Pierre Traverse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierre Traverse
Naissance
Décès
(à 87 ans)
Paris
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Mouvement
Influencé par
Distinctions
Œuvres principales
signature de Pierre Traverse

signature

Pierre Traverse, né le à Saint-André-de-Cubzac (Gironde), et mort le à Paris, est un sculpteur français de style Art déco.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, exploitant de carrières de kaolin[1], l'envoie à Limoges, chez le sculpteur Philippon, pour apprendre les rudiments du métier, et il fréquente l'école des arts décoratifs de Limoges. Sa première sculpture connue est un Chien. Il peint des fresques pour le buffet de la gare du Buisson.

En 1910, Pierre Traverse entre à l'École des beaux-arts de Paris dans l'atelier de Jean-Antoine Injalbert (1845-1933), qu'il ne fréquente qu'une année. Il dira par la suite que ce qu'il avait appris du métier lui venait de son premier maître à Limoges.

Il devance l’appel du service militaire et est enrôlé à Bergerac en 1911. Lieutenant d’infanterie durant la Première Guerre mondiale, il est blessé au bras à la butte du Mesnil en janvier 1916. Il retourne temporairement aux Beaux-Arts de Paris l'année suivante. Il épouse Valentine Foulon le 1er février 1919 et son premier fils Jacques naît en 1920. Son second fils, Roland, naîtra en 1924 et sa fille Colette en 1926. Entre 1920 et 1925, il réalise La Famille, Les Présents de la Terre et Tendresse maternelle. Il obtient le prix Chenavard et une bourse du conseil supérieur des beaux-arts qui lui permet de voyager à Rome. Il débute au Salon des artistes français de 1920, et y reçoit une médaille d'or en 1926. Il participe également au Salon d'automne et au Salon des artistes décorateurs. Il obtient le prix Blumenthal de 1926. Son groupe Nessus et Déjanire est récompensé d'une médaille d’or au Salon des artistes français de 1926.

Pierre Traverse sculpte L’Atalante en 1927 et reçoit des commandes provenant des États-Unis, notamment de William Randolph Hearst. Entre 1931 et 1935, il sculpte L’Ève tentée en taille directe dans l'onyx, et produit d'autre tailles directes comme Baigneuses, Maternité ou L’Enfance de Bacchus.

De 1936 à 1937 il travaille à des commandes pour l’Exposition universelle: L’Homme au palais de Chaillot à Paris, et les portes du pavillon de l’Enseignement. Il devient sociétaire hors-concours de la Société des artistes français et se voit décerner un diplôme d’honneur. Il est membre du conseil national supérieur des beaux-arts, et est nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1938.

Il prend un atelier rue Bardinet à Paris puis, début des années 1940, au no 240 boulevard Raspail à Paris, qu'il quittera en 1969.

Pierre Traverse est nommé professeur à l’École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d'art à Paris en 1940. De 1940 à 1946, il réalise L’Éducation d’Achille et Artémis, entre autres sculptures en taille directe. De 1946 à 1960, il expose chaque année au Salon des artistes français, où quelques œuvres sont acquises par le musée national d'art moderne et le musée d’art moderne de la ville de Paris. Son épouse meurt en 1964. Lors de Salon des Artistes français, André Malraux lui explique que son style est démodé, ce qui marque la fin de sa carrière publique[1]. Entre 1965 et 1967, il produit ses dernières œuvres monumentales (Baigneuse, Tendresse maternelle).

Pierre Traverse se retire dans sa maison Neauphle-le-Château en 1970. Il meurt à Paris le 4 juillet 1979 et est enterré à Neauphle-le-Château.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1936 : exposition à Bruxelles, Diane et ses compagnons poursuivant Actéon.
  • 2010 : Château de Gaujac[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Audrey Dreillard, « Les Traverse, portrait d'une famille de créateurs », La Manche libre,‎ , p. 7

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]