Pierre Milloz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierre Milloz
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Trésorier
Carrefour de l'horloge
-
Bernard Mazin (d)
Alain Bourdelat (d)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (91 ans)
AlgerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Parti politique
Membre de
Conseil scientifique du Front national (d)
Carrefour de l'horlogeVoir et modifier les données sur Wikidata
Directeur de thèse
Distinctions

Pierre Milloz, né le à Alger, est un homme politique et haut fonctionnaire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (section Service public, promotion 1947)[1], ancien élève de l'École nationale d'administration (promotion Alexis-de-Tocqueville, 1960), docteur d'État en droit public (1982)[2], Pierre Milloz est inspecteur général honoraire du ministère de l’Industrie.

Il est connu pour avoir produit[Quand ?] des rapports sur l'immigration en France (« rapport Milloz ») sur lesquels s'est appuyée la politique du FN. Ces rapports ont été contestés par Pierre-André Taguieff et Michèle Tribalat dans un ouvrage intitulé Face au Front national : Arguments pour une contre-offensive (1998). L'année suivante, Pierre Milloz publie L'immigration, rapport Milloz II : Réplique à Pierre André Taguieff et à Michèle Tribalat (1999) où il conteste les arguments et les chiffres de Mme Tribalat. Néanmoins, il s'avère que MMe Tribalat a mené par la suite des recherches l'ayant conduite à publier Les yeux grands fermés, un essai dans lequel elle montre que les statistiques sont insuffisantes et les coûts de l'immigration grandement sous-évalués[3].

Entre 1990 et 2003, Pierre Milloz fait partie du Front national. Il a été conseiller régional de France-Comté de 1998 à 2004. Il fut président du Conseil régional de Franche-Comté durant 3 semaines en 1998 en tant que doyen d'âge. Il a appartenu au conseil scientifique du FN[4].

Il a été membre du comité d'honneur de Voix des Français[5].

Il est ensuite membre du Club de l'horloge (devenu Carrefour de l'horloge en 2015), dont il est le trésorier de 2005 à 2012[réf. souhaitée].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]