Pierre Mansat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre Mansat
Pierre Mansat en 2006.
Pierre Mansat en 2006.
Fonctions
Conseiller de Paris

(13 ans et 12 jours)
Élection 18 mars 2001
Réélection 16 mars 2008
Adjoint au maire de Paris
chargé de « Paris métropole » et des relations avec les collectivités territoriales d'Ile-de-France
Maire Bertrand Delanoë
Biographie
Date de naissance (63 ans)
Lieu de naissance Senlis (Oise)
Nationalité Française
Parti politique Parti communiste français

Pierre Mansat, né le 13 décembre 1954 à Senlis (Oise), est conseiller de Paris et adjoint PCF au maire de Paris chargé de Paris Métropole et des relations avec les collectivités territoriales d'Île-de-France entre 2001 et 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il s'engage très tôt en politique, rejoignant la Jeunesse communiste en 1969 puis le Parti communiste français en 1973. Il arrive à Paris depuis Montluçon en 1974, et débute dans la vie professionnelle comme agent de la poste. Il travaillera pendant quinze ans au centre de tri de la Gare Saint-Lazare. Sa formation continue lui permet d'obtenir un diplôme de Sciences Po Paris (Executive Master "Gestion Publique") et de devenir cadre. Il se désengage du soutien à l'URSS en 1981, à l'issue d'un voyage en Russie. Il devient en 1989 secrétaire de la section du 20e arrondissement de la fédération de Paris du PCF. Les élections municipales du 18 juin 1995 qui font basculer à gauche l'arrondissement en question font de lui un conseiller de Paris. En 1999, il crée le réseau Paris Métropole ouverte[1].

Le marque l'arrivée de la gauche à la Mairie de Paris. Pierre Mansat est réélu conseiller de Paris et élu maire adjoint. L'intérêt qu'il porte aux relations Paris-banlieue lui vaut la délégation des relations avec les collectivités territoriales d'Île-de-France[2]. Bertrand Delanoë le charge alors d'ouvrir Paris sur sa banlieue. Son travail pendant ce premier mandat porte notamment sur la couverture du périphérique, la création du tramway et l'impulsion de nouvelles relations entre la capitale et les villes voisines[3]. Elles se traduiront par des chartes de coopération[4]. Il initie la création de la Conférence Métropolitaine dont la première réunion se tiendra en juillet 2006 à Vanves[4]. Elle réunit 53 collectivités. À la suite des Assises de la Métropole ( juin 2008), la Conférence Métropolitaine se structure en un Syndicat mixte d'études : Paris Métropole[5].

Bertrand Delanoë de nouveau maire en 2007, reconduit Pierre Mansat (réélu conseiller de Paris le ) dans cette responsabilité des relations avec les collectivités territoriales d'Île-de-France, responsabilité qui est étendue au projet Paris Métropole. Le , Pierre Mansat est élu président de l'Atelier international du Grand Paris[6]. Il est réélu en 2014.

En 2014, Anne Hidalgo, maire de Paris, l'a nommé Inspecteur Général de la Ville de Paris chargé d'une mission sur le Grand Paris. À ce titre, il a suivi et travaillé sur les lois MAPTAM et NOTRe et a participé à la création de la Métropole du Grand Paris le 1er janvier 2016. Il représente Anne Hidalgo aux réunions de Paris Métropole.

Activités[modifier | modifier le code]

Il a joué un rôle auprès d'une soixantaine de collectivités réunies au sein de la Conférence métropolitaine, et dans les projets de la couronne (tramways, couverture du périphérique, renouvellement urbain du Nord-Est, des Bois de Boulogne et de Vincennes, de Saint-Denis, travaux des canaux de l'Ourcq).[réf. nécessaire] Il est devenu, dans ce contexte, directeur de publication d'un magazine municipal, Extramuros, publiant des articles d'un collège d'architectes, sociologues, syndicalistes, urbanistes, historiens, universitaires, chercheurs et élus. Extra Muros s'est transfomé en 2013 en Cahiers de la Métropole ( 5 numéros publiés). Il a également participé à de nombreux colloques en France et à l'étranger, où il a notamment représenté le SIAAP[3].

En parallèle de ces activités, Pierre Mansat a occupé simultanément ou successivement plusieurs responsabilités :

Il a participé à des associations et des organisations tels que l'Association pour un contrat mondial de l’eau, qui milite pour le droit à l’eau, le Sommet mondial de Johannesburg, et le Forum alternatif de l’eau à Florence. co-Fondateur du réseau Démocratiser Radicalement la démocratie (DRD à partir des budgets participatifs de Porto Alegre au Brésil)

Par ailleurs, Pierre Mansat a participé aux conseils d'administration des collèges Lucie Faure et Robert Doisneau (20e), ainsi qu’aux conseils d’école de la maternelle et de l’élémentaire Rue du Clos (20e).

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 2013, il est révélé qu'il bénéficie d'un logement social de la ville de Paris[7].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Il a été fait chevalier de la Légion d'Honneur en 2011.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Paris métropole ouverte: un acte fondateur, dès 1999 », sur http://www.pierremansat.com/, (consulté le 9 juillet 2017).
  2. Martine Chevalet, « Bertrand Delanoë à l'écoute de la banlieue », sur www.leparisien.fr, (consulté le 9 juillet 2017).
  3. a et b Pierre Mansat, adjoint au maire ça consiste en quoi ?, article du 1er mai 2012
  4. a et b Guillemette Echalier, « Le grand Paris vaut bien une conférence métropolitaine », sur www.liberation.fr, (consulté le 9 juillet 2017).
  5. OB.GP/L'observatoire du Grand Paris, « Assises de la Métropole - débat », sur observatoiregrandparis.org, (consulté le 9 juillet 2017).
  6. « Pierre Mansat président de l’Atelier international du Grand Paris », sur ville-transports.com, Ville, Rail & Transport, (consulté le 9 juin 2011)
  7. « HLM de Paris: les élus logés par la Ville obligent NKM et Hidalgo à se positionner », sur huffingtonpost,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]