Pierre Risch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre Risch
Pierrerisch.jpg

Pierre Risch en 2008.

Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (74 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Distinction

Pierre Risch, né le à Paris, est un peintre, graveur, lithographe et sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

De 1959 à 1960, il fait ses études à l’école des Arts décoratifs de Strasbourg.

En 1964 il s'installe à Montmartre où il rencontre un de ses Maîtres Jean-Louis Viard auprès duquel il suit des cours du soir à la ville de Paris, rue Lepic de 1965 à 1970. Les deux hommes seront liés par l'amitié et le respect jusqu'au décès de Jean-Louis Viard en 2009.

Dès 1966, il rejoint un groupe de peintres à Paris pour apprendre les arts de l'estampe : l'eau forte, l'aquatinte, la pointe sèche, ainsi que de la lithographie et la sérigraphie.

Il participe de 1968 à 1970 au Salon d'automne, au Salon des artistes français et au Salon des indépendants.

Il reçoit le premier prix des Jeunes peintres à Genève en Suisse en 1970.

Pierre Risch est chevalier des Arts et des Lettres.

Techniques[modifier | modifier le code]

Dès 1960, Pierre Risch s'investit dans les recherches techniques et l'innovation. Cela constituera un de ses engagements artistiques majeurs, les techniques de l'aquarelle et du pastel l'intéressent particulièrement. Il pratique aussi les arts de la gravure, de la lithographie.

L'aquarelle[modifier | modifier le code]

Dans les années 60-70, l'aquarelle reste le plus souvent l'œuvre préparatoire de l'huile finale. Il décide donc d'affirmer l'aquarelle comme technique à part entière en abandonnant totalement la peinture à l'huile. L'artiste travaille par séries (les jeunes filles, les chaises, les montgolfières...). Au fil des ans et des expositions en galeries sa volonté et sa détermination portent leurs fruits.

Début 1970, Pierre Risch met au point une technique d'aquarelle sur papier entièrement mouillé à l'éponge et détourne un produit destiné à la sérigraphie (drawing gum) afin de préserver le blanc du papier et ne pas gouacher l'aquarelle. Il réalise des aquarelles de très grands formats, principalement des paysages à caractère poétiques, visant à restituer au mieux les transparences et jeux de lumières. Ses aquarelles sont réalisées sur place au cours de différents voyages (Italie, Grèce, Espagne, Bretagne, Provence...).

« Chez Risch, la séduction tient en premier lieu, dans son art de restituer les transparences, les fluidités, les jeux les plus subtils, les plus raffinés de la lumière, et par là même de créer un intense attrait émotionnel. »

— Emmanuel Roblès , écrivain (1914 - 1995) et membre de l'académie Goncourt, Discours d'inauguration de l'exposition Pierre Risch, « Aquarelles : rétrospective 1977-1987 ».

Le pastel[modifier | modifier le code]

Après avoir été pratiqué par les plus grands maîtres aux XVIIIe et XIXe siècles, le pastel est tombé en désuétude. Dès 1970, en collaboration avec les fabricants JM Paillard et Lambertye, Pierre Risch travaille à la mise au point de nouvelles teintes de pastels secs ainsi que de nouveaux supports.

L'artiste organise une série d'expositions didactiques et populaires traduisant son amour pour le pastel, il crée alors les titres Pastel Passion et Passion Pastel qui deviennent au fil des années son empreinte et sa marque professionnelle officielle.

À la même époque, Pierre Risch se trouve dans l'attente d'un sujet complet. Il collabore au renouveau du Carnaval de Venise avec ses amis vénitiens. L'humanisme qui s'en dégage alors, deviendra le thème central de son œuvre.

Les galeries, les collectionneurs et les musées, dont le musée Antoine-Lécuyer de Saint-Quentin, soutiennent ses réalisations, portant principalement sur les thèmes des carnavals et plus particulièrement le carnaval de Venise, du jazz et de la danse.

« Pierre Risch s'intéresse presque exclusivement à la création sur papier [...] Aussi est-ce naturellement qu'il est venu au pastel, devinant les sources de satisfaction que pouvait apporter cette technique, souhaitant par ailleurs, grâce à son talent, lui redonner une forme de noblesse et en tout cas une identité propre et une originalité à part entière. C'est bien là que se situe le premier mérite de cet artiste, celui de contribuer à la réhabilitation d'une technique attachante, trop souvent considérée comme secondaire et encore si méconnue, et de nous convaincre des possibilités d'expression plastique extrêmement diversifiées qu'elle peut offrir aux créateurs de notre temps. [...] Pierre Risch est devenu le peintre de la fête et de la couleur en même temps que l'ami des personnages du Carnaval de Venise qui habitent ses peintures [...] il s'attache, avec beaucoup de sensibilité à décrire les jeux les plus subtils du maquillage et des masques, les étoffes chatoyantes et les tourbillons des costumes éclatants [...] Pierre Risch est également le peintre du mouvement, des attitudes prises sur le vif et des sentiments qui s'expriment avec une égale spontanéité et tant de vérité à travers chacun de ses personnages [...] Il devient alors le premier peintre français à travailler sur le thème des carnavals. »

— Christine Debrie, docteur en histoire de l'art et conservateur du musée Antoine-Lécuyer de Saint-Quentin, Extrait du discours d' inauguration de l'exposition rétrospective Pierre Risch - Pastels - Carnavals de 1981 à 1987.

La gravure[modifier | modifier le code]

Pierre Risch pratique également la gravure dans l'atelier Lacourière-Frélaut de Montmartre. Il mélange les techniques de l'eau forte, de l'aquatinte et de la pointe sèche. Sa série triptyque Commedia dell' Arte (1981) est conservée au cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale de France.

La lithographie[modifier | modifier le code]

Les lithographies réalisées par Pierre Risch le sont selon la technique traditionnelle sur pierre en utilisant une presse à bras de 1840.

La sculpture[modifier | modifier le code]

Les sculptures crées par l'artiste sont la continuité et le prolongement naturel de son travail sur le jazz, la danse, le mouvement, les mécaniques humaines et sociétales.

Expositions solo et didactiques[modifier | modifier le code]

  • 1975 Club du Droit et de l'économie, Paris
  • 1977 Fondation Paul Ricard, Paris , Strasbourg, Bendol
  • 1979 Orangerie du Luxembourg, Sénat, Paris
  • 1984 Musée du Château de Dourdan, France
  • 1984 Inauguration du centre culturel Boris-Vian, Les Ulis
  • 1987 Rétrospective Pierre Risch Pastel 1981-1987
  • Musée Antoine-Lécuyer-Quentin De La Tour à Saint-Quentin
  • 1988 Centre culturel Abou Dabi, semaine de France, Émirats arabes unis
  • 1990 Centre culturel français, Oslo, Norvège
  • 1990 Centre culturel français, Stavanger, Norvège
  • 1995 Rétrospective Orangerie du Luxembourg, Sénat, Paris
  • 1999 Invité au Futuroscope, Poitiers
  • 2010 Rétrospective Risch as life, Zoug, Suisse

Depuis 1968 de nombreuses expositions personnelles de Pierre Risch ont été réalisées tant en France que de grandes villes étrangères (Bruxelles, Genève, Abou Dabi, New York, Tokyo)…

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Pierre Risch, Pastels : Carnavals 1981-1987, éd. Antoine Lécuyer - Pierre Risch, 1987.
  • Pierre Risch, Aquarelles : rétrospective 1977-1987, éd. Pierre Risch, 1987.
  • Pierre Risch, Pastel Passion rétrospective 1995, éd. Pierre Risch - Orangerie du Luxembourg, Sénat, Paris.
  • Pierre Risch, Pierre Risch - Pastel Passion, volume 1, éd. Pierre Risch - Pastel Passion, 2013, (ISBN 978-2-9547701-0-9)
  • Pierre Risch, Pierre Risch - Swingstreet - sculptures, volume 2, éd. Pierre Risch - Swingstreet, 2015, (ISBN 978-2-9547701-1-6)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]