Pierre Trémintin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre Trémintin
Image illustrative de l'article Pierre Trémintin
Fonctions
Parlementaire français
Député 1924-1940
Gouvernement IIIe république
Groupe politique Dém. (1924-1928)
DP (1928-1940)
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 90 ans)
Résidence Finistère

Pierre Trémintin (Pierre Marie Jacques Nicolas) est un homme politique français, né le 5 juin 1876 à Plouescat (Finistère) et mort le 22 octobre 1966 dans cette même ville.

Il est maire de Plouescat de 1912 à 1966 et conseiller général du canton de Plouescat de 1904 à 1940, puis 1954 à 1966. il est également député du Finistère de 1924 à 1940 et conseiller de la République de 1946 à 1948. Il a été fait officier de la Légion d'honneur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille aisée, il suit ses études secondaires au collège de Lesneven, dont il sera plus tard, pendant une quarantaine d'années, président de l'Amicale des Anciens de l'établissement. Il fait ensuite des études de Droit, avant de s'inscrire au barreau de Quimper comme avocat en 1902.

Vie politique[modifier | modifier le code]

Pierre Trémintin s'engage tôt en politique. Il adhère en 1902 au Sillon de Marc Sangnier, puis au Parti démocrate populaire.

En 1904, il est élu pour la première fois conseiller général du canton de Plouescat. Il devient ainsi le benjamin de l'assemblée départementale.

En 1908, il entre au conseil municipal de Plouescat, commune dont il devient le maire en 1912. Ses principales réalisations pour la commune de Plouescat sont le réseau de distribution d'eau potable pour lutter contre les épidémies de fièvre typhoïde, l'amélioration de la voirie communale, la fondation d'un crédit agricole mutuel, la création d'un bureau de bienfaisance pour les nécessiteux, les dons de terrains pour la création de nouveaux logements à vocation sociale, la création d'un établissement d'enseignement ménager agricole.

Battu aux élections législatives de 1919, il est élu député en 1924 sous l'étiquette de l'Union Républicaine. Après la mise en place du scrutin d'arrondissement, il est largement réélu député de la deuxième circonscription de Morlaix (Finistère) en 1928. Il est de nouveau réélu en 1932 et 1936, par près de 70 % des suffrages.

Député du groupe démocrate, il devient ensuite porte-parole du groupe « Démocratie Populaire » et soutient la politique du président Raymond Poincaré au début de son mandat. À l'origine d'une soixantaine de propositions de lois, il porte notamment à cœur les intérêts du monde rural, les conditions de vie des salariés, la Sécurité sociale, les allocations familiales, l'enseignement du breton dans les écoles, l'instauration de la Société des Nations.
Il réclame avec constance un scrutin de liste régional couplé avec la proportionnelle intégrale.

En juillet 1940, il est l'un des quatre-vingt parlementaires à voter contre les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Dès lors, il perd son siège de conseiller général pour 14 ans, tout en retrouvant une audience comme président de l'Association des maires de France à partir de 1947.
En 1944 et 1945, il est délégué à l'Assemblée consultative provisoire et en 1946, il est élu conseiller de la République élu par l'Assemblée nationale jusqu'en 1948 et siège sous les couleurs du Mouvement républicain populaire.

En 1948, il est pour la première fois battu aux élections cantonales par le candidat gaulliste du RPF. Il est toutefois réélu à son ancien siège de conseiller général en 1954.

Il exerce ses mandats de maire et de conseiller général de Plouescat jusqu'à sa mort, le 22 octobre 1966.

Bibliographie[modifier | modifier le code]