Yovanovitch introduit dans l’univers de l’architecture d’intérieur et de la décoration ce que le magazine AD France désigne comme étant un nouveau style « Made in France » : le meilleur du savoir-faire artisanal français tout en restant ouvert aux influences et aux talents venus d’ailleurs[1]. Les lignes tendues des dessins composent une architecture structurée. La presse retient du travail de Pierre Yovanovitch sa vision contemporaine d’un luxe sans ostentation[2] , son goût pour les matières nobles et authentiques (marbre, pierre, bronze, métal, céramique)[3] qu’il fait travailler par des artisans chevronnés.

Collectionneur de design et d’art contemporain, Pierre Yovanovitch s’intéresse tout particulièrement aux créateurs des pays du Nord (Frits Henningsen, Axel Einar Hjorth, Paavo Tynell, Flemming Lassen, Rasmus Fenhann, Harri Koskinnen), américains (Paul Laszlo, Paul Frankl, Robsjohn-Gibbings, James Mont, Harvey Probber) et français (Robert Mallet-Steavens Robert Mallet-Stevens, Paul Dupré-Lafon, Jean-Michel Frank Jean-Michel Frank) des années 1930 à 1960. Il affectionne aussi les arts appliqués comme la céramique et le design. En matière d’architecture, il cite volontiers le XVIIe siècle français mais aussi les contemporains : Sanaa, Tadao Ando, Kengo Kuma, John Pawson, Herzog & De Meuron. Collectionneur, Pierre Yovanovitch est passionné de design et d’art contemporain qu’il intègre dans ses projets. Des artistes comme Georg Baselitz, Rosemarie Trockel, Johan Creten, Nendo, Thomas Schütte, Wilhelm Sasnal, Camille Henrot et Adel Abdessemed. Il dessine son propre mobilier en bois massif, en métal, ou encore en céramique. En constante évolution, le style de Pierre Yovanovitch reste fidèle à des fondamentaux : pureté, équilibre, confort et modernité.

Parcours et projets[modifier | modifier le code]

C’est en septembre 2006 que Pierre Yovanovitch se fait véritablement connaître. En marge de la Biennale des Antiquaires à Paris, il accueille dans son appartement situé sur le quai Anatole France l’exposition de la Galerie Eric Philippe[4] consacrée au designer suédois Axel Einar Hjorth et au mouvement décoratif des années 1920 appelé « la Grâce Suédoise ». En 2010, Pierre Yovanovitch est le seul Français à figurer dans le « AD100 »[5], classement des meilleurs architectes d’intérieur et décorateurs du monde, édité par le Architectural Digest. En janvier 2017, et 2018[6] l’architecte d’intérieur est de nouveau salué dans ce classement par le magazine de référence américain.

Surtout connu pour de grands appartements de maître ou d'hôtels particuliers publiés dans la presse internationale, Pierre Yovanovitch s’exprime dans des contextes de natures très différentes. Projets résidentiels, institutionnels, hôteliers et commerciaux ambitieux qu’il réalise à travers le monde : un château XVIIème en Haute Provence[7], un penthouse dans un chalet à Andermatt-Suisse, une maison de maître à Bruxelles. Pierre Yovanovitch a réalisé l’architecture d’intérieur de l’Hôtel Marignan situé en plein cœur du Triangle d’Or à Paris et ouvert fin 2012. Début 2015, il met le point final au premier flagship Beauté de Christian Louboutin, galerie Véro-Dodat à Paris.[8] L’année 2015 est marquée par l’inauguration de la Patinoire Royale de Bruxelles[9], musée privé consacré à l’art contemporain. La scénographie de la première exposition ayant également été confiée à Pierre Yovanovitch. En 2016, le groupe Kering confie à Pierre Yovanovitch la conception des bureaux de la Présidence pour son siège social. En 2018, Pierre Yovanovitch signe l’architecture et la décoration de la Quinta da Côrte, chai de porto et maison d’hôte au cœur du Douro, Portugal[10].

Scénographie et art[modifier | modifier le code]

Pierre Yovanovitch réalise des scénographies d’expositions : Il a participé aux manifestations de AD Intérieurs organisées par le magazine français AD de 2010 à 2014, chez Artcurial (2010, 2011, 2012), au Clos des Bernardins (2013), puis aux Arts décoratifs (2014) à Paris créant à chaque fois une pièce autour d’un thème donné. Il scénographie également le stand Puiforcat pour le groupe Hermès au Salon Maison & Objet en janvier 2011, les stands des Galeries Aveline et Christophe de Quénetain à la TEFAF de Maastricht en 2014, puis en 2016 et celui de la Galerie Neuse à la dernière Biennale des Antiquaires puis à la TEFAF 2017, pour la troisième année consécutive.

Patinoire royale de Bruxelles

En 2013, Il met en scène le contenu de la vente « Design Scandinave vs Brésilien » pour la maison de ventes Piasa Rive Gauche. Exercice qu’il réitère pour la vente inaugurale de design Brésilien et Scandinave de la Maison Piasa en Belgique au sein de la Patinoire Royale le 26 juin 2018. En 2016, le galeriste Kamel Mennour confie l’architecture d’intérieur d’une première galerie située avenue Matignon à Paris, ouverte en mai de cette même année puis d’une seconde à Londres dans le quartier de Mayfair, au 51 Brook Street, ouverte en octobre 2016[11].

En 2018, Pierre Yovanovitch imagine la scénographie du stand R & Company pour la célèbre foire Design/Miami Basel en Suisse, y présentant également plusieurs pièces inédites de mobilier de sa création.

Invité par la Villa Noailles – Centre d’art d’intérêt national – Pierre Yovanovitch préside le jury du 3ème Festival international d’architecture d’intérieur à Toulon dans le cadre de Design Parade 2018. A cette occasion il conçoit une exposition intitulée « L’érotomanie de Mlle OOPS » présentée au sein de l’ancien évêché de Toulon du 28 juin au 30 septembre 2018[12].

Création de mobilier[modifier | modifier le code]

En septembre 2017, Pierre Yovanovitch dévoile pour la première fois au grand public une vingtaine de pièces de mobilier inédites à la galerie de design newyorkaise R & Company. Des créations exclusives spécialement pensées pour l’exposition - qu’il a baptisée avec humour « OOPS ».

Articles[modifier | modifier le code]

  • Gisela Williams, "A few rooms, tons of charms", Departures, USA, Juin 2018, p. 78
  • Laurine Abrieu, "Pierre Yovanovitch.", Milk Décoration, France, Juin 2018, p. 44
  • Joshua Levine, "Wild life", Architectural Digest, USA, Avril 2018, p. 150
  • Tiffany Jow, "Ideas in design", Surface, USA, Janvier Février 2018, p. 26
  • Ian Phillips, "Perfect harmony", Architectural Digest AD100, USA, Janvier 2018, p. 184
  • Sarah Medford, "Room to breathe", WSJ Magazine, USA, Novembre 2017, p. 102
  • Marie Godfrain, "La Maison Yovanovitch", IDEAT Spécial Architecture, France, Juin 2017, p. 98
  • Philippe Trètiack, "Pierre Yovanovitch at work", Elle Décoration, France, Avril 2017, p. 124
  • Leanne Shapton, "French Connection", Architectural Digest AD100, USA, Janvier 2017, p. 126
  • Sylvie Wolff, "Un homme d'influences", Styles l'Express, France, Octobre 2016, p. 56
  • Thibaut Mathieu, "Duplex des neiges", AD France, France, Janvier 2016, p. 134
  • Félicia du Rouret, "Wall to wall Parisian chic", Madame Figaro, France, Septembre 2015, p. 134
  • Ian Phillips, "Family connections", Elle Décor, USA, Septembre 2015, p. 170
  • Sean J. Rose, "Renaissance", Numéro, France, Juillet 2015, p. 98
  • Katya Foreman, "The chic of the nouveau", Departures, USA, Juin 2015, p. 108
  • Thijs Demeulemeester, "Pierre Précieux", Sabato, Belgique, Avril 2015, p. 14
  • Ian Phillips, "Self-portrait with furniture", Interior Design, USA, Juillet 2014, p. 184
  • Axelle Corty, "Art and Material", Connaissance des Arts, Hong Kong, mai 2014, p. 32
  • Ian Phillips, « Noble effort », ELLE DECOR, USA, décembre 2013, p. 132
  • Eric Jansen, « Art of living», Vogue, Chine, octobre 2013, p. 81
  • Adélaïde De Clermont-Tonnerre, « Les états d’art de Pierre Yovanovitch », Point de vue, septembre 2013, p. 54
  • Marie Godfrain, « Métamorphoses intérieurs », M le Monde, France, 31 août 2013, p. 63
  • Félicia Du Rouret, « Écrin Tropézien », Madame Figaro, France, août 2013, p. 82
  • Laurent Montant, «  La vie de château », Elle décoration, France, juillet-août 2013, p. 2
  • Ayesha Khan, « Bringing sexy back », PRESTIGE, Singapour, juin 2013, p. 244
  • E. Dawson, « Refuge après la bataille », AGEFILIFE, Suisse, mai 2013, p. 63
  • Roberta De Lucca, « Calor com estilo », CASA VOGUE, Brésil, mai 2013
  • Sergio Da Silva, « Les objets cultes de Pierre Yovanovitch », ELLE, 29 mars 2013, p. 176
  • Anne-Marie Cattelain-le Dû, « Un hôtel très particulier », HOTEL & LODGE, avril 2013, p. 14
  • Ian Phillips, « French polish », BELLE, Australie, janvier 2013, p. 110
  • Sandra Ballentine, « Profil in style », The New York Times, USA, novembre 2012, p. 30
  • Wendy Goodman, « 95 steps to the sky », NEW YORK MAGAZINE, USA, octobre 2012, p. 50
  • Catherine Saint-Jean, « Les décorateurs français : des superstars », FIGARO, France, 16 octobre 2012, p. 3
  • Cédric Morisset, « L’élégance à la Française », Air France Magazine, septembre 2012, p. 100
  • Aude De la Conte, « The 10 Leading French Designers » HOUSE & GARDEN, UK, juillet 2012, p. 111
  • Marion Bley, « Un château d’aujourd’hui », AD France, mai 2012, p. 173
  • Ellen Himefarb, « Best in class », INTERNATIONAL ARCHITECTURE & DESIGN, Canada, Printemps 2012, p. 34
  • Robert Colona d'Istria, « Rive gauche grandeur », HOUSE & GARDEN, UK, novembre 2011, p. 212
  • Antoine Moreno, « Combles d’élégance », Le Vif/L'Express, Belgique, octobre 2011, p. 65
  • Danielle Miller, « Pièce de résistance » STELLA, UK, mai 2011, p. 54
  • Jean Bond Rafferty, « Self taught chic », MODERN, USA, Printemps 2011, p. 122
  • Gabriel Martel, « Parmi les 100 meilleurs au monde : Pierre Yovanovitch », MAROC PRESTIGE, mars 2010, p. 100
  • Adrian Von Moos, « Lo studio della semplicità » AD Italie, mai 2010, p. 170
  • Serge Gleizes, « Le luxe discret de Yovanovitch », IDEAT, France, octobre 2010, p. 146
  • Tetsuya Toyoda, « Pierre Yovanovitch », DESIGNERS’, Japon, octobre 2009, p. 124

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • ELLE Décoration : Vivre avec l'art, James Ivory & Bob Wilson, 2015, p.177 à 185
  • Maisons Parisiennes, de Guillaume de Laubier et Catherine Synave, Flammarion, 2014, (ISBN 978-2-0813-4310-8), p.166 à 171
  • Intérieurs : De Louis XV à Andrée Putman, de Barbara et René Stoeltie, Flammarion, 2013, (ISBN 978-2081295230), p. 330 à 339
  • Interiors Now, Margit J. Mayer et Ian Phillips, Tashen, 2013, page de couverture + p. 324 à 333
  • Brilliant : White in Design de Linda O’Keeffe, The Monacelli Press, 2011, p. 156 et 157, p. 166, p. 167
  • La Magie de Paris Intérieurs d’Exception de Barbara et René Stoeltie, Fonds Mercator, 2010, « Un Appartement sur Mesure-Pierre Yovanovitch », p. 104
  • Paris, un Art de Vivre d’Alexandra d’Arnoux et Jacques Denarnaud, Éditions du Chêne-Hachette Livres 2010, « Un Nomade sentimental » p. 206
  • Regency Redux : Napoleonic, Classical Moderne and Hollywood Regency de Kelly Wearstler et Emily Evans Eerdmans, Rizzoli, 2008, p. 84 et 85.

Citations[modifier | modifier le code]

  • "White underlines the strength, fluidity and sobriety of a good piece of architecture"

(Brilliant : White in Design de Linda O’Keeffe)

  • "Les réalisations de l’architecte d’intérieur français Pierre Yovanovitch pourraient être comparées au patron à la craie d’un patron sur mesure, exécuté par un bespoke tailor londonien de Savile Row, car le nom de Yovanovitch est indissolublement lié à la perfection"

(la Magie de Paris Intérieurs d’exception – Pierre Yovanovitch de Barbara et René Stoeltie)

  • "On remarque chez lui plusieurs constantes en dehors de sa passion pour l’architecture qui inspire le projet intérieur : des volumes clairs et structurés, l’amour des meubles bien dessinés néoclassiques ou design américain des années 50- de belles matières, des finitions impeccables"

(Paris, un Art de Vivre d’Alexandra d’Arnoux et Jacques Denarnaud)

Prix et conférences[modifier | modifier le code]

Pierre Yovanovitch a reçu le Talent de l’élégance en 2007 lors de la cérémonie des Talents du Luxe organisée par le Centre du Luxe et de la Création. Il a donné plusieurs conférences notamment au pavillon des Arts et du Design sur le mobilier suédois et à Maison&Objet sur les rénovations dans l’hôtellerie.

En 2010, Pierre Yovanovitch est le seul Français à figurer dans le « AD100 », classement des meilleurs architectes d’intérieur et décorateurs du monde, édité par le magazine américain Architectural Digest.

En janvier 2017, et 2018[6] l’architecte d’intérieur est de nouveau salué dans ce classement par le magazine de référence américain.

Aussi en 2018, il rejoint le classement A-List des meilleurs architectes selon le ELLE Décor.[13]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Pierre Yovanovitch fait preuve d’un art du mélange radical finalement très français », AD France, novembre 2010
  2. « Ses créations chic et luxueusement épurées sont la signature de cet architecte d’intérieur », Anne Rogier, Les États d’art de Pierre Yovanovitch dans Point de vue, septembre 2013
  3. « Renouant avec la tradition des grands ensembliers du début du XXe siècle, cet homme au physique de jeune premier livre des intérieurs à l’élégance intemporelle où la sobriété des compositions est marquée par la richesse du traitement des matières » Virginie Seguin, résidences Décoration, décembre 2013
  4. « En longeant la Seine », sur lefigaro.fr, (consulté le 2 août 2018)
  5. (en) « 2010 AD100: Pierre Yovanovitch », sur architecturaldigest.com, (consulté le 2 août 2018)
  6. a et b (en) « 2018 AD100: Pierre Yovanovitch Architecture d'Intérieur », sur architecturaldigest.com, (consulté le 2 août 2018)
  7. « Le château contemporain de Pierre Yovanovitch », sur lesechos.fr, (consulté le 2 août 2018)
  8. « Au cœur de la première boutique beauté Christian Louboutin », sur madame.lefigaro.fr, (consulté le 2 août 2018)
  9. « La Patinoire royale, galerie et marchande », sur liberation.fr, (consulté le 2 août 2018)
  10. « Pierre Yovanovitch signe un hôtel dans la vallée du Douro », sur admagazine.fr, (consulté le 2 août 2018)
  11. (en) « Parisian Dealer Kamel Mennour Will Launch Fourth Gallery in London », sur artnet.com, (consulté le 2 août 2018)
  12. « Design Parade Toulon : sur les traces de la mystérieuse Mlle Oops », sur lemonde.fr, (consulté le 2 août 2018)
  13. (en) « THE A-LIST: 100+ OF THE BEST INTERIOR DESIGNERS FROM MILAN TO MIAMI », sur elledecor.com, (consulté le 2 août 2018)