Pierre Suzor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pierre Suzor
Image illustrative de l’article Pierre Suzor
Biographie
Naissance
Preuilly-sur-Claise
Décès
Preuilly-sur-Claise
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Évêque constitutionnel de l'Indre-et-Loire
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Pierre Suzor (né à Preuilly-sur-Claise le et mort à Preuilly-sur-Claise le ), ecclésiastique, fut évêque constitutionnel d'Indre-et-Loire de 1791 à 1794/1801.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre Suzor né à Preuilly-sur-Claise n'est depuis 1764 que le simple curé d'Ecueillé dans l'actuel département de l'Indre lorsqu'il est élu par l'Assemblée départementale le évêque constitutionnel du département d'Indre-et-Loire ; il est sacré à Paris le 14 avril suivant. Bien que le nouvel évêque ne manque pas de talent, du fait de la proximité de la Vendée, on enregistre un complet revirement de l'opinion dès 1792, les persécutions contre le clergé et les fidèles s'étendent et l'évêque se démet le . Après le rétablissent des cultes en septembre 1795, il reprend ses fonctions mais ne réussit à récupérer sa cathédrale que le . Lors du Concile de 1797 il est frappé d'apoplexie et cherche alors à se trouver un successeur. Le synode prévu pour 1798 ne se tient finalement qu'en 1800 mais tous les candidats pressentis déclinent. Seul Hyacinthe Tardiveaux[1], le curé de Saint-Similien de Nantes accepte et Pierre Suzor annonce sa nomination le mais il meurt « après s'être repenti de ses erreurs » dès le 13 avril suivant à Preuilly où il s'était retiré depuis son attaque de paralysie. Hyacinthe Tardiveaux qui avait subordonné son élection à sa reconnaissance par le Saint-Siège ne l'obtient évidemment pas et se démet en octobre d'une fonction qu'il n'avait jamais exercée[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On trouve habituellement dans les références l'orthographe Tardiveau qui suit Paul Pisani, Répertoire biographique de l'épiscopat constitutionnel (1791-1802), A. Picard & Fils, Paris, 1907, p. 107-110. Cependant, l'intéressé lui-même signait Tardiveaux. Voir Bibliothèque de Port-Royal, GR836ms
  2. Paul Pisani, Répertoire biographique de l'épiscopat constitutionnel (1791-1802), A. Picard & Fils, Paris, 1907, p. 107-110.

Bibliographie[modifier | modifier le code]