Pierre Van Halteren

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pierre-Eugène Van Halteren, né à Bruxelles le 24 février 1911, décédé le 23 septembre 2009, ingénieur et notaire, fut un politicien libéral belge, bourgmestre de Bruxelles de 1975 à 1983.

Sa famille[modifier | modifier le code]

Il appartenait à une famille qui avait des racines profondes dans le passé bruxellois et qui descendait des Lignages de Bruxelles. (Roodenbeke, Sleeuws, t'Serhuygs et Sweerts).

Il comptait également parmi ses ascendants directs le Doyen François Anneessens, héros bruxellois décapité en 1719.

Sa formation[modifier | modifier le code]

Docteur en droit issu de l'ULB il fut nommé notaire en 1936 et devint président de la Chambre des notaires.

Durant la Seconde Guerre mondiale, il est enrôlé par son ami Pierre Hauman dans le réseau de renseignements Tégal, qui sera démantelé fin 1943.

Président de l'Association des Boys-Scouts de Belgique, directeur de l'École de voile pour les jeunes officiers de cavalerie de réserve, il dirigea le centre nautique des Glénans en Bretagne, école de voile célèbre, créée en 1947 par Hélène et Philippe Viannay, résistants français, autour de l'archipel des Glénans en Bretagne sud. Les Glénans avaient alors été fondés en faveur des anciens résistants.

Pierre van Halteren fut également désigné en 1944 en qualité de haut commissaire adjoint à la défense de la population civile du Luxembourg.

Sa carrière politique[modifier | modifier le code]

Devenu membre de la Commission d'Assistance Publique de Bruxelles, il entra en 1961 au Conseil communal de Bruxelles et devint successivement échevin de l'Assistance publique et, en 1970, échevin de l'Instruction publique, des Beaux-Arts et des Œuvres sociales.

Il fut nommé, par Arrêté Royal du 30 août 1975, treizième bourgmestre de Bruxelles-ville, il succédait à Lucien Cooremans.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel Bergé, "Les quartiers de M. Pierre Van Halteren", dans L'intermédiaire des généalogistes, Bruxelles, no 204, 1979, p. 455 à 463.
  • Emmanuel Debruyne, C'était Tégal. Un réseau de renseignements en Belgique occupée. 1940-1944, Bruxelles, Labor, 2003.