Pierre Morel (diplomate)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre Morel
Flickr - World Economic Forum - Pierre Morel - World Economic Forum Turkey 2008.jpg
Pierre Morel
Fonctions
Ambassadeur de France près le Saint-Siège
-
Ambassadeur de France en Chine
-
François Plaisant (d)
Ambassadeur de France en Mongolie
-
Ambassadeur de France en Russie
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinctions

Pierre Morel, né le à Romans-sur-Isère, est un diplomate français[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu une licence de droit puis un diplôme de l'Institut d'études politiques de Paris, Pierre Morel est élève de l'École nationale d'administration (ENA) dans la promotion « Thomas More », de 1969 à 1971[1].

Carrière diplomatique[modifier | modifier le code]

À sa sortie de l'ENA, Pierre Morel entre dans la carrière diplomatique comme secrétaire des Affaires étrangères. En 1976, il rejoint Moscou comme premier secrétaire de l'ambassade, puis deuxième conseiller en 1978.

En 1979, il revient à Paris comme chargé de mission au secrétariat général pour les Affaires européennes puis en tant que chargé de mission puis conseiller technique à la Présidence de la République de 1981 à 1985. Il est ensuite directeur des Affaires politiques du ministère des Affaires étrangères.

De 1986 à 1990, il est ambassadeur de France à la Conférence du désarmement à Genève. Nommé conseiller diplomatique du président de la République François Mitterrand en 1991, il est nommé en ambassadeur de France à Moscou où il demeure quatre ans, période pendant laquelle il est également accrédité auprès du Kirghizistan, de la Moldavie, ainsi qu'au Tadjikistan et au Turkménistan. En , il quitte la capitale russe pour rejoindre Pékin comme ambassadeur en République populaire de Chine[1]. En 2002, il termine sa carrière comme ambassadeur près le Saint-Siège à Rome jusqu'en 2006[2].

De 2006 à 2012, il est détaché auprès de l'Union européenne en qualité de représentant spécial pour l'Asie centrale et en complément représentant spécial de l'Union européenne pour la crise en Géorgie entre 2008 et 2011.

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

En 2010, il devient président du Centre culturel de la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon et deux ans plus tard, directeur de l'Observatoire Pharos dont l'objectif est de contribuer au pluralisme des cultures et des religions[3].

En 2018, il fait partie du comité organisé pour le centenaire d’Alexandre Soljenitsyne, à la mairie du 5e arrondissement de Paris, du au [4]. Ce comité et ce centenaire susciteront des critiques pour avoir été récupéré par l'extrême droite française et La Manif pour tous[5].

Distinctions honorifiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Who's Who, article "Pierre Morel", éditions Lafitte-Hébrard, 2009, p. 1583.
  2. Dans son best-seller Sodoma (Robert Laffont, 2019), Frédéric Martel résume la carrière de Pierre Morel et revient sur ses activités à Rome et sa défense des collaborateurs de Jean-Paul II et de Benoit XVI.
  3. Site de l'Observatoire Pharos
  4. « Comité du centenaire – Alexandre Soljenitsyne » (consulté le )
  5. « « Gardons-nous d’“idéologiser” Soljenitsyne » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. Décret du 13 juillet 2021 portant élévation dans l'ordre national de la Légion d'honneur.
  7. a et b (la) Acta Apostolicae Sedis, janvier 2005 p. 107, vatican.va
  8. (fr) "Le Grand Maître reçoit l’Ambassadeur Morel", orderofmalta.int, 30 novembre 2005

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :