Pierre Maudru

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maudru.
Pierre Maudru
Naissance
Asnières-sur-Seine (France)
Nationalité Flag of France.svg Française
Décès (à 99 ans)
Paris (France)
Profession Réalisateur, scénariste, dialoguiste, écrivain, compositeur, parolier

Pierre Maudru, né le à Asnières-sur-Seine[1] et mort le à Paris, est un réalisateur, scénariste, dialoguiste, écrivain, compositeur et parolier français. Il était le fils du réalisateur français Charles Maudru.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dès 1921, il réalise son premier film à l'époque du cinéma muet. Il se tourne ensuite vers les scénarios et les dialogues des films de grands réalisateurs français de l'entre-deux-guerres.

Le 26 juillet 1923, il épouse dans le 9e arrondissement de Paris[2] la comédienne Fernande Durand dite Fernande Debory ou Nadia Debory (1896-1981)[3] (ils divorcent en 1927).

À la fin des années 1930, il redevient réalisateur pour deux films. Compositeur, il réalise, avec André Sablon, la musique du film Le Juif polonais de Jean Kemm réalisé en 1931. En parallèle il compose ou crée les paroles de plusieurs chansons éditées à la même époque.

Après la Seconde Guerre mondiale, il écrit surtout des œuvres de fiction. Dès les années 1930, il signe déjà un premier roman policier, L'Homme aux deux têtes (1931), dont l'intrigue a pour héros un fils de bonne famille ruiné qui a des dons pour se déguiser. « Engagé par un louche individu pour faciliter une captation d'héritage, il se prête au jeu, puis découvre qu'il s'agissait en fait d'une épreuve destinée à tester son honnêteté »[4]. Non moins rocambolesque, en dépit du sujet plus grave, L'Énigmatique Monsieur Max (1955) met en scène un justicier à la Arsène Lupin qui menace divers capitaines d'industrie et forbans qui se sont enrichis pendant l'Occupation allemande.

Filmographie[modifier | modifier le code]

En tant que réalisateur[modifier | modifier le code]

En tant que scénariste[modifier | modifier le code]

En tant que dialoguiste[modifier | modifier le code]

En tant que compositeur[modifier | modifier le code]

Œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

Romans policiers[modifier | modifier le code]

  • L'Homme aux deux têtes, coécrit avec Henri Lompech, éditions Le Tallandier, 1931
  • L'Ennemi dans l'ombre, éditions La Technique du livre, 1945
  • Le Domaine de la peur, éditions La Technique du livre, 1946
  • L'Énigmatique Monsieur Max, éditions Le Masque, coll. « Le Masque » no 524, 1955

Autres publications[modifier | modifier le code]

  • Cotillon III, opéra bouffe en trois actes, livret de Pierre Maudru et Gabriel Alphaud, musique de Henri Casadesus, éditions Choudens, 1927, (joué à la Gaîté-lyrique, le 28 avril 1927)
  • La Vie est un rêve (livret), éditions Choudens, 1930
  • La Douceur d'aimer (livret), éditions Francis Salabert, 1930
  • Valse berceuse (livret), éditions Francis Salabert, 1931
  • La Ronde des heures (livret), éditions Francis Salabert, 1931
  • Les Spectacles à travers les âges/musique-danse, éditions du Cygne, 1932
  • Les Six Glorieuses de Paris, Préface du colonel Rol-Tanguy, Société Parisienne d'Éditions, 1944
  • Sur la bonne route (livret), éditions Francis Day, 1945
  • Karagheuz au pouvoir suivi de La Fiancée de l'Europe, éditions La Pensée universelle, 1983

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externes[modifier | modifier le code]