Pierre Rehov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre Rehov
Pierre088.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (68 ans)
AlgerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Autres informations
Site web

Pierre Rehov (né à Alger en 1952) est le pseudonyme d'un romancier, reporter et réalisateur de vidéos franco-israélien.

Engagé pour la cause israélienne, il est spécialisé dans la réalisation de documentaires visant, selon lui, à rééquilibrer le traitement par les médias du conflit israélo-arabe, pour mieux faire connaître le point de vue israélien et dénoncer le soutien au terrorisme et la corruption des dirigeants palestiniens.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre Rehov est né à Alger en 1952 où son père était dentiste. Étant enfant, il affirme y avoir assisté à deux actes de terrorisme du FLN, qui le marquent[1]. Puis, lors de l'indépendance de l'Algérie, lorsqu'il a neuf ans, ses parents partent lors de l'exode des Pieds-noirs et se réfugient en France. Il fait ses études de droit à l'Université Paris-Assas. Voulant devenir journaliste, il travaille en parallèle pour des magazines de cinéma et dirigera plus tard plusieurs magazines, dont un satirique. Il est aussi diplômé de l’Institut international pour la Recherche sur le Terrorisme du Centre interdisciplinaire d'Hertzlyia en Israël[2],[3],[4],[5],[6].

Après y avoir passé la majeure partie de sa vie, Pierre Rehov quitte la France pour les Etats Unis en 2008, à cause du climat antisémite qu'il dit régner en Europe. Puis il s'installe à Tel Aviv en 2011, où il réside avec sa compagne, Sharon Yambem, immigrée d'origine indienne appartenant à la tribu juive des Menashe. Il a un fils qui vit à Hong Kong et une fille comédienne et écrivain qui vit à Paris[7].

À partir de la seconde intifada lancée par Yasser Arafat en 2000, choqué par la façon dont les médias traitent le conflit israélo-arabe - dont l'affaire al-Durah[8],[9],[6] - , il se lance dans la production de documentaires pour contrer ce qu'il appelle la « propagande financée par les pétro-dollars » et, en France où l'on refuse de passer son film la Guerre des images, il crée le vidéo-magazine Contre Champs qui lui sert de support pour diffuser ses documentaires[10],[11],[6]. C'est d'ailleurs en prétextant travailler « pour la télévision française » que les portes lui étaient ouvertes et qu'il parvenait à filmer sans encombre en territoires palestiniens mais ayant acquis la nationalité israélienne il ne peut désormais plus se rendre en personne à Gaza où plusieurs cameramen palestiniens avec lesquels Pierre Rehov travaille régulièrement lui rapportent des images[6]. Il continue cependant d'effectuer régulièrement des reportages en Judée-Samarie (également connue sous le nom de Cisjordanie).

Il se définit comme un « réalisateur engagé pour la vérité[12] » et résume sa motivation en disant : « Sur un demi million, il ne restait que 30.000 Juifs à Varsovie quand ils se sont enfin révoltés contre les Nazis. Je ne veux pas être parmi les 30 000 derniers pour commencer à me battre. Je commence à me battre maintenant[13]. »

En 2008, il intègre la 4/1 cavalerie américaine à Bagdad où il filme le quotidien des soldats en montrant la situation en Irak depuis le terrain. Ces images font partie de son documentaire The Path to Darkness sur le terrorisme-suicide.

À partir de 2008, il renoue avec le roman auquel il s'était essayé dès 1989 sous le nom de Pierre Malvine[14],[15], et publie Cellules Blanches aux Éditions Albin Michel, puis Tu seras si jolie... aux Éditions Belfond en 2018. et Ted aux Editions Ring en 2020. Lui-même se déclare "écrivain" et considère la réalisation de documentaires en zone de guerre plutôt comme une activité secondaire[16].

À partir de 2017, il écrit régulièrement pour « Le Figaro »[17],[18]. Il est également auteur au Gatestone Institute (en) américain, un think tank républicain fondé par Nina Rosenwald et John Bolton que certains commentateurs qualifient d'extême droite et d'islamophobe[19],[20], et au « Jerusalem Post »[21].

Romans[modifier | modifier le code]

  • Pierre Malvine, Les chemins d'Amérique, Orban, Paris, 1989, 456 pp.[14]
  • Alexandre Arcady, avec la collaboration de Pierre Malvine, Pour Sacha : quand on aime, il faut partir, Fayard, Paris, 1991, 201 pp.[14]
  • Pierre Rehov, Cellules blanches, Albin Michel, Paris, 2008. Thriller sur fond de lutte antiterroriste[22].
  • Pierre Rehov, Tu seras si jolie, Belfond, Paris, 2018, 396 pp. Roman féministe sur la situation de la femme en occident et sous l'islam, comme cause du choc des civilisations[23],[16],[24].
  • Pierre Rehov, TED, "La mécanique générale", Paris, . Un "thriller philosophique" sur la réincarnation, le goulag et Ted Bundy.

Principaux documentaires[modifier | modifier le code]

Son documentaire le plus connu, Suicide Killers[25], d'une durée de 80 minutes, est le résultat d'une enquête d'un an dans les prisons israéliennes et les territoires palestiniens, dans lequel Rehov tente de déceler les motivations d'individus voulant ou ayant voulu tuer d'autres hommes en se tuant eux-mêmes[24]. Dans une perspective qu'il revendique freudienne, il affirme que leur comportement kamikaze, le sacrifice d'eux-mêmes dans un acte terroriste, serait avant tout la résultante d'une frustration sexuelle initiée par des années de lavage de cerveau au sein d'une culture oppressive[26],[27],[28],[29],[30],[31],[32]. Il a cependant pu être jugé par certains analystes que le film manquerait d'un récit cohérent, et qu'il est parfois déroutant en oscillant entre les sujets et les théories d'une manière qui semble aléatoire[33]. La même critique conclut que : « Les racines du mal ne seront peut-être jamais entièrement comprises, mais Suicide Killers offre une fenêtre sur l'esprit du kamikaze, ce qui rend ce film indispensable. »

Un autre reportage, Terreur Racket et Corruption, diffusé par la chaine I24news[34] et repris par le « Jerusalem Post »[35], a donné la parole à des Palestiniens de la rue et des responsables politiques palestiniens accusant les dirigeants de l'OLP et de l'organisation considérée comme terroriste par l'Union Européenne[36] du Hamas de corruption. Le film a été repris par plusieurs sites[37],[38].

Un autre de ses films, Silent Exodus (Les réfugiés du silence) retrace l'exode de presque un million de Juifs des pays Arabes et Musulmans entre 1948 et 1974, libres à la suite de discriminations ou contraints légalement, sans obtenir de compensation pour leurs pertes, ni de soutien des Nations Unies et dont plus de la moitié a trouvé refuge en Israël, alors très jeune pays.

Plus récemment, son reportage sur la Marche du retour (Derrière le rideau de fumée) et ses émeutes notamment initiées par le Hamas, sous-titré en 7 langues, a été repris par le Jerusalem Post[39] et Sputnik News[40].

Filmographie[modifier | modifier le code]

L'œuvre cinématographique de Pierre Rehov comporte des clips ou courts métrages (moins de 25 min) et des documentaires (plus de 50 min).

Œuvre engagée, elle a la particularité d'être largement disponible pour visionnage sur l'internet.

  • 2001 : Le cheval de Troie (Trojan Horse - Israel and the War of Images). Documentaire de 40 min[41].
  • 2002 : Terre Sainte : Chrétiens en péril. Documentaire de 52 min[42]. Traite de la situation des chrétiens palestiniens et des persécutions dont ils sont victimes[43],[44].
  • 2003 : The Road to Jenin (en)(en)  : Démontage d'une manipulation médiatique. Documentaire de 53 min[45],[46],[47],[48]. Contre le documentaire controversé de Mohammad Bakri Jenin, Jenin[49],[50],[51].
  • 2004 : Les réfugiés du silence (Silent Exodus). Documentaire de 58 min en noir et blanc (mise à jour 2015). L'exode des Juifs qui ont dû quitter les pays arabo-musulmans[52].
  • Les otages de la haine. Sur les liens entre l'UNRWA et les organisations palestiniennes.
  • 2006 : (en) From The River to the Sea. Documentaire de 55 min sur la politique du « droit au retour » des Palestiniens, sélectionné pour le prix 2006 du Liberty Film Festival (en)[53],[54]
  • 2006 : (en) Suicide_Killers (en) - Paradise is Hell. Long métrage de 80 min[25]. Jamais diffusé en France.
  • 2007 : Qui a tué Mohamed al Dura ? Documentaire[8],[9]. Jamais diffusé en France.
  • 2009 : (en) First Comes Saturday, then Comes Sunday. Documentaire de 43 min[55]. Pourquoi près de deux millions de chrétiens ont quitté le Proche-Orient en 20 ans ?.
  • 2009 : (en) 72 virgins in heaven (72 vierges au paradis). Documentaire[56].
  • 2011 : (en) The Path to Darkness. Documentaire de 66 min, sur le terrorisme-suicide[57]. Jamais diffusé en France.
  • 2015 : Crimes de guerre à Gaza (War Crimes in Gaza). Documentaire de 55 min[58].
  • 2015 : (en) Beyond Deception Strategy : Exposing B.D.S. (Les mensonges du B.D.S.). Documentaire de 56 min[59],[58].
  • 2017 : Jerusalem dévoilée (Unveling Jerusalem). Documentaire de 59 min[60],[61],[62]. Retrace l'histoire de la ville trois fois sainte.
  • 2018 : Derrière le rideau de fumée (Behind the Smokescreen: Hamas Unrest in Gaza). Vidéo de 23 min en anglais sous-titré en français. Sur les émeutes du vendredi à la frontière de Gaza avec Israël).
  • 2018 : Paroles de Jihadistes. Court métrage de 21 min. Donne la parole à des Palestiniens miliciens.
  • 2019 : Le salaire de la terreur. Clip de 8 min. Les rémunérations des terroristes et de leur famille.
  • 2019 : (en) Apartheid Palestinien.
  • 2019 : Les origines de la cause palestinienne. Court métrage de 23 min[63]. Illustre les connexions entre nazisme et origine du nationalisme palestinien.
  • 2019 : Terreur, racket et corruption[64]. Opinions de Palestiniens sur les détournements de l'aide internationale.
  • 2019 : Palestine, invention d'une Nation. Long métrage de 1h13, en anglais. « Qui sont réellement les Palestiniens ? ».
  • 2019 : (en)Palestinian Animal Abuse : Court métrage sur la maltraitance animale comme fait culturel dans les Territoires Palestiniens
  • 2020 : (en)The Sunday People : Court métrage sur la situation des chrétiens dans les Territoires Palestiniens

Articles[modifier | modifier le code]

Autorités[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « J'ai vu les pires images de ma vie quand j'étais enfant » (Biographie de Pierre Rehov par P. Chesler).
  2. Biographie sur Amazon.fr.
  3. Biographie sur Jerusalem Post.
  4. Et si on arrêtait avec le politiquement correct ?, Le Figaro, 09/06/2017 (« ...à l'université de contre-terrorisme d'Hertzlyia - dont j'ai eu le privilège de suivre le cursus... »).
  5. (en) The Jerusalem Post, Author: Pierre Rehov (« ...studied counter-terrorism at IDC Herzliya... »).
  6. a b c et d (en) « Profile : Algerian threats led Pierre into filmmaking », sur www.jewishtelegraph.com, (consulté le 12 septembre 2019)
  7. (en) « Pierre Rehov Biography (mini Bio) », sur IMDb (consulté le 9 septembre 2019)
  8. a et b « QUI A TUE MOHAMED AL DURA ? », sur jmvideo.fr (consulté le 9 septembre 2019)
  9. a et b Pierre-André Taguieff, La nouvelle propagande antijuive. Du symbole al-Dura aux rumeurs de Gaza, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « « Intervention philosophique » », , 281 à 374 p. (lire en ligne), chap. VI (« Le symbole al-Dura dans la guerre médiatique. De la fabrication à l’exploitation »), p. 281-374
  10. Édité par Anagram, Luxembourg : Notice de Contre champs à la BnF.
  11. Paul Giniewski, La guerre des hommes-bombes, p. 347. Et id. (en) The Jews of France Tormented by the “Intifada of the Suburbs”, sur Naviv Online, août 2004.
  12. Des victimes du jihadisme à la psychologie de la terreur : rencontre avec l’écrivain Pierre Rehov, spécialiste israélien de l’anti-terrorisme, Atlantico, 25 juin 2018 Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Je me souviens de cette couverture de Libération en pleine intifada […] C’est ainsi que j’ai découvert ma vocation de réalisateur engagé pour la vérité. »
  13. Biographie de Pierre Rehov par P. Chesler, Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « How many Jews are going to be killed […] I’m starting to fight right now » .
  14. a b et c Catalogue BnF.
  15. Biographie sur le site du Crif.
  16. a et b Interview de Pierre Rehov à l’occasion de la sortie de son roman par Jean-Marc Moskowicz.
  17. Liste d'articles au Figaro.
  18. Maison Europe Brest (Ti Europa Brest - Breizh Izel), « Revue de presse du lundi 03 juillet 2017 », sur Maison de l'Europe de Brest et Bretagne Ouest, (consulté le 12 septembre 2019)
  19. https://www.gatestoneinstitute.org/author/Pierre+Rehov Articles rédigés par Pierre Rehov].
  20. (en) Pierre Rehov, « The U.S., Churchill and the Middle East », (Exemple d'article de P. Rehov sur G.I.O., repris sur Yonkers Tribune du 21/05/2017 : https://www.yonkerstribune.com/2017/05/the-u-s-churchill-and-the-middle-east-by-pierre-rehov), sur Gatestone Institute, (consulté le 9 septembre 2019)
  21. « Pierre Rehov », sur The Jerusalem Post (consulté le 24 juillet 2020).
  22. Critique de Cellules blanches par Christiane Mélin.
  23. Pierre REHOV, Tu seras si jolie..., Place des éditeurs, (ISBN 9782714478719, lire en ligne)
  24. a et b Il y a, dans l'islamisme combattant, une connaissance profonde des faiblesses humaines, Figarovox, Grand entretien sur Tu seras si jolie, 27-07-2018.
  25. a et b Suicide Killers, 2006, sur IMDb. – Site officiel. – Sur Amazon.
  26. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Ardi
  27. (en) Jonathan Curiel, The mind of a suicide bomber - A politically incorrect film explores the bomb bearers' many motivations, San Franscisco Chronicle SFgate.com, 22-10-2006.
  28. (en) MSNBC : Interview de Pierre Rehov, 10-07-2017.
  29. « Israël Palestijns conflict / Wat drijft Palestijnse zelfmoordenaars? », sur Joods Actueel., (consulté le 5 septembre 2019)
  30. RMC, « Sur RMC, il dévoile les techniques de manipulation psychologique des recruteurs de terroristes », sur RMC, (consulté le 9 septembre 2019)
  31. (en) Nathan LEE, « The Faces of Radical Islamic Martyrdom », NYT,‎ aug. 25, 2006 (lire en ligne)
  32. (en) David Barnhart, Living in the Times of the Signs, Xulon Press, (ISBN 9781604770520, lire en ligne), p. 183
  33. (en) Ricki Hollander, Suicide Killers (2006), sur Camera, 1-08-2007.
  34. « "Les Palestiniens ne veulent pas se mobiliser pour leur direction corrompue" », sur www.i24news.tv, (consulté le 16 février 2020)
  35. (en) « Corruption: A major cause of Palestinian suffering - documentary », sur The Jerusalem Post | JPost.com, (consulté le 16 février 2020)
  36. « Malgré la contestation du Hamas, l’Europe maintient le mouvement palestinien sur sa liste terroriste », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 28 janvier 2020)
  37. (nl) « Terreur-Bedrog-Corruptie - Terror-Racket-Corruption (P. Rehov) », sur ... (consulté le 16 février 2020)
  38. René Seror, « GAZA CORRUPTION VIOLENCE. », sur Tribune juive, (consulté le 16 février 2020)
  39. (en) Juliane Helmhold, « Watch : Exclusive Footage from inside Gaza Reveals True Face of Protests », sur jpost.com,
  40. (en) French Filmmaker 'Challenges Intl Community's Image of Gaza' via Exclusive VIDEO, avec la vidéo, 7-05-2018.
  41. Notice de Le cheval de Troie à la BnF.
  42. Fiche de film-documentaire.fr.
  43. Hélène Keller-Lind, Chrétiens et juifs sont inférieurs aux musulmans, c'est ce qu'enseigne l'autorité palestinienne aux enfants, Tribune du Crif, 6-06-2012. Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Pierre Rehov, montre d'ailleurs le témoignage d'une Palestinienne chrétienne […] ne peut prétexter que les Israéliens en seraient la cause... »
  44. (en) Steven Carol, Understanding the Volatile and Dangerous Middle East: A Comprehensive Analysis, iUniverse, (ISBN 9781491766583, lire en ligne)
  45. Notice de Film-documentaire.fr sur La route de Jénine.
  46. La route de Jenine, synopsis et analyse sur ISRATV, 2003.
  47. (en-US) « See 'The Road to Jenin' », sur HonestReporting, (consulté le 9 septembre 2019)
  48. « film-documentaire.fr - Portail du film documentaire », sur www.film-documentaire.fr (consulté le 16 mars 2019)
  49. (en) Zohar Kampf (maître de conférence en communication et sémiotique) et Tamar Liebes (professeur de media et de journalisme), Transforming Media Coverage of Violent Conflicts: The New Face of War, Royaume Uni, Springer, , 187 p. (ISBN 9781137313218, lire en ligne), p. 135
  50. (en-US) Greg Myre, « New Battle Over Jenin, on Television », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 13 septembre 2019)
  51. (en) Centre of Excellence Defence Against Terrorism, The Media: The Terrorists' Battlefield, vol. 17 : NATO Security Through Science Series, NATO, Ankara (Turquie), IOS Press, (ISBN 9781586037307, lire en ligne), p. 12
  52. Notice de Les réfugiés du silence à la BnF.
  53. (en-US) Patrick Goldstein, « Doing the right thing », sur Los Angeles Times, (consulté le 10 septembre 2019)
  54. (en) Ted Johnson, « At the Liberty Film Festival: “Loyal Opposition” », sur Variety, (consulté le 10 septembre 2019)
  55. sur Great Christian Documentaries, 24-01-2012.
  56. (en) Todd K. Shackelford et Yael Sela, « The myth of the myth of martyrdom », Behavioral and Brain Sciences, Cambridge University Press, vol. 37, no 4,‎ , p. 376–377 (ISSN 0140-525X et 1469-1825, DOI 10.1017/S0140525X13003488, lire en ligne, consulté le 12 septembre 2019)
  57. The Path to Darkness, sur Internet Movie Database.
  58. a et b (en-US) « Debunk palestinian lies with facts », sur Middle East Studio (consulté le 9 septembre 2019)
  59. La haine du Juif est le moteur de BDS, Pierre Rehov interviewé par JForum, 25-06-2015.
  60. Eddie Suissa, Hélène Keller Lindt : Deux critiques de Jérusalem dévoilée, précédées du synopsis.
  61. Jérusalem, le billet d'humeur d'un réalisateur franco-israélien, Le Figaro, 12/12/2017.
  62. (en) Nidra Poller, « UNVEILING JERUSALEM a film by Pierre Rehov », sur www.newenglishreview.org, (consulté le 9 septembre 2019)
  63. (en) BacksChannels - Conflicts, Culture, Language, Psychology, « Pierre Rehov’s Documentary “The Origins of the Palestinian Cause” and Related Reference », 27 avril 2019
  64. Terreur, racket et corruption, présentation sur Le Figaro