Pierre Lelong (mathématicien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierre Lelong.
Pierre Lelong
Pierre Lelong.jpg

Pierre Lelong à Montréal en 1967.

Fonction
Directeur
Comité consultatif de la recherche scientifique et technique
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 99 ans)
Nationalité
Lieu de travail
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Étudiant de thèse
Distinctions
Liste détaillée
Commandeur de la Légion d'honneur‎
Officier des Palmes académiques (d)
Prix Ernest-Déchelle ()
Prix de l'État ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Pierre Lelong, né le à Paris et mort le [1],[2], est un mathématicien français. Professeur émérite de mathématiques à l'université Pierre-et-Marie-Curie (Paris VI), il est conseiller technique pour la recherche scientifique auprès du général de Gaulle entre 1959 et 1961.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre Lelong étudie de 1931 à 1934 à l'École normale supérieure. À partir de 1938 il est chercheur au CNRS et en 1941, il obtient son doctorat en mathématiques. De 1940 à 1942, il est chargé de conférences à la Faculté des sciences de Paris, puis à partir de 1944, chargé de cours à l'université de Grenoble. De 1946 à 1954, il est professeur à l'université de Lille. Il devient finalement professeur émérite à l'université Pierre-et-Marie-Curie en 1981.

Lelong est de 1959 à 1961 avec Guy Camus, conseiller du président De Gaulle sur les questions d'éducation nationale, de la recherche et de santé publique. Pierre Lelong se sensibilise particulièrement sur les liens entre l'université et l'industrie, dont il a été témoin lors de son passage à l'université de Grenoble. De 1960 à 1964, il est l'un des douze sages qui conseille le président en matière de politique de recherche avec le Comité consultatif de la recherche scientifique et technique (CCRST), et il en devient son directeur de 1961 à 1963. Toujours dans les années 1960, il est plusieurs fois président du Comité Mathématiques pour la préparation du Ve plan quinquennal, entre 1964 et 1966. De 1962 à 1966, il siège au conseil d'administration du CNRS et il est président du département de mathématiques. Il est l'un des initiateurs de l'Institut national de recherche en informatique et en automatique (IRIA] et de la Direction des recherches et moyens d'essais (DRME). Il est président du Centre international de calcul de Rome.

Pierre Lelong épouse Jacqueline Ferrand en 1947 ; le couple aura quatre enfants. Plus tard, il divorce et épouse en secondes noces France Fages en 1976[3].

Prix et disinctions[modifier | modifier le code]

Travaux en mathématiques[modifier | modifier le code]

Pierre Lelong a principalement travaillé dans les domaines mathématiques de la théorie du potentiel, de l'analyse complexe et de la géométrie analytique. En 1942, il introduit la notion de fonction plurisousharmonique. Dans les années 1960, avec les mathématiciens Pierre Dolbeault et Henri Skoda, il organise un séminaire d'analyse complexe à Paris. Pierre Lelong a introduit l'équation de Poincaré–Lelong (en) et le nombre de Lelong (en).

Ouvrages de Pierre Lelong[modifier | modifier le code]

  • Intégration sur un ensemble analytique complexe, Bulletin de la Société Mathématique de France no 85, 1957, p. 239–262, ISSN 0037-9484, MR0095967
  • Leçons sur la théorie des fonctions de plusieurs variables complexes, Publication du CEA, 1960
  • Fonctions plurisousharmoniques et formes différentielles positives. Gordon and Breach, 1965
  • Fonctions entières et fonctionnelles analytiques. Presses universitaires de Montréal, 1968
  • De Gaulle et le service de l’état. Plon, 1977
  • avec L. Gruman: Entire functions of several complex variables. Springer 1985

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dolbeault, Skoda, Henkin, Iordan, Trépreau (directeur): Complex analysis and geometry - International Conference in Honor of Pierre Lelong. Birkhäuser, 2000

Liens externes[modifier | modifier le code]