Pierre Piccinin da Prata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre Piccinin da Prata
Image dans Infobox.
Pierre Piccinin da Prata en 2014.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (49 ans)
GemblouxVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Pierre Piccinin da Prata est un enseignant et écrivain belge né le 24 mars 1973, à Gembloux (Belgique). Il a, à deux reprises, été emprisonné ou retenu comme otage en Syrie en 2012 et 2013.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre Piccinin da Prata est né dans une famille d'origine vénitienne : son grand-père paternel a quitté l'Italie pour la Belgique quelques années après la prise de pouvoir de Benito Mussolini[1][réf. nécessaire]. Il étudie à l’Université libre de Bruxelles,à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne et à l’École pratique des hautes études, en histoire classique, en archéologie et en sciences politiques et est agrégé (belge) de l’enseignement secondaire supérieur[réf. nécessaire].

Après ses études à Paris, Pierre Piccinin da Prata enseigne au Lycée belge de Lubumbashi lors de la fin du régime de Mobutu. Il devient enseignant de la Communauté française de Belgique, puis l’École européenne de Bruxelles I, où il a enseigné les cours d'histoire et de sciences politiques. Il a également exercé la fonction de maître de stages à l'Université libre de Bruxelles. En 2013, Pierre Piccinin da Prata est rédacteur en chef du Courrier du Maghreb et de l'Orient[2] et professeur d'histoire à l’Athénée royal Jean Rostand de Philippeville[3].

Pierre Piccinin a porté son intérêt sur le printemps arabe, qu'il a voulu observer sur le terrain, du Maghreb au Moyen-Orient. Il s'est ainsi rendu en Tunisie, au Yémen, en Égypte, en Libye, et en Syrie[4],[5].

Pierre Piccinin a écrit plusieurs ouvrages et de nombreux articles d’analyse de politique internationale centrés sur l’Afrique, les États-Unis et l’Amérique latine, mais l’essentiel de sa production concerne le monde arabo-musulman[réf. nécessaire]. Il a également publié des textes d’opinion dans la presse européenne et a participé à la rédaction de plusieurs ouvrages collectifs. Toutefois, ses premiers travaux sont des articles scientifiques sur la Guerre de Spartacus[6].

Pierre Piccinin da Prata se décrit comme « catholique de gauche » et se dit « concerné » par les institutions de l'Église. Il a notamment écrit un article critique de l'Abbé Gabriel Ringlet sur le site Riposte catholique, dans lequel il presente l'église catholique comme « la seule institution internationale et à vocation universelle qui condamne sans ambiguïté les affres du libéralisme économique ». Il estime que l'église est attaquée pour « son message, de plus en plus engagé aux côtés des plus pauvres » notamment par les « milieux protestants évangélistes ». Il voit dans la succession de scandales « attisés et surmédiatisés » la preuve d'une campagne de dénigrement, « à commencer par la question des « prêtres pédophiles », comme si l’Eglise en avait l’apanage et qu’aucun autre secteur de la société n’en était affecté »[7]. Il est Commandeur (Commanderie de Wallonie et du Grand-Duché du Luxembourg) de l'Ordre militaire et hospitalier de Saint-Lazare de Jérusalem[8].

Critiques et controverses[modifier | modifier le code]

En 2012, dans un article publié sur le site du Centre communautaire laïc juif, le professeur de l'Université Libre de Bruxelles Joël Kotek[9], affirme que Pierre Piccinin da Prata partage « assurément » la « croyance antisémite qui fait des Juifs les maîtres exclusifs des médias ». Kotek qualifie Piccinin d' « obsédé du complot juif », notamment parce que ce dernier parle de « pressions » et « intimidations » mises en œuvre par « les organisations juives », et qu'il défend des personnalités « persécutées » et accusées d'antisémitisme comme Alain Ménargues et Paul-Eric Blanrue[10]. Pierre Piccinin a obtenu un droit de réponse. Il y souligne entre autres un « intéressant paradoxe » : lui qui a pu travailler pour plus de dix journaux, dont Le Monde, croirait à une mainmise des juifs sur les médias[11] ? Pierre Piccinin da Prata a écrit en 2010 un article dans le quotidien L'Orient-Le Jour dans lequel il condamnait le racisme et l'antisémitisme, qu'il dissociait de l'antisionisme[12]. Pierre Piccinin da Prata a souvent critiqué l'État d'Israël, notamment lors de la guerre de Gaza et de l'arraisonnement du Mavi Marmara et dans un article où il qualifie le pays d'un « État-voyou en liberté »[13].

Pierre Piccinin da Prata reproche régulièrement aux médias de répercuter des informations sans les vérifier sur le terrain[14][source insuffisante]. Piccinin dénonce ce qu'il qualifie de « vision du courant médiatique dominant »[15].

Le Prix Goncourt Jonathan Littell le traite de « crétin » dans ses Carnets de Homs, et devant le corps d'un enfant de dix ans tué par un sniper du régime, dit au photographe qui l'accompagne : « balance une copie de ta photo au connard de Gembloux, d'accord ? ». Ce photographe avait dit à Pierre Piccinin la veille : « Monsieur, je voudrais vous conseiller de changer de spécialité. Vous parlez anglais, spécialisez-vous dans le monde anglo-saxon ». Présent à Homs quelques jours après son passage, il écrit « Il présente une version des évènements en Syrie entièrement conforme à la propagande du régime, minimisant le plus possible les tueries ainsi que l'ampleur du soulèvement. Ni son bref voyage à Homs, sans traducteur et sans aucune connaissance des quartiers ou de la configuration de la ville, ni sa discussion avec Abu Brahim et Fadwa Suleiman, ne lui auront fait changer d'avis. ». Il rapporte en effet que l'universitaire ne parle pas un mot d'arabe, a passé les snipers sans s'apercevoir de rien, n'a pas trouvé de trace de bombardement et est reparti. Piccinin convient « bien sûr j'étais encadré », et affirme qu'il a pu obtenir son deuxième visa grâce à ses articles « objectifs ». Les journalistes du Monde affirment qu'il n'écoute rien, ne s'aperçoit de rien, et reste persuadé que les médias et les militants syriens ne racontent « que des bobards ». Les militants syriens, quant à eux, sont persuadés qu'il est envoyé par le régime, et décident de filmer sa visite « On l'a accueilli, on l'a nourri, on l'a hébergé, et on l'a filmé, on lui a dit "Si tu retournes voir le régime et tu dis qu'on t'a maltraité, on met les vidéos sur Youtube". »[16].

Le journaliste Christophe Ayad, dans le quotidien Le Monde, publie un article critique dans lequel Pierre Piccinin da Prata est ironiquement comparé au reporter de bande dessinée belge Tintin et se voit qualifié d'« aventurier sans fantaisie, chercheur sans qualification »[17]; Christophe Ayad, qui le qualifie également d'« idiot utile du régime de Bacchar al-Assad »[18], lui reproche de relayer la propagande du régime syrien. Depuis 2011, Pierre Piccinin da Prata concluait de ses observations en Syrie que le régime de Bcshar el-Assad était solide et allait parvenir à se maintenir en place; il affirmait en outre que la révolution syrienne n'était pas une révolution populaire identique au printemps tunisien et présentait une importante composante islamiste[19]. Pierre Piccinin da Prata a obtenu un droit de réponse[20]. Baudouin Loos le décrit comme un « auteur inclassable et atypique »[21], tandis que Christophe Lamfalussy voit en lui un « intellectuel franc-tireur »[22]

Pierre Piccinin est perçu comme « une personnalité très controversée » et le Ministre des Affaires étrangères belge Didier Reynders a démenti son appartenance à la Sûreté de l'État ou aux services des Renseignements militaires[23].

Selon Frédéric Delocra, sur le travail de reportage de Pierre Piccinin da Prata: « Le témoignage est fort, l'analyse rationnelle reste ensuite à construire», tout en qualifiant son type de journalisme de « partial, engagé », mais « précieux et courageux » car il va « chercher une vérité [...] au front, sous les balles, sous les roquettes »; il a « séduit beaucoup de lecteurs hostiles à l'ingérence occidentale au Proche-Orient »[24].

Prises de positions sur le Printemps arabe[modifier | modifier le code]

Pierre Piccinin da Prata se fait connaître au début du Printemps arabe en se rendant dans les différents pays touchés par les révolutions : présent sur tous les terrains du Printemps arabe, il critique la presse et la manière dont elle interprète les événements, à travers, écrit-il, « l’application de schémas et de grilles d’analyse complètement inadéquats, produisant de ces révoltes arabes une image déformée et une interprétation prospective (…) invalidée par les événements »[25]. Il salue la « démocratisation » du Yémen et il annonce au contraire le risque d'explosion du pays[26], ou encore l'engouement des médias occidentaux favorables au renversement de Kadhafi en Libye[27], et d'après lui, il aurait prédit là aussi l'éclatement du pays[28]. De même, dans une analyse prospective, Pierre Piccinin da Prata conclut, en janvier 2013 déjà, que le président égyptien Mohamed Morsi sera renversé par un coup d'État militaire[29].

En 2011, il fut l’envoyé spécial du magazine Afrique Asie au Liban et en Syrie et le correspondant de l’hebdomadaire The New Times au Mali[réf. nécessaire]. Il a publié occasionnellement dans Le Monde, La Libre Belgique qui a toutefois mis fin à la collaboration de Pierre Piccinin en 2011, dans l'acrimonie: Rue89, L’Humanité, L’Espresso, L’Orient - Le Jour…[réf. nécessaire]. En 2012, il fut correspondant du quotidien belge Le Soir, qui a publié deux séries de chroniques quotidiennes rédigées depuis les quartiers rebelles de la ville d’Alep.

Syrie[modifier | modifier le code]

Controverses[modifier | modifier le code]

C’est à propos de la Syrie qu’il fait le plus parler de lui. Avant de soutenir les rebelles à partir du printemps 2012, Pierre Piccinin a été accusé de relayer la propagande du régime syrien[30],[31].

Il se rend une première fois en Syrie en juillet 2011, et raconte y trouver une situation différente de celle décrite par les médias.

Il se rend dans la ville de Hama, à l’époque assiégée par l’armée du régime. Il dit avoir assisté aux manifestations d’opposition au gouvernement de Bachar el-Assad et avoir filmé les événements. D'après la thèse de Pierre Piccinin, le nombre des manifestants était très fortement exagéré par l'OSDH qui avait annoncer 500 000 manifestants à Hama, mais selon son analyse, publiée dans le magazine Afrique-Asie[32], il n’en décompte que quelques milliers[33].

Il évoque dans ses écrits un pays très calme, où les premiers mois de la révolution n'auraient mobilisé qu'une minorité de Syriens, « presque anecdotique », ce qui déclenche la colère de ses confrères, et l'admiration des sites complotistes. Ces écrits plaisent au régime. Pierre Piccinin da Prata est accusé de vouloir le défendre et qualifié de partisan du président Bachar el-Assad[30],[34]. Après avoir hésité, il accepte l'hiver suivant une invitation du ministère syrien de l'Information, et dit avoir un « programme à suivre » avec des journalistes russes, chinois, et aussi sud-américains. Il affirme avoir obtenu l'assurance qu'il pourrait avoir une liberté de mouvements. Il se voit offrir une voiture avec chauffeur[30].

Au printemps 2012, Pierre Piccinin dit avoir été torturé dans une prison du régime syrien, et, d'après Le Monde, il décide de soutenir l'opposition, tout en déclarant : « parce que les choses ont changé, pas parce que j'ai été torturé »[35].

Le 9 septembre 2012, de retour de détention en Syrie, Pierre Piccinin da Prata disculpe le régime syrien du Massacre de la Ghouta en affirmant : « Ce n’est pas le gouvernement de Bachar el-Assad qui a utilisé le gaz sarin ou autre gaz de combat dans la banlieue de Damas »[36]. Selon lui, « c’est un devoir moral de le dire. (...) Même s’il m’en coûte de le dire parce que depuis mai 2012 je soutiens l’armée syrienne libre dans sa juste lutte pour la démocratie »[37]. Pierre Piccinin a été persuadé par une conversation surprise le 30 août dans une chambre voisine quand il était détenu comme otage par des « brigands islamistes », à qui il affirme avoir été livré par les rebelles de l’Armée syrienne libre[38],[39]. Le reporter italien Domenico Quirino, compagnon d'infortune de Pierre Piccinin, témoigne de leur mise en captivité : « Ce n’est plus la révolution que j’ai connue il y a deux ans à Alep laïque et tolérante. Nous avons été arrêtés par l’Armée syrienne libre puis livrés à une brigade inféodée à Al-Qaïda »[37]. Domenico Quirino détaille la scène de la conversation ainsi : « un jour, depuis la pièce dans laquelle nous étions emprisonnés, à travers une porte entrouverte, nous avons écouté une conversation en anglais via Skype entre trois personnes dont je ne connais pas les noms. L’un d'eux s’était présenté à nous comme un général de l’Armée syrienne libre. Un deuxième, avec lui, était une personne que je n’avais vue. Du troisième, via Skype, nous ne savons rien »[40]. Selon Domenico Quirino, les personnes qu'il a entendues converser disaient que l'attaque chimique avait été lancée par les rebelles comme une provocation pour conduire les occidentaux à intervenir militairement, et que le nombre de morts causés par l'attaque « était exagéré »[41], [42]. Mais il déclare : « Je n’ai aucun élément qui vient confirmer cette thèse ni aucune idée de la fiabilité ou de l’identité des personnes qui parlaient »[40]. Il ajoute que c'est « fou de dire que je sais que ce n’est pas Assad qui a utilisé le gaz »[36],[43]. Et il insiste : « Je ne suis absolument pas en mesure de dire si cette conversation était basée sur des faits réels ou si c'était juste un bavardage comme ça et je n'ai pas l'habitude de donner du crédit à des mots entendus à travers une porte »[41].

En mai 2013 paraît un second volume de lui relatif à la Syrie, Avec les combattants en Syrie, dans lequel il règle ses comptes avec la presse et ses détracteurs et reprend dans le détail le récit de ses sept premiers voyages, en tentant de produire une vue d'ensemble de l'historique du conflit[44].

Reportage et littérature sur la guerre civile[modifier | modifier le code]

En mai 2012, il donne son explication aux prémices de la guerre civile, déçu par les élections que le gouvernement avait promises libres et ouvertes à l’opposition, le peuple s’est alors soulevé[45]. C’est lors de ce troisième séjour, après qu'il a rencontré des rebelles, qu’il dis avoir été arrêté par les services secrets syriens et d'avoir été torturé, à Homs, pour des accusations d'espionnage pour le compte de la France[46], puis expulsé du pays. A son retour en Belgique, il décrit le centre de Homs comme un lieu de « torture à la chaîne » où il a vu des gens battus à mort et torturés à l’électricité[47]. Pierre Piccinin da Prata poursuivra néanmoins son travail de terrain en Syrie : il publie La Bataille d’Alep, un livre dans lequel il rassemble ses récits écrits au jour le jour pendant trois semaines passées avec les rebelles dans la ville assiégée et réalise un film documentaire édité sous le même titre[48].

Première captivité[modifier | modifier le code]

Selon ses témoignages il aurait été emprisonné par l'armée syrienne qui l'interroge malgré sa compréhension de l'arabe qu'il qualifie de « sommaire » et son support politique pour le régime syrien. Selon son témoignage récolté par le Nouvel Observateur: «Ses codétenus se cotisent pour soudoyer un gardien et lui fournir, quelques minutes, "un GSM". Le chercheur tente d'appeler ses parents. Sans succès. Il connaît le numéro d'un ami d'enfance, composé mille fois quand ils étaient adolescents. Il tente. Par chance, l'ami est chez lui. "Je suis à la prison de Bab Al'Musalla". Réponse : "Ils sont à ta recherche, le consul en poste Amman est à Damas". Deux jours plus tard le Belge est emmené à l'aéroport.»[49].

Seconde captivité[modifier | modifier le code]

Le 8 avril 2013, Pierre Piccinin da Prata effectue son huitième voyage en Syrie, lorsqu’il est enlevé dans la ville d’al-Qousseyr, d'après lui très probablement par les brigades islamistes al-Farouk[50]. Il est accompagné de l’envoyé spécial du quotidien italien La Stampa, Domenico Quirico[51]. Les deux hommes sont libérés le , après 151 jours de détention, durant lesquels ils ont subi de mauvais traitements[52]. Pierre Piccinin considère que les autorités belges l'ont abandonné à son sort[53], ce que confirmerait la déclaration d'un magistrat anonyme : « la Belgique n’a rien fait, c’est l’Italie qui a fait fonctionner ses réseaux (et obtenu la libération) »[54]. Le journal De Tijd du 2 novembre 2013 rapporte les dires d'un Syrien selon lequel l'Italie aurait payé quatre millions de dollars pour la libération de Pierre Piccinin da Prata et Domenico Quirico[55].

Il participe au livre de Domenico Quirico, sur les détails de cette captivité dans un livre écrit en italien Il Paese del Male, qui a reçu en 2014 l'Aigle d'Or du Prix Estense, prix littéraire du journalisme italien[56].

Livres[modifier | modifier le code]

Seul auteur[modifier | modifier le code]

  • Pierre Piccinin da Prata, La Bataille d'Alep : Chroniques de la révolution syrienne, Paris, L'Harmattan, , 215 p. (ISBN 978-2-336-00900-1, BNF 43510795, lire en ligne)
  • Pierre Piccinin da Prata, Avec les combattants en Syrie, Bruxelles, La Boîte à Pandore, coll. « Témoignages et documents », , 259 p. (ISBN 978-2-87557-022-2)
  • Pierre Piccinin da Prata, Iran, 2009 - Une « révolution colorée » ? Analyse comparée du mouvement contestataire - Formes et clivages du paysage sociopolitique iranien (1979-2017), Éditions du Courrier du Maghreb et de l'Orient, janvier 2017, 108 p. (ISBN 978-2-930855-04-2)

En collaboration[modifier | modifier le code]

  • Pierre Piccinin da Prata et Thibaut Werpin, Tunisie, du triomphe au naufrage. Entretiens avec le Président Moncef Marzouki, Paris, L'Harmattan, , 197 p. (ISBN 978-2-343-01949-9)
  • (it) Domenico Quirico et Pierre Piccinin da Prata, Il Paese del Male, Vicence, Neri Pozza, , 176 p. (ISBN 978-88-545-0794-4)
  • Pierre Piccinin da Prata et Domenico Quirico, Le pays du mal. Otages du djihad en Syrie, 152 jours, Paris, L'Harmattan, octobre 2014, 212 p. (ISBN 978-2-343-04011-0)[57]

Participation à des ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • La contradiction s'invite à l'ULB, dans Abdellah Boudami (éd.), Burqa bla bla, petit chahut deviendra grand, Égalité Éditions, 2012.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 2012 : Syrie, la bataille d'Alep avec Eduardo Ramos Chalen, documentaire, 50 min.(L'Harmattan Vidéos).
  • 2017 : Alep. Mémoires d'une ville en guerre avec Anass El Azhar Idrissi, documentaire, 120 min. (L'Harmattan Vidéos)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « [http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=auteurs&obj=artiste&no=23965 Les auteurs des Éditions de L’Harmattan -] »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  2. Le Courrier du Maghreb et de l'Orient, « http://lecourrierdumaghrebetdelorient.info/editorial-team/ Permanent Editorial Team »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  3. P. Lemaire, « http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=dmf20130910_00358292 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Pierre Piccinin attendu avec impatience], L'Avenir 10/9/2013; Philippeville: Pierre Piccinin, l'ex-otage syrien, est de retour à l'école, La Gazette.be 16/10/2013.
  4. « Pierre Piccinin en Syrie : le journal terrible d’un historien et politologue « de guerre » », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le )
  5. « Pierre Piccinin da Prata », sur Le HuffPost (consulté le )
  6. « http://www.daphne.cnrs.fr/daphne/viewNotice.html;jsessionid=83434D5DC8A2E3BDF66C11AF9F1FDF09?daphneIdentifier=BAHR-39497&sort=dateSort&dir=asc&page=0&maxPages=3&searchIndex=6&nbResults=129&lastPage=false »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Catalogue du CNRS (Archéologie, Préhistoire et Histoire) -]
  7. Voir aussi ses articles d'opinion: Un message social courageux qui est loin d'être réactionnaire (Le Soir) - « https://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=1120449&clef=ARC-TRK-D_01 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) ; Benoît XVI, entre tradition et progrès : Benoît XVI, conservateur, étonne sur la question sociale et économique (La Libre Belgique) - [1]; Independent Catholic News - [2];Lettre ouverte à Monsieur l’Abbé Gabriel Ringlet, Riposte catholique. 13/11/2010
  8. « INTERVIEW PIERRE PICCININ DA PRATA. Une ABSL pour récolter des fonds pour les banques alimentaires », L'Avenir,‎ (lire en ligne); Entreprises Belgique, « https://www.societes-belgium.com/association-belge-de-l-ordre-militaire-et-hospitalier-de-saint-lazare-de-jerusalem-edp2/ »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) ASSOCIATION BELGE DE L'ORDRE MILITAIRE ET HOSPITALIER DE SAINT LAZARE DE JERUSALEM] (2015)
  9. « De Berlin à Bagdad, pourquoi je suis sioniste », CCLJ - Centre Communautaire Laïc Juif David Susskind,‎ (lire en ligne)
  10. J. Kotek, Un monde sans repères, ni valeurs, 4/9/2012
  11. Pierre Piccinin da Prata, Chantage à l'antisémitisme! Encore... et toujours, 24/9/2012
  12. Pierre Piccinin da Prata, Antisémitisme et antisionisme: les confusions et tabous de l'Occident, L'orient-Le Jour 1/10/2010 (accès réservé aux abonnés)
  13. « PROCHE-ORIENT - Israël, un Etat-voyou en liberté - Monde arabe », Monde arabe,‎ (lire en ligne)
  14. « ÉTAT ISLAMIQUE – Reportage exclusif – Mossoul : l’odeur doucereuse des cadavres… | The Maghreb and Orient Courier », sur lecourrierdumaghrebetdelorient.info,
  15. par exemple, « Le Yémen et le printemps arabe », France Inter,‎ (lire en ligne)
  16. Jonathan Littell, Carnets de Homs : 16 janvier-2 février 2012, Gallimard, , 234 p. (ISBN 978-2-07-013814-2), p. 189-199
  17. C. Ayad, Les mésaventures de "Tintin" au pays de Bachar, Le Monde 6/6/2012- [3]
  18. « Pierre Piccinin, correspondant de guerre malgré lui », sur Apache, (consulté le )
  19. Pierre Piccinin, « Vicissitudes et réalités », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne)
  20. Droit de réponse de Pierre Piccinin da Prata, lemonde.fr
  21. Baudouin Loos, La terrifiante Odyssée de Pierre Piccinin, Le Soir, 9 septembre 2013
  22. Christophe Lamfalussy, Libération de Pierre Piccinin, La Libre Belgique, 9 septembre 2013
  23. Déclaration de Didier Reynders, Pierre Piccinin, une personnalité très controversée, vidéo de la RTBF 9/9/2013
  24. Frédéric DELORCA, Parutions.com-
  25. Tunisie-Égypte, un laboratoire exemplaire ?, Les Cahiers de l’Orient 109 - [4]
  26. Pierre Piccinin I), « Seuls les Yéménites le savent… », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  27. par exemple,, « Guerre en Libye : la chronologie des événements », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  28. « Les démons et les ombres du printemps arabe », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. Pierre Piccinin da Prata, « Tunisie - Égypte, un laboratoire exemplaire? », sur Les Cahiers de l'Orient,
  30. a b et c « Syrie : Pierre Piccinin, l'homme qui en savait trop », sur Le Point, (consulté le ).
  31. « Le petit monde composite des soutiens au régime syrien », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  32. PDF du magazine Afrique-Asie (mars 2012) - http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/12/12/25/76l-exception-syrienne.pdf
  33. A. Arefi, Syrie : Pierre Piccinin, l'homme qui en savait trop, Le Point, 29 et 30 mai 2012
  34. Caroline FOUREST, « Un idéologue à l'épreuve du drame syrien », France Inter,‎ (lire en ligne)
  35. « Le Belge Pierre Piccinin, disparu en Syrie depuis avril, est vivant », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  36. a et b L. Daussy, Syrie / chimique : contradictions entre deux ex-otages, @rrêt sur images 10/9/2013.
  37. a et b « Syrie : l'étonnant récit des otages libérés », sur L'Humanité, (consulté le )
  38. « Gaz : le compagnon de détention de P. Piccinin prend ses distances avec le Belge », sur RTBF Info, (consulté le ).
  39. « Pour Piccinin,"Assad n'est pas l'auteur des attaques au gaz" », sur 7sur7, (consulté le )
  40. a et b « Gaz sarin : divergence entre les deux otages de retour de Syrie », sur Libération.fr, (consulté le )
  41. a et b « Armes chimiques en Syrie: l'otage Belge libéré dédouane le régime d'Assad », sur RTL.fr, (consulté le )
  42. « Journaliste italien libéré en Syrie : "Il est possible que cette révolution m'ait trahi" », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  43. « Ce sont les rebelles qui ont utilisé le gaz sarin ! » », sur archive.is, Le Soir Magazine, (consulté le )
  44. « SYRIE – L’occasion manquée… | The Maghreb and Orient Courier », sur lecourrierdumaghrebetdelorient.info (consulté le )
  45. La guerre civile syrienne -
  46. Pierre Piccinin, l'homme qui en savait trop, lepoint.fr
  47. La Libre.be, « Pierre Piccinin raconte l'horreur des prisons syriennes », sur www.lalibre.be, (consulté le )
  48. Syrie, La Bataille d’Alep (film documentaire, Ed. L’Harmattan, Paris)
  49. https://www.nouvelobs.com/monde/la-revolte-syrienne/20120530.OBS7105/syrie-tortures-dans-les-geoles-de-bachar-al-assad.html Le Nouvel Observateur 1/6/2012 (interview de Pierre Piccinin)
  50. Pierre Piccinin a bien été détenu par Al Farouk, lalibre.be, 29 septembre 2013
  51. [5], lesoir.be
  52. [6], lesoir.be
  53. Piccinin : « Reynders a saboté ma libération », interview de Pierre Piccinin da Prata par Olivier Mukuna et Aurore Van Opstal, Femmesdechambre.be 08 octobre 2013.
  54. A. Lallemand, Filières syriennes : le risque s'aggrave, Le Soir 27/12/2013, repris dans Courrier International 3/1/2014.
  55. Harald Doornbos, ‘Italië betaalde 4 miljoen dollar voor ontvoerde Belg en Italiaan', De Tijd 2/11/2013
  56. (it) Site officiel du Prix, « http://www.premioestense.it/it/news:news_id=5 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) "Il paese del male" si aggiudica la 50° edizione del Premio Estense], 27/09/2014
  57. Présentation du livre sur le site internet de L'Harmattan 1/11/2014.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]