Pierre Roch Jurien de La Gravière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jurien de la Gravière.
Pierre Roch Jurien de La Gravière
Naissance
à Gannat (Allier)
Décès (à 77 ans)
à Paris
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Royaume de France Royaume de France
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Arme Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale française
Grade Vice-amiral
Années de service 1786
Conflits Guerres de la Révolution et de l'Empire
Faits d'armes Bataille des Sables-d'Olonne (1809)
Distinctions Commandeur de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis
Grand-croix de l'ordre de la Légion d'honneur
Pair de France
Autres fonctions Président du collège électoral du Finistère
Préfet maritime du 4e arrondissement
Inspecteur général de la Marine pour les 2e et 5e arrondissements
Famille Jurien de la Gravière

Pierre Roch Jurien de La Gravière, né le à Gannat (Allier), décédé le à Paris, est un officier de marine français des XVIIe et XVIIIe siècles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Pierre Roch Jurien est le quatrième fils de Jean Pierre Jurien des Varennes, d'une famille de magistrats de Riom, lui-même marchand-drapier à Gannat, et de Catherine Procule Delaire. Son père fit de mauvaises affaires ; après la faillite de son commerce (1782), il quitta Gannat avec sa famille et s'installa à Rochefort, où il devint commis principal dans l'administration de la marine[1] ; ses quatre fils entrèrent successivement dans la marine. La Gravière, dont Pierre Roch Jurien prit le nom, était une petite terre, située à quelques kilomètres au nord-est de Riom (commune de Clerlande), que son père avait acquise.

Débuts dans la Marine royale[modifier | modifier le code]

Il est entré au service sous le nom de Jurien Desvarennes, comme novice pilotin sur la corvette La Favorite en , à l'âge de 14 ans. Il est promu aspirant volontaire sur la frégate La Flore, le .

L'expédition de Monsieur d'Entrecasteaux (1791-1793)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Expédition d'Entrecasteaux.

Il prend part à l'expédition commandée par Joseph de Bruny d'Entrecasteaux, que Louis XVI et l'Assemblée constituante envoient à la recherche de La Pérouse, et dont les objectifs ne sont pas seulement humanitaires mais aussi scientifiques. Embarqué comme volontaire, il est promu aspirant de 1re classe et enseigne de vaisseau sur la corvette L'Espérance pendant l'expédition, qui a lieu entre le mois de et .

Officier dans la Marine de l'Empire[modifier | modifier le code]

De retour en France, il est nommé lieutenant de vaisseau le 6 vendémiaire an III, et capitaine de frégate le 24 nivôse an VI.

En l'an XI, il commande La Franchise, à l'affaire de Léogane ; dans son rapport, Rochambeau, général en chef de l'armée de Saint-Domingue, le signala comme un officier distingué par son intelligence et sa bravoure, et demanda pour lui le grade de capitaine de vaisseau, qui lui fut accordé le 13 ventôse de la même année.

Chevalier de l'ordre de la Légion d'Honneur en pluviôse, il est fait officier de l'Ordre le 25 prairial an XII, il se fait encore remarquer en . Il livre en 1809, à hauteur des Sables-d'Olonne, avec trois frégates, un combat acharné à six vaisseaux britanniques, qu'il força à la retraite.

Article détaillé : Bataille des Sables-d'Olonne.

Le , Lagravière est nommé chevalier de Saint-Louis, et, le 13 novembre de la même année, il reçoit le commandement d'une division qui part de Rochefort pour aller reprendre la possession de l'île Bourbon. Le , il relâche au Cap. Le 6 avril, le nouveau gouverneur est installé à Bourbon, et, le 27 août, il mouille dans la rade de Brest.

Vice-amiral sous la Restauration[modifier | modifier le code]

Promu contre-amiral le , président du collège électoral du Finistère le , commandeur de la Légion d'honneur le , il commandait la même année la station du Brésil.

Fait commandeur de Saint-Louis le , il commandait à cette époque la station des Antilles et du golfe du Mexique, est nommé, le , préfet maritime du 4e arrondissement, et, le 5 novembre de la même année, président du collège électoral de la Charente.

Vice-amiral et pair de France depuis la révolution de 1830, inspecteur général de la marine pour les 2e et 5e arrondissements en 1832, grand officier de ordre de la Légion d'Honneur le , grand croix de l'Ordre le , l'amiral Jurien de la Gravière fait par la suite partie de la 2e section du cadre de l'état-major général de l'armée navale.

Hommages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Par la suite, il devint inspecteur de la Marine et fut anobli en 1815.
  2. Cependant, d'après une source gouvernementale australienne (History of Country Town Names), le nom ferait référence non à l'amiral, mais à son cousin Charles Marie, vicomte Jurien (1763-1836), intendant des armées navales.

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Pierre Roch Jurien de La Gravière, Souvenirs d’un Amiral, t. 1, Paris, Librairie Hachette et Cie,‎ , 382 p. (lire en ligne)
  • Pierre Roch Jurien de La Gravière, Souvenirs d’un Amiral, t. 2, Paris, Librairie Hachette et Cie,‎ , 398 p. (lire en ligne)