Pierre Ménard (écrivain, 1969)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierre Ménard et Ménard.
Pierre Ménard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Pierre Ménard, né Philippe Diaz à Ris-Orangis en 1969, est un écrivain français. Bibliothécaire, il vit et travaille à Paris[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1969 à Ris-Orangis, Philippe Diaz, dit Pierre Ménard, vit à Paris. Bibliothécaire à la médiathèque de L'Astrolabe à Melun de 1994 à 2016, il travaille ensuite dans les Bibliothèques municipales de la ville de Paris. Il est maître de conférences à SciencesPo. Il mène des ateliers d’écriture et de création numérique.

Il anime la revue de création d’ici là  éditée par Publie.net[2] depuis 2008, dont il fait partie du comité éditorial.

Actif sur le web depuis 2005 avec Marelle (revue littéraire) et les podcasts Page 48 (Lectures versatiles)[3] et Radio Marelle (La poésie sur écoute)[4], il crée le site Liminaire[5] en 2009, qui devient son principal lieu de création.

Ateliers d'écriture[modifier | modifier le code]

Parallèlement à son travail d'écriture, il s'est spécialisé dans les ateliers d'écriture auprès de scolaires, mais aussi d'étudiants (École d’ingénieurs ESIEA, École supérieure d'art et de design de Valence, École spéciale d'architecture, Université de Poitiers) et d'enseignants (Comment écrire au quotidien, Publie.net, 2010).

Depuis 2010, il intervient en atelier d'écriture à SciencesPo Paris, dans le cadre des ateliers artistiques du premier cycle[6].

Réception critique[modifier | modifier le code]

« Dans Le spectre des armatures[7], le beau et dense recueil de Pierre Ménard, ce spectre est d’abord celui (retour ou fantasme ?) des échafaudages et des illusions de la mémoire d’un homme saisissant que « la réalité n’existait plus ». Il s’agira donc pour lui de « comprendre les tableaux de la mémoire ». »[8]

« Des sites comme Liminaire de Pierre Ménard, Parl de Fred Griot... Tiers livre de François Bon et bien d’autres encore explorent plus avant encore les potentialités d’une écriture numérique, mêlant texte, son et image, inventant de nouveaux formats d’agencement et de circulation dans leur site. Une œuvre se crée protéiforme, loin de la linéarité et de la finitude du livre. Les formes adoptées sont très variables, très nouvelles et requièrent pour le lecteur un travail de décodage qu’il n’a plus lieu de faire quand il se trouve face à un roman publié papier. On se trouve bien là où les frontières bougent. »[9]

Marcello Vitali-Rosati[10] évoque le lien de l'auteur avec la ville et ses parcours : « En général, la littérature a toujours eu ce rôle de réappropriation du temps et de mise en question des rythmes et du plein imposés par les normes sociales. La littérature sur le web le fait de façon assez évidente. En particulier, une série d’expériences littéraires en ligne s’approprient la métaphore du parcours-navigation et la réinterprètent. Des topoï comme celui de la flânerie, de la déambulation et – on remonte sur le bateau – de la dérive réapparaissent et s’imposent[11]. »

Récompenses et bourses[modifier | modifier le code]

  • Bourse d'auteur délivrée par la Région Île-de-France[12], résidence d'écrivain dans la librairie Litote en tête, à Paris 10e, 2010
  • Bourse d'auteur délivrée par la médiathèque départementale du Haut-Rhin, une résidence d'écrivain à la médiathèque de Guebwiller[13], en Alsace, 2012
  • Dispositif pour la création artistique multimédia (DICRéAM), 2015

Publications[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Le spectre des armatures, Le Quartanier, Montréal, 2007[14]
  • En avant marge, publie.net, 2008
  • En un jour (avec Esther Salmona), publie.net, 2008
  • Quand tu t'endors (album illustré par Mini labo), Actes Sud Junior (ouvrage traduit en italien), 2008
  • Deux temps trois mouvements, publie.net, 2010
  • Comment écrire au quotidien : 365 ateliers d'écriture, publie.net, 2010[15]
  • Laisse venir (avec Anne Savelli), La Marelle, 2014 et 2015[16],[17]
  • Les accolades, Contre-mur, Marseille, 2014[18]

Revues[modifier | modifier le code]

Anthologies[modifier | modifier le code]

  • Il me sera difficile de venir te voir : Correspondances littéraires sur les conséquences de la politique de l’immigration en France, éditions Vents d’ailleurs, 2008[19]
  • Écrivains en série : un guide des séries (1948-2008), Léo Scheer, collection Laureli, 2009
  • Développer la médiation documentaire numérique, collection la Boîte à outils no 25, sous la direction de Xavier Galaup, enssib, 2012
  • Lendemains de fête : projet collectif texte/image autour de la nouvelle Qu'est-ce que tu vas faire de 390 photos d'arbres de Noël ? de Richard Brautigan, (François Bon, Mathieu Brosseau, Mitch Cullin, Jean-Marc Flahaut, Gaétane Laurent-Darbon, Arnaud Maïsetti, Eric Pessan, Thomas B. Reverdy, Joachim Séné, Pascal Simon, Lucien Suel, et Thomas Vinau), Publie.net, 2015
  • Pour Cortázar, meet/La Marelle, 2016

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Tuo per sempre, illustration : Mini labo, MOTTA junior, 2008. Traduction par Stefania Baldoni de Quand tu t’endors, Actes Sud Junior, 2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liens critiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]