Pierre Sancan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre Sancan
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
Pierre Charles SancanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Mouvement
Instrument
Maître
Représenté par
Genre artistique
Distinction

Pierre Sancan né le à Mazamet et mort le à Paris 15e[1],[2], est un pianiste et professeur de piano français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il commence ses études musicales à l'École de musique de Meknès (Maroc), tout en étant champion du Maroc de basket-ball. Il est ensuite élève du conservatoire de Toulouse (1932-1934). En 1934, il entre au Conservatoire de Paris, où il étudie le piano avec Yves Nat, la fugue avec Noël Gallon, la composition avec Henri Büsser et la direction d'orchestre avec Charles Münch. En 1943, il remporte le Prix de Rome[3].

En 1951-1952, Pierre Sancan participe à une tournée Jeunesses Musicales Canada[4].

Il commença une belle carrière remarquée par le concerto en sol de Maurice Ravel. De nombreuses pièces pour pianistes débutants servent de base aux professeurs de piano (Pièces enfantines notamment, édition Rideau rouge).

Il enseigne le piano au Conservatoire national supérieur de musique de Paris de 1956, où il prend la succession d'Yves Nat, jusqu'en 1985[5]. Sa conception de la technique pianistique, liée à des réflexions anatomiques, en font un professeur incontesté. Il a formé les plus grands pianistes français de la fin du XXe siècle, parmi lesquels Olivier Cazal, Abdel Rahman El Bacha, Jean-Efflam Bavouzet, Jean-Marc Savelli[3], Émile Naoumoff, Géry Moutier, Jean-Bernard Pommier, Jacques Rouvier, Jean-Philippe Collard, Olivier Gardon, Michel Béroff, Yves Henry, Thierry Huillet, Corinne Kloska, Alexandre Bodak, Marc Laforest, Jean-Francois Zygel, mais aussi le catalan Jordi Moraleda Perxachs, le suisse Jean-François Antonioli, le turc Selman Ada ou le vietnamien Dang Thai Son.

Atteint par la maladie d'Alzheimer, il prend sa retraite en 1985.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Ondine, opéra
  • Reflets, ballet
  • Commedia dell'Arte, ballet
  • Les Fourmis, ballet
  • Symphonie pour cordes
  • Rapsodie pour trompette et piano, composée pour le concours du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris en 1970[6]
  • Toccata pour piano (1940)(OCLC 634476871)
  • Lamento et Rondo (saxophone et piano)
  • Sonatine pour flûte et piano (1946)
  • Sonatine pour hautbois et piano (1957)
  • Trois Impressions, mélodies sur des poèmes de Francis Carco, éditions Durand, 1949. Dédiées à Ginette Guillamat, Irène Joachim et Jacques Jansen.

Musique de film[modifier | modifier le code]

Pierre Sancan est le compositeur de la musique du film Les Malheurs de Sophie (1946) et Olivia (1951).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. AFP, « Mort du pianiste Pierre Sancan », sur lefigaro.fr,
  2. Insee, « Acte de décès de Pierre Charles Sancan », sur MatchID
  3. a et b « Prix de Rome 1940-1949 », sur www.musimem.com.
  4. « Paul Tortelier », dans Wikipédia, (lire en ligne)
  5. Marc VIGNAL, Dictionnaire de la musique, Paris, Larousse, 2005, p. 747
  6. Pierre Sancan, Rapsodie pour trompette et piano, Paris, Éditions Le Rideau Rouge, 1970

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Pâris (préf. Alain Pâris), Dictionnaire des interprètes et de l’interprétation musicale au XXe siècle, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », (réimpr. 1985, 1989, 1995), 4e éd. (1re éd. 1982), 1278 p. (ISBN 2-221-08064-5), p. 837

Liens externes[modifier | modifier le code]