Pierre Ucciani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ucciani (homonymie).
Pierre Ucciani
Description de cette image, également commentée ci-après
Pierre Ucciani, photo J. Oricelly (vers 1910).
Naissance
Ajaccio
Décès (à 87 ans)
Neuilly-sur-Seine
Nationalité française
Activité principale
Autres activités
Formation
Descendants
Famille
ses cousins : Simon Ucciani (1838-19..), conseiller près la Cour d'appel de Paris (chevalier de la Légion d'honneur), Raymond Delbeke (1911-1961), Résistant 1939-45, chauffeur (cité à l'ordre de la Nation, chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume), Joseph Lambroschini (1913-1993), Résistant 1939-45, ambassadeur de France (officier de la Légion d'honneur).

Compléments

Signatures de Pierre Ucciani :

Signature de Pierre Ucciani

Pierre Ucciani, né à Ajaccio le et mort à Neuilly-sur-Seine le , est un bijoutier-joaillier[1], et artiste peintre, qui devint également marchand d'art et expert en joaillerie-orfèvrerie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Au décès de son père, Pierre Ucciani âgé de 8 ans quitte Ajaccio et s'installe à Paris dans la famille de sa mère, née Lambroschini[2].

Bijoutier et ambitieux, il épouse en 1879 la riche Hortense Bégard[3],[4], fille d'une famille d'important bijoutier-joaillier-horloger-orfèvre. Après le décès de son beau-père et de l'ainé de ses beaux-frères, il reprend avec son épouse, en 1883, l'affaire Bégard[2].

Artiste peintre, il est l'élève de Paul-Désiré Trouillebert[5]. Devenus amis, ils peignent ensemble des paysages de campagne[2].

Lassée de ses infidélités et de son goût pour le jeu, son épouse Hortense obtient le divorce en 1896 et rachète ses parts de l'affaire Bégard[2]. Redevenu célibataire, il mène une vie parisienne, pratique l'équitation[6] et participe à des championnats d'escrime avec Alphonse Kirchhoffer[7],[8],[9],[10].

En 1902, il épouse en secondes noces Émilie Lafontaine, belle-fille de son ami Octave Le Corsu. Il résilie son poinçon de maître bijoutier et se présente comme « ouvrier d'art, créateur de bijoux et artiste peintre ». En 1906, son épouse Émilie et sa mère Jeanne Le Corsu, héritent de leur oncle Romain Gessler, Émilie achète une villa à Cabourg, et fait construire avec sa mère, deux petits hôtels particuliers contigus que les deux couples viennent habiter 5 et 7, rue Alfred de Musset à Neuilly-sur-Seine[2].

Sur proposition de son cousin Simon Ucciani, conseiller de cour d'appel de Paris[11], il est nommé expert en joaillerie-orfèvrerie[12], puis devient également marchand d'art[13].

L'été, il séjourne dans sa villa de Cabourg, puis devenu veuf, chez sa fille Marie-Renée Ucciani à Villers-sur-Mer. Ils posent ensemble leurs chevalets sur le bord de mer comme dans la campagne du Pays d'Auge. Pierre et sa fille retournent ensemble en Corse en 1936 et 1937[2].

Il meurt en le à Neuilly-sur-Seine et est inhumé aux côtés de sa seconde épouse au cimetière de Cabourg[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

(présentées en expositions publiques : musées, journées du patrimoine, manifestations culturelles...)

Corse

Bords de rivières

  • Barques amarrées, bord de Loire, vers 1890, huile sur bois, collection Chapuis-Hubac Jura[15].
  • Soleil couchant, Bord de rivière, vers 1890, huile sur bois, collection Ucciani[2],[15].
  • Chemin au bord de la rivière, vers 1890, huile sur toile (couverture du "Pays d'Auge"), collection Ucciani[2],[15].

Bords de mer

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre-Claude Giansily, Histoire de la peinture en Corse aux XIXe et XXe siècles et Dictionnaire des peintres, juin 2010 (ISBN 978-2-915922-36-3)[24].
  • Françoise Dutour, Peintres du Pays d'Auge, Le Pays d'Auge (société savante) et Ouest-France, septembre 2010 (ISSN 0999-2138)[20].
  • Françoise Dutour et Marisa Quaglia, Cabourg des origines à 1930, Cahiers du temps, juillet 2011 (ISBN 978-2-35507-037-2)[18].
  • Martine Le Roc’h Morgère, Le Calvados vu du ciel, vu du sol, Cahier des Archives du Calvados, octobre 2011 (ISBN 978-2-86014-104-8)[19].
  • Karin Egnell, Ucciani à Villers, Le Pays d'Auge (société savante), mars 2012 (ISSN 1149-3305)[2].
  • Karin Egnell, Pierre Ucciani (Ajaccio, 1851–Paris, 1939), Bulletin de l'OUEN - Université de Caen Basse Normandie, no 34, juin 2012[25].
  • Jean Moisy et Karl Laurent, Bateau du Havre à Trouville, Cahiers du temps, juin 2012 (ISBN 978-2-35507-044-0)[22].
  • Jean Moisy, Bateau du Havre à Trouville, Le Pays d’Auge (société savante), octobre 2012 (ISSN 1149-3305)[23].
  • Michel-Édouard Nigaglioni, Encyclopédie des peintres actifs en Corse, Éditions Alain Piazzola, 2013 (ISBN 978-2-915410-93-8)[16].
  • Karin Egnell et Françoise Dutour, Villers et ses peintres, 1858-1930, [catalogue de l'exposition], Imprimerie Moderne de Bayeux, mai 2014[15].
  • Villers et ses peintres aux XIXe et XXe siècles, Ouest-France, juin 2014 (ISSN 0999-2138)[26].
  • Art de vivre à Villers, Ouest-France, 18 juin 2014 (ISSN 0999-2138)[27].

Émission radiophonique[modifier | modifier le code]

  • RCF Cavados Manche, 4 avril 2012[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Pierre Ucciani, fabricant bijoutier, 71 bd de Sébastopol, Paris (culture.gouv.) », 1er mai 1879 au 18 octobre 1902
  2. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s et t « « Ucciani à Villers », Le Pays d'Auge », .
  3. « Hortense Bégard, fabricant bijoutier, 22 rue Michel-le-Comte, 75 Paris », 11 novembre 1896 au 23 juin 1905.
  4. « Bégard H. (& Cie), fabricant bijoutier, 22 rue Michel-le-Comte, 75 Paris », 15 juin 1905 au 8 février 1911.
  5. Un peintre paysagiste alors très inspiré par Camille Corot.
  6. Quotidien La Lanterne, 28 juillet 1879, p. 3.
  7. Le sport universel illustré, 29 janvier 1898, p. 78.
  8. Quotidien Gil Blas, 28 août 1896, p. 4.
  9. Quotidien Gil Blas, 5 janvier 1899, p. 4.
  10. L'Almanach des sports, 1899, p. 300.
  11. Simon Ucciani (1838-193.?) - Auteur - Ressources de la Bibliothèque data.bnf.fr/10336381/simon_ucciani/ Avocat. Conseiller à la Cour d'appel de Paris.
  12. Pierre Ucciani (doc) 1912, expert (joaillerie-orfèvrerie), Annuaire de la curiosité et des beaux-arts, p. 111.
  13. Pierre Ucciani, expert (joaillerie-orfèvrerie) [gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k432836v/f112.image.r=Annuaire de la curiosité et des beaux-arts 1912.langFR gallica].
  14. Pierre-Claude Giansily, Histoire de la peinture en Corse, dictionnaire des peintres Corse de Ajaccio.
  15. a b c d e f g h i j k l m et n « Villers et ses peintres, "exposition" », juin et juillet 2014
  16. a b c d et e « Encyclopédie des peintres actifs en Corse 2013 (mise à jour) »,
  17. Michel-Édouard Nigaglioni, Encyclopédie des peintres actifs en Corse de Cap Corse.
  18. a et b « Cabourg des origines à 1930 2011 »,
  19. a b et c « Calvados vu du ciel, vu du sol, exposition d'été au musée château de Bénouville 2011 », juillet à septembre 2011
  20. a b c d e et f « Peintres du Pays d'Auge, journées du Patrimoine 2010 », 18-19 septembre 2010
  21. a et b .« église saint Pierre, prêt archives départ. Calvados 2012 », octobre à décembre 2012
  22. a b et c .« Bateau du Havre à Trouville, Cahier du temps 2012 »,
  23. a et b « bateau du Havre, Pays d'Auge, 2012 »,
  24. « Histoire de la peinture en Corse, juin 2010) »,
  25. « Pierre Ucciani, bulletin de l'Ouen, n° 34, juin 2012 »,
  26. .« Villers et ses peintres, "Ouest France 12 juin" », juin et juillet 2014
  27. « Art de vivre à Villers (exposition), "Ouest France 18 juin" », juin et juillet 2014

Annexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :