Pierre Ochs (politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre Ochs
Peter Ochs.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
BâleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Fratrie

Pierre Ochs est une personnalité politique suisse, né le à Nantes et mort le à Bâle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Installé à Bâle depuis 1779, il est un admirateur des idées de la Révolution française. En 1790, il est chancelier de Bâle, au moment où son beau-frère Philippe-Frédéric de Dietrich[1] est maire de Strasbourg. Il essaie de maintenir de bonnes relations entre la France et la Suisse et participe à la signature des traités de Bâle (1795).

En 1797, avec le soutien du Directoire, il fomente des révoltes contre l'aristocratie pour établir un gouvernement semblable à celui que connaît la France. Il rédige alors une constitution qui établit l'égalité et conduit à un système politique représentatif et plus centralisé. La République helvétique, dont il fait partie du Directoire avec deux autres francs-maçons comme lui[2] (Frédéric-César de La Harpe et Pierre-Maurice Glayre) est ainsi créée, mais fédéralistes et centralisateurs s'opposent, ce qui conduit à une instabilité chronique.

Il fait partie de la délégation suisse convoquée à Paris par Napoléon Bonaparte (1803) et qui aboutit à la signature de l'Acte de médiation faisant passer la Suisse sous la tutelle française. Après son retour à Bâle, il entre au Conseil d'État mais s'occupe désormais surtout de travaux littéraires et artistiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Époux de sa sœur Sybille de Dietrich.
  2. Il était membre de la Franc-maçonnerie, voir: La rédaction, « Franc-maçonnerie » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Larousse du XXe siècle
  • Peter F. Kopp, « Ochs, Pierre » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  • Jacques-Alphonse Mahul, Annuaire nécrologique, ou Supplément annuel et continuation de toutes les biographies ou dictionnaires historiques, 3e année, 1822, Paris : Ponthieu, 1823, p.304-306 [1]
  • Elisabeth Messmer-Hitzke, Sybille de Dietrich, une femme des Lumières en quête de liberté, Strasbourg : La Nuée Bluée, 2018, 288 p. (ISBN 9782716508544)