Pierre Ochs (politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierre Ochs.
Pierre Ochs (politique)

Pierre Ochs est une personnalité politique suisse, né le à Nantes et mort le à Bâle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Installé à Bâle depuis 1779, il est un admirateur des idées de la Révolution française. Il essaie de maintenir de bonnes relations entre la France et la Suisse et participe à la signature des traités de Bâle (1795).
En 1797, avec le soutien du Directoire, il fomente des révoltes contre l'aristocratie pour établir un gouvernement semblable à celui que connaît la France. Il rédige alors une constitution qui établit l'égalité et conduit à un système politique représentatif et plus centralisé. La République helvétique, dont il fait partie du Directoire avec deux autres franc-maçons comme lui[1]( Frédéric-César de La Harpe et Pierre-Maurice Glayre) est ainsi créée, mais fédéralistes et centralisateurs s'opposent, ce qui conduit à une instabilité chronique.
Il fait partie de la délégation suisse convoquée à Paris par Napoléon Bonaparte (1803) et qui aboutit à la signature de l'Acte de médiation faisant passer la Suisse sous la tutelle française. Après son retour à Bâle, il entre au Conseil d'État mais s'occupe désormais surtout de travaux littéraires et artistiques.


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques-Alphonse Mahul, Annuaire nécrologique, ou Supplément annuel et continuation de toutes les biographies ou dictionnaires historiques, 3e année, 1822, Paris : Ponthieu, 1823, p.304-306 [1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il était membre de la Franc-maçonnerie, voir: La rédaction, « Franc-maçonnerie » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 9 décembre 2015.