Pierre Mille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre Mille
Picture of Pierre Mille.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Conjoint
Autres informations
Distinctions

Pierre Mille est un écrivain et journaliste français, né le à Choisy-le-Roi, mort le à Paris. Son nom reste attaché au Prix Pierre Mille du meilleur reportage, décerné par le Syndicat de la presse française d'Outre-mer et destiné à récompenser un journaliste de la presse écrite ou audiovisuelle francophone. Pierre Mille fut le mari d'Yvonne Serruys et le père de Clara Candiani, journaliste radio.

Fils d'Adolphe Auguste Mille, inspecteur général des Ponts et Chaussées, officier de la Légion d'honneur, et Marie-Henriette-Catherine Beaussier, il fait des études de droit. D'abord clerc d'avoué, désireux de voyager, il est nommé en 1896 chef de cabinet du secrétaire général du gouverneur de Madagascar. Commence ensuite une longue carrière journalistique, notamment au journal Le Temps, qui fera de lui un des grands spécialistes de son temps des questions coloniales. Après avoir couvert la guerre gréco-turque de 1897, il découvre l'Afrique, l'Inde, l'Indochine, etc. Mais c'est la Tunisie à laquelle il est particulièrement attaché.

Ce journaliste spécialisé dans les questions coloniales et fut l’un des fondateurs (1923) de l’Académie des Sciences coloniales devenue (1957) l'Académie des sciences d'outre-mer, qu’il présida de 1933 à 1934. En 1926 il fut aussi un des fondateurs de l'Association des écrivains coloniaux qu'il présida entre 1933 et 1936 ; il fut encore membre du Conseil supérieur des colonies (dans un autre registre, il fut aussi membre fondateur de l'Académie des Gastronomes en 1929).

Élevé à la dignité de grand officier de la Légion d'honneur par décret du 5 août 1939, la décoration lui fut remise par son ami le général Gouraud le 11 décembre 1939. La cravate de commandeur de la Légion d'honneur lui avait remise le 19 octobre 1923 par J. H. Rosny aîné. Il avait été nommé chevalier en 1900 et promu officier en 1911[1].

Pierre Mille

Œuvres[modifier | modifier le code]

Livres
  • De Thessalie en Crète, impressions de campagne, avril-, Berger-Levrault, 1898
  • Au Congo belge, avec des notes et des documents récents relatifs au Congo français, Armand Colin, 1899, prix Montyon de l’Académie française 1900
  • Notice sur la Côte d'Ivoire, éditions Le Mesnil, 1900
  • Sur la vaste terre [recueil de nouvelles], Calmann-Lévy, 1905, prix de Jouy de l’Académie française 1907
  • Barnavaux et quelques femmes [nouvelles], Calmann-Lévy, 1907
  • La biche écrasée, Calmann-Lévy, 1910
  • Caillou et Tili, Calmann-Lévy, 1911
  • Louise et Barnavaux, Calmann-Lévy, 1912
  • Paraboles et Diversions, P.-V. Stock, 1913
  • Le Monarque (roman), Calmann-Lévy, 1914
  • En croupe de Bellone, Georges Crès, 1916
  • Sous leur dictée, Calmann-Lévy, 1917
  • Nasr'eddine et son épouse (roman), Calmann-Lévy, 1918
  • Le Bol de Chine, ou Divagations sur les beaux-arts, Georges Crès, 1920
  • La nuit d'amour sur la montagne, Flammarion, 1920
  • Histoires exotiques et merveilleuses, J. Ferenczi, 1920
  • Trois Femmes, Calmann-Levy, 1920
  • L’Inde en France, édité par Paul-Emile Colin, 1920, avec Paul-Émile Colin
  • Les mémoires d'un dada besogneux de l'armistice à 1925, Georges Crès, 1921
  • L'Ange du bizarre, J. Ferenczi, 1921
  • Barnavaux, Georges Crès (collection Les maîtres du Livre), 1921
  • Monsieur Barbe Bleue... et Madame, Le Livre (collection Le livre de bibliothèque), 1922
  • Myrrhine courtisane et martyre, J. Ferenczi, 1922
  • La Détresse des Harpagon (roman), Albin Michel, 1923
  • La femme et l'homme nu (roman), éditions de France, 1924, avec André Demaison
  • Dix-sept histoires merveilleuses, Claude Aveline éditeur, 1924
  • L'illustre Partonneau (roman), Albin Michel, 1925
  • L’Écrivain, Hachette (collection Les caractères de ce temps), 1925
  • Le Diable au Sahara, Albin Michel, 1925
  • Christine et Lui (roman), éditions de France, 1926
  • Le singe et la petite-fille (Histoires exotiques et merveilleuses), Librairie Valois/Nouvelle Librairie Nationale (collection Les écrivains du nouveau siècle), 1927 ; édition en partie originale reprenant des textes de l'édition de 1920.
  • Un prêtre qui pécha [recueil de nouvelles], éditions de France, 1927
  • Comment la baleine perdit ses pieds, Paul Duval, 1928
  • Mes trônes et mes dominations, éditions des Portiques, 1930
  • Quand le rideau s'est baissé, éditions des Portiques, 1930
  • Le roman français, Firmin-Didot, 1930
  • Mémoires d'un vagabond en retraite, éditions des Portiques, 1930
  • Au Maroc : chez les fils de l'ombre et du soleil, Firmin-Didot, 1931
  • La femme et le député, Calmann-Lévy, 1933
  • L’homme qui ne savait pas dire "non", Calmann-Lévy, 1934
  • Les aventuriers (roman), Calmann-Lévy, 1937
Contributions, articles et préfaces
  • Le Congo léopoldien, in Cahiers de la Quinzaine, 7e série, no 6, 1905
  • Les Deux Congo devant la Belgique et devant la France, in Cahiers de la Quinzaine, 7e série, no 16, 1906
  • « Le peintre Besnard en Inde », L'Illustration,‎ , p. 21-26 (lire en ligne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dossier de Légion d'honneur LH/1877/14 sur le site Base Leonore.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Schlick, Y.: The « French Kipling » : Pierre Mille's popular colonial fiction
  • Lettre de Guillaume Apollinaire à Pierre Mille [1] sur leur appréciation du Douanier Rousseau
  • Alec G. Hargreaves : The colonial experience in French fiction : a study of Pierre Loti, Ernest Psichari and Pierre Mille. London [u.a.] : MacMillan, 1981 (ISBN 0-333-28854-8)

Liens externes[modifier | modifier le code]