Pierre Wissmer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierre Wissmer

Naissance
Genève, Drapeau de la Suisse Suisse
Décès (à 77 ans)
Valcros, (Var) Drapeau de la France France
Activité principale compositeur, pédagogue
Formation Conservatoire de Genève, Schola Cantorum de Paris, École normale de musique de Paris
Maîtres Robert Casadesus, Daniel-Lesur, Charles Münch
Enseignement Conservatoire de Genève, Schola Cantorum de Paris

Pierre Wissmer, né le à Genève et mort le à Valcros (Var, France) , est un compositeur français d'origine suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formé au Conservatoire de Genève, il reçoit les conseils de Robert Casadesus avant de perfectionner sa maîtrise du contrepoint à la Schola Cantorum de Paris auprès de Daniel-Lesur. Il suit également les cours de direction d'orchestre de Charles Munch à l'École normale de musique de Paris-Alfred Cortot.

Son premier concerto de piano a été créé à la radio par Jacqueline Blancard le sous la direction d'Henri Tomasi. En 1938, sa première symphonie est dirigée à Winterthour par Hermann Scherchen.

En 1939, Pierre Wissmer compose Le beau dimanche, ballet en un acte sur un argument de Pierre Guérin qui le met en relation avec Stravinski, Poulenc, Sauguet, Cocteau, Bérard et Hervé Dugardin. En 1944, il est nommé professeur de composition au Conservatoire de Genève et chef du service de la musique de chambre à Radio Genève.

En 1948, il épouse la pianiste Laure-Anne Étienne, élève de Marguerite Long au Conservatoire de Paris. De 1952 à 1957, il est directeur adjoint des programmes de Radio Luxembourg puis, à partir de 1957, prend notamment en charge la direction de la Schola Cantorum. En 1958, il adopte la nationalité française. Il est directeur de l'École normale de musique du Mans (1969-1981).

En 1967, il reçoit le Grand Prix musical de la Ville de Paris.

En 1992, il meurt à Valcros, peu de temps après son épouse.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Musique pour la scène[modifier | modifier le code]

  • Marion ou la Belle au Tricorne, opéra radiophonique (1945, Genève, Radio Suisse Romande, le 16 avril 1947)
  • Capitaine Bruno, opéra-comique (Genève, 9 novembre 1952)
  • Léonidas ou la Cruauté mentale, opéra-bouffe (Paris, 12 septembre 1958)
  • Le Beau Dimanche, ballet (1939, Genève, 20 mars 1944)
  • Alerte, puits, ballet (1963, Genève, 1964)
  • Christina et les chimères, ballet (1967, Télévision française, 7 décembre 1972)

Musique orchestrale[modifier | modifier le code]

  • 9 Symphonies (1938, 1951, 1955, 1962, 1969, 1977, 1900)
  • 3 Concertos pour piano (1937, 1948, 1971)
  • Mouvement, pour orchestre à cordes (1937, Genève, 25 février 1938)
  • Divertissement sur un choral pour 11 instruments (1938, Genève, 8 décembre 1939)
  • Antoine et Cléopâtre, suite symphonique (1943, Genève, 2 octobre 1946)
  • Mandrellina, ouverture (Genève, 16 avril 1952)
  • Concerto pour guitare (1957)
  • Concerto pour clarinette (1960)
  • Concerto pour trompette (1961)
  • Concerto pour hautbois (1963)
  • Concerto valcrosiano (1966)
  • Concertino-Croisière pour flûte, orchestre à cordes et piano (1966)
  • Triptyque romand (1972)
  • Dialogue pour basson (ou violoncelle) et orchestre (1974)
  • Symphonietta concertante, pour flûte, harpe et orchestre (1982)

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • 3 Quatuors à cordes (1937, 1949, 1972)
  • Sérénade pour hautbois, clarinette et basson (1938)
  • Sonatine pour clarinette et piano (1941)
  • Sonatine pour violon et piano (1946)
  • Sonate pour piano (1949)
  • Quatuor de saxophones (1956)
  • Quadrige pour flûte, violon, violoncelle et piano (1961)
  • Sonate pour flûte et guitare (1962)
  • Quintette à vent (1964)
  • Variations sur un Noël imaginaire pour orgue (également pout orchestre, 1975)
  • Trio adelfiano, pour flûte, violoncelle et piano (1978)

Musique vocale[modifier | modifier le code]

  • Naïades pour récitant, solistes, chœur et orchestre (Genève, 21 janvier 1942)
  • Hérétique et relapse, mystère en un acte (1962)
  • Le Quatrième Mage, oratorio (1965, Paris, 14 octobre 1969)
  • Cantique en l'ounour dou grand saintlouis, rei de franco et patroun de vaucros de cuers, pour chœur avec piano ou orgue (1971)
  • Chants de Mars: 7 chœurs a cappella pour 3 voix d'enfants sur des poésies de René de Obaldia.(Paris 1951)

Discographie partielle[modifier | modifier le code]

Pierre Wissmer a laissé une œuvre à la fois abondante et très diversifiée[réf. nécessaire], qui concerne aussi bien la musique instrumentale, la musique de chambre, la musique concertante et la musique pour orchestre symphonique que la musique vocale ou chorale, le théâtre lyrique ou musical, la musique de scène, les ballets, la musique pour la radio ou la télévision ou encore la musique de film.

  • Trio adelfiano pour flûte, violoncelle et piano/Quadrige pour flûte, violon, violoncelle et piano, avec Geneviève Ibanez (piano), Anne Werner-Fuchs (violon), Frédéric Werner (flûte), Jean Barthe et Alex Descharnes (violoncelles), CD, Marcal Classics, MA 060201
  • Chanson de l'Orpailler. Intégrale de l'œuvre pour et avec guitare. Avec Philippe Rayer et Michel Guzard (guitares), CD, Quantum, QM 7016
  • Askok pour guitare et flûte à bec. Avec Patric Ruby (guitare) et Robin Troman (flûte à bec), CD, Quantum, QM 7031
  • Trois silhouettes. Avec Mireille Saumal (piano). CD, Marcal, MA 040302

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]