Pierre Le Moyne d'Iberville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pierre LeMoyne d'Iberville)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierre Le Moyne (homonymie), Iberville et Le Moyne.
Pierre Le Moyne d'Iberville
Portrait anonyme de la fin du XIXe siècle.
Portrait anonyme de la fin du XIXe siècle.

Naissance
Ville-Marie, Nouvelle-France
Décès (à 45 ans)
La Havane, Cuba
Allégeance Drapeau de la Nouvelle-France Nouvelle-France
Royaume de France Royaume de France
Grade Capitaine de vaisseau
Années de service 1686-1706
Conflits Première Guerre intercoloniale
Faits d'armes Bataille de la baie d'Hudson
Bataille de Terre-Neuve
Bataille de Saint-Jean
Bataille de Nièves
Autres fonctions Fondateur de la Louisiane et des villes de Biloxi et Mobile
Famille Le Moyne
Signature de Pierre Le Moyne d'Iberville

Pierre Le Moyne d'Iberville et d’Ardillières[Note 1], né le à Ville-Marie (aujourd'hui Montréal, Québec) et mort le à La Havane, Cuba, était un navigateur, commerçant, militaire, corsaire et explorateur français, à l'époque de la colonisation française des Amériques. Homme d'exploits, il est connu pour avoir lutté efficacement contre l'armée anglaise durant une grande partie de sa vie, détruisant plusieurs établissements ennemis, en plus d'avoir fondé des forts et exploré l'Amérique. Dans la mémoire collective, il est resté comme le plus grand héros de la Nouvelle-France. Il est le fondateur de la colonie de la Louisiane et des villes de Biloxi et de Mobile.

D'Iberville ou parfois d'Hiberville rappelle des terres appartenant à la famille Le Moyne dans le hameau Hyberville à Thil-Manneville (Normandie, anciennement Iberville à 12 km de Dieppe)[Note 2]. D'Ardillières fait référence au village d'Ardillières (Poitou-Charente) dans lequel d'Iberville acquit un domaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine familiale et jeunesse[modifier | modifier le code]

Ex-voto de Pierre Le Moyne d'Iberville.
Ex-voto de Pierre Le Moyne d'Iberville.

Pierre Le Moyne d'Iberville naît le à Ville-Marie[1], et est baptisé le 20 juillet[2]. Il est le troisième fils de Charles Le Moyne, marchand puis seigneur de Longueuil, originaire de Dieppe, et de Catherine Thierry dit Primot, originaire de Gonneville[Lequel ?], près de Rouen. Ses deux parents émigrent au Canada avant leur mariage célébré à Ville-Marie en 1654[3]. Charles Le Moyne allait devenir une figure importante de la colonie nord-américaine[2]. Pierre eut deux sœurs et 11 frères. Ses frères se distinguèrent sur le plan militaire en Amérique et certains y laissèrent leur vie[2].

La jeunesse de Pierre baigne dans un certain mystère. Il était destiné à la prêtrise, selon le vœu de ses parents. Refusant cette voie et rêvant d'aventures, il s'engagea en 1673, à l'âge de 12 ans, sous le pseudonyme de Thériot, comme mousse à bord du voilier La Jeannette, qui appartenait à son oncle Jacques, en partance pour Port-Royal.

En 1676, après une absence de 3 ans, il revint à Montréal. Ses parents comprenant bien qu'il ne deviendrait jamais prêtre, ne lui en tinrent pas rigueur. Ainsi, son père lui demanda d'accompagner sieur Benoît Belhumeur, un de ses associés, avec son petit groupe, à Sainte-Marie-du-Sault, près de la rive est du lac Supérieur, pour faire le commerce des fourrures.

À dix-sept ans, il s'embarque sur L'Esterlet, un brigantin de deux mâts appartenant à son père, après avoir été nommé quartier-maître timonier. À Gaspé, on lui propose de devenir second maître sur un vaisseau du roi, L'Aunis. Un trois-mâts qui fait l'aller et retour entre la France et la Nouvelle-France.

On est à peu près certain qu’il navigua fréquemment sur le bateau de son père, dans le Saint-Laurent, et qu’il alla en France à plusieurs reprises. En 1683, notamment, le gouverneur Le Febvre de La Barre lui confia la mission de porter ses dépêches à la cour.

Conquête de la baie d'Hudson[modifier | modifier le code]

Carte de la baie d'Hudson à l'époque où d'Iberville y fit campagne.
Le siège et la prise de fort Bourbon en 1694.

D’Iberville, devenu cadet de la marine royale pendant 4 ans, très bon canotier et manœuvrier, commence sa carrière militaire en 1686, sous les ordres de Pierre de Troyes, Chevalier de Troyes, à la Baie d'Hudson. Il est accompagné de deux de ses frères, Jacques, sieur de Sainte-Hélène, et Paul, sieur de Maricourt. Ils prennent part à l’expédition organisée contre les postes anglais dans la région de la baie d’Hudson. Celle-ci, partie de Montréal, pour remonter la rivière des Outaouais et arriver à la Baie de James, comprend une centaine d'hommes, plus des guides indiens, avec trente-cinq canots et vingt-sept traîneaux à chiens[4]. Inspirés par la fougue et la bravoure de Pierre, ils attaquèrent le fort Moose (l’actuel Moose Factory), qu'ils capturent[2].

De Troyes passe ensuite à l'attaque des trois autres postes anglais de la baie James : le fort Charles, le fort Albany et un entrepôt dans l’île Charlton. De Troyes et Sainte-Hélène prennent le fort Charles, le 3 juillet, tandis qu’Iberville capture le Craven, navire de la Compagnie de la baie d'Hudson ancré dans le port. Les défenseurs du fort Albany se rendent sans condition le 25 juillet[2]. La conquête achevée, de Troyes part en laissant d'Iberville et une troupe sur place. Celui-ci était désormais gouverneur des trois postes capturés qui furent rebaptisés l’un Saint-Louis (Moose), l’autre Saint-Jacques (Rupert) et le troisième Sainte-Anne (Albany). Dans les années qui suivent, il continuera à guerroyer dans la région[2].

D'Iberville est de retour en France en 1687–1688. Il convainc les autorités de l'aider à mettre sur pied une nouvelle expédition à la baie d'Hudson afin de renforcer les postes nouvellement conquis. Il obtient le commandement d'un excellent navire d’escorte, le Soleil dAfrique, et retourne à la baie James, en passant par Québec, au cours de l’été de 1688. En septembre, les Anglais tentent de reprendre leurs anciens postes. Alors qu'il quitte le fort Sainte-Anne, deux navires anglais qui essayaient de réoccuper le fort Albany le bloquent avant qu’il n’ait pu sortir de la rivière Albany. À l’arrivée de l’hiver, les trois vaisseaux sont prisonniers des glaces. Pendant l’hiver de 1688–1689, on fait preuve de traîtrise et de bassesse dans les deux camps. La dureté des conditions de vie fait en sorte que les Anglais, moins bien préparés, finissent par se rendre. Iberville quitte la baie James en septembre 1689, après avoir capturé un autre vaisseau anglais au mois de juillet précédent. Bien que les Anglais demeurent en possession de Port Nelson, il avait contré leurs tentatives pour réoccuper le sud de la baie. Il est de retour à Québec, le 28 octobre[2].

La guerre de la Ligne d'Augsbourg vient de commencer en Europe entre la France et l'Angleterre. D'Iberville prend alors part à la campagne d’hiver de 1690, organisée par Frontenac contre les colonies anglaises du Sud. Il est commandant en second d'un détachement de 114 Canadiens et 96 Amérindiens qui se porte à l'attaque de Corlaer (Schenectady, N.Y.). L'établissement est capturé, pillé et incendié. Une soixante d’habitants sont massacrés et l'on fait quelques prisonniers[2].

L'état de guerre entre la France et l’Angleterre lui rend plus aisée la tâche de chasser les Anglais des régions nordiques. Iberville quitte Québec pour la baie d’Hudson en juillet 1690. Les moyens mis à sa disposition (trois petits vaisseaux armés de 30 canons et montés par 80 hommes seulement) sont cette fois insuffisants. À la fin du mois d’août, il arrive devant le fort York, mais doit s’enfuir devant un navire ennemi mieux armé. Il s'échappe et décide d'attaquer New Severn (Neue Savanne), un avant-poste situé à environ 250 milles au sud-est du fort York. Celui-ci tombe sans grande résistance. D'Iberville passe l’hiver dans le nord et est de retour à Québec, en octobre 1691, avant d'embarquer pour la France. Les objectifs des Français n’étaient pas encore atteints : le fort York, principal établissement des Anglais à la baie d'Hudson, était toujours en leur possession[2].

Au cours des années suivantes, d'Iberville continue à faire la guerre aux Anglais sur les rives de la baie d'Hudson. Ceux-ci s'accrochent et il ne parvient pas à les en expulser. En 1694, il est nommé, pour la quatrième fois de suite, à la tête d’une expédition contre le fort York. La situation des Français s'était alors détériorée dans le Nord. Les Anglais avaient repris le fort Albany en 1693. Iberville prit le commandement du Poli et son frère Joseph Le Moyne de Serigny celui de la Salamandre. Partant de Québec le 10 août 1694, ils arrivent à la rivière Hayes le 24 septembre. Le 13 octobre, il somme la garnison anglaise du fort York de se rendre. Celle-ci obtempère. Le groupe d'Iberville passe l'hiver dans le fort capturé, qui a été rebaptisé fort Bourbon[2].

D'Iberville avait finalement conquis le poste le plus important de la Compagnie de la baie d'Hudson. « Néanmoins, les avantages de la campagne avaient été réduits à néant par la reprise du fort Albany, par James Knight en 1693, et l’abandon du sud de la baie par les Français.» Le valeureux soldat canadien ne put jouir bien longtemps de cette capture. En effet, dès 1696, les Anglais reprirent le fort York et s’emparèrent en même temps d’une cargaison de fourrures de grande valeur[2].

Campagne contre Terre-Neuve[modifier | modifier le code]

Le saccage des établissements anglais à Terre-Neuve en 1696. D'Iberville assume l'essentiel de cette mission.

En 1695, d’Iberville reçoit l’ordre du gouverneur de la Nouvelle-France, Frontenac, d’attaquer les fortifications anglaises sur les rivages de l’Atlantique, du fort William Henry, sur la frontière entre les colonies britannique de Nouvelle-Angleterre et française d'Acadie, à Saint-Jean (Terre-Neuve). Au printemps 1696, après avoir détruit le fort William Henry, il effectue la traversée entre la Nouvelle-France et Terre-Neuve avec une flotte de trois navires jusqu’à la principale ville française de Terre-Neuve, Plaisance[5]. La France et l’Angleterre avaient passé un accord de pêche pour l’exploitation des poissons des Grands Bancs de Terre-Neuve. Cependant, avec la guerre de la Ligue d'Augsbourg, la France et l'Angleterre se retrouvaient dans des camps opposés. La mission militaire principale de d’Iberville est d'expulser les Anglais de Terre-Neuve et du Labrador[2].

D’Iberville et ses soldats quittent Plaisance le 1er novembre 1696 et traversent par voie de terre jusqu’à l'actuel Ferryland, 50 miles plus au sud de Saint-Jean. Neuf jours plus tard, ayant rassemblé ses soldats et ses marins, il fait attaquer la capitale anglaise, qui capitule le 30 novembre 1696. Après avoir incendié St. John's, d’Iberville et ses Canadiens saccagèrent presque entièrement les pêcheries anglaises sur la côte est de Terre-Neuve. D’Iberville lança des raids contre les villages éloignés, les brûlant et les pillant, et faisant des prisonniers.

À la fin de l'expédition, en mars 1697, il ne resta plus aux Anglais que deux établissements à Terre-Neuve : Bonavista et Carbonear. Pendant cette offensive qui dura quatre mois, d’Iberville fit détruire 36 établissements anglais. Cette campagne fut la plus importante et la plus destructrice de sa carrière. Cependant, le 18 mai 1697, il reçut l'ordre de se rendre à nouveau à la baie d'Hudson et dut abandonner son projet de consolider ses victoires en chassant complètement les Anglais de Terre-Neuve[6],[2], Les Français ne jouirent pas longtemps de cette prise. Le traité de Ryswick, signé en septembre 1697 au terme de la guerre de la Ligue d'Augsbourg, stipulait que le fort York devait être rendu à l'Angleterre[2],

Retour à la baie d'Hudson[modifier | modifier le code]

Le siège et la prise de fort Nelson, en septembre 1697.

En effet, la présence de d'Iberville était requise à la suite de la reprise, par les Anglais, du fort York. Les autorités royales espéraient que leur valeureux guerrier parviendrait à redresser la situation. D'Iberville, à la gouverne de son Pélican, livra alors le plus fameux combat de toute sa carrière. Le groupe de navires français s'acheminait vers le fort York. Le Pélican, qui avait précédé l’escadre, entra dans l’embouchure de la rivière Hayes le 4 septembre. Le lendemain, il fut attaqué par trois vaisseaux de guerre anglais lourdement armés : le Hampshire, le Dering et le Hudsons Bay.

Bien qu'en position d’infériorité, Iberville se porta à l'attaque. Un duel d’artillerie s'ensuivit. Esquivant habilement les coups de l'ennemi, d'Iberville réussit à couler le Hampshire. Par la suite, le Hudsons Bay fut capturé, mais il sombra peu après. Le Dering parvint cependant à s'échapper, car le Pélican, lourdement endommagé par les canons du Hampshire, ne put se lancer à sa poursuite. Le vaisseau de d'Iberville dut finalement être abandonné suite à une tempête. Les trois autres vaisseaux de l’escadre française arrivèrent enfin et, après cinq jours de combat, le fort York tomba à nouveau (13 septembre). D'Iberville confia le commandement de la baie d’Hudson à Serigny et quitta le Nord dès la fin de septembre[2].

Fondation de la Louisiane[modifier | modifier le code]

Estampe de 1699 rappelant l'exploration du Mississippi et la fondation de la Louisiane par Cavelier de la Salle et d'Iberville.
Plaque que Pierre Le Moyne, sieur d'Iberville plaça pour marquer le premier établissement permanent de la Louisiane à Biloxi.

D’Iberville se rend en France en 1697, où il est choisi par le ministre de la Marine comme chef d’une expédition d’exploration afin de redécouvrir l'embouchure du fleuve Mississippi et de coloniser la Louisiane que les Britanniques convoitaient. Les expéditions antérieures « s’étaient accomplies en partant de la Nouvelle-France et en descendant le cours du fleuve. Iberville devait maintenant remonter le fleuve en partant du golfe du Mexique[2]

Il embarque à Rochefort-sur-Mer avec son frère Jean-Baptiste Le Moyne de Bienville et François de La Rochefoucauld, chevalier de Surgères, qui commandait la frégate Le Marin. L'escadre française met les voiles de Brest le 24 octobre 1698. Elle arrive à Saint-Domingue (Haïti), le 4 décembre. D'Iberville poursuit son périple au nord vers la Floride et ensuite à l’ouest, en suivant la côte nord du golfe du Mexique jusqu’au Mississipi. En cours de route, il passe, le 25 janvier 1699, devant l’île de Santa Rosa, face à Pensacola, une ville espagnole, en Floride. D’Iberville part pour la baie de Mobile, et commence à explorer l’île Massacre, appelée plus tard Dauphin Island. Il s’arrête entre Cat Island et Ship Island le 13 février 1699, puis continue ses explorations. « Le 2 mars 1699, il réussit là où Robert Cavelier de La Salle a échoué : il trouve, par voie de mer, l’embouchure du Mississippi.»[7]

Arrivé à Biloxi. Il y construit le 1er mai 1699 un fort, appelé Fort Maurepas ou Old Biloxi, au nord-est de la Baie de Biloxi, à proximité de la ville actuelle de Ocean Springs[8]. Puis le 3 mai, d'Iberville retourne en France, laissant une garnison de 81 hommes et son frère Bienville. Une fois en France, il est fait chevalier de Saint-Louis (le premier Canadien de naissance à recevoir cet honneur) et recommande la colonisation et l'exploitation immédiates de la Louisiane. Il basa ses recommandations non pas tant sur la présence de ressources naturelles, qui à elles seules auraient à peine justifié un effort majeur, que sur le besoin urgent de contrer la menace de l'expansion anglaise imminente dans les Carolines. Le ministre est sensible à ses arguments et lui donne les moyens d’entreprendre un deuxième voyage d’exploration, en octobre 1699[2].

Deux petits vaisseaux d'un type voisin que ceux qu'utilisa d'Iberville pour explorer le fleuve Mississippi et la côte du golfe du Mexique.

Lors de ce deuxième voyage, il atteint Biloxi en janvier 1700. Il bâtit un second fort, le fort Mississippi, 40 milles en amont de Biloxi. Il décide alors de retourner en France. Il s'arrête à New York afin d'y vendre 9000 fourrures que les coureurs des bois lui avait cédées. La question de la traite des fourrures serait d'ailleurs serait d'ailleurs essentielle dans ce projet de colonisation de la Louisiane. La métropole encourageait en effet ouvertement les coureurs de bois et les Indiens à y venir. Lors de son séjour en France, d'août 1700 à septembre 1701, d'Iberville incita à nouveau les autorités royales à s’engager à fond en Louisiane et à repousser l’expansion anglaise à l’ouest des Appalaches[2].

Iberville quitte La Rochelle avec trois vaisseaux, le 29 septembre 1701. Lors de ce troisième voyage, il édifie à Mobile le fort Saint-Louis. Dans cette région, Henri de Tonti l'aide à établir de bonnes relations avec les Amérindiens. Il quitte la Louisiane pour la dernière fois en avril 1702[2]. « Même si, par la suite, il fit des préparatifs pour conduire plusieurs expéditions dans la colonie, ses plans furent contrecarrés soit par sa santé chancelante soit en raison des embarras que connaissait le trésor royal ou encore par l’extrême faiblesse dans laquelle se trouvait la marine marchande, déjà fort éprouvée avant la guerre de Succession d’Espagne[2].» Son frère Jean-Baptiste Le Moyne de Bienville devait fonder la Nouvelle-Orléans en 1718.

Conquête de Nevis et mort d'Iberville[modifier | modifier le code]

La guerre de Succession d’Espagne faisant rage depuis déjà quelques années, d'Iberville dirige, au début de 1706, une escadre de 12 vaisseaux afin de se porter à l'attaque des établissements anglais des Antilles. Le 2 avril, il capture l’ile de Nevis, colonie britannique des Antilles. Les occupants pillèrent et dévastèrent ce « jardin des Antilles » qui, à leur départ le 22 avril, n'était plus qu' « une lamentable ruine »[2].Cette expédition malheureuse entacha la renommée d'Iberville. Reconnu coupable de malversations diverses et de trafic clandestin, la majeure partie de ses biens fut, après sa mort, saisie en guise de dédommagement[2].

D'Iberville meurt soudainement à La Havane, « vraisemblablement le 9 juillet 1706, à bord du Juste, d’une maladie dont la nature n’a pas été révélée[2]», qui est peut-être la fièvre jaune. Il s'était probablement rendu dans cette ville pour y vendre du fer français[7]. Il est enterré le jour même sous l'église de San Cristobal, à la Havane. Par la suite, sa dépouille est transférée au Palais des Capitaines Généraux, dans ce qui est aujourd'hui le musée de la ville de la Havane (Museo de la Ciudad de La Habana), où l'on peut aujourd'hui voir sa pierre tombale dans un coin du musée, au niveau du sol.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Une jeune femme, Jeanne-Geneviève Picoté de Belestre accusait d'Iberville de l’avoir séduite, de lui avoir promis le mariage. Elle prétendait de plus qu'il était le père de l’enfant qu’elle attendait. Les tuteurs de cette jeune femme intentèrent une action en justice contre lui. Le Conseil souverain le déclara coupable, en octobre 1688. Il fut forcé d'assurer la subsistance de l'enfant, qui était né, jusqu’à l’âge de 15 ans. La jeune femme aurait voulu que d'Iberville en fit sa femme. Le Conseil souverain ne l'obligea pas à le faire[2].

Il épousa finalement Marie-Thérèse Pollet, le 8 octobre 1693. Elle était la fille de François Pollet de La Combe-Pocatière (mort en 1672), membre du régiment de Carignan-Salières, et de Marie-Anne Juchereau de Saint-Denis[2].

Honneurs[modifier | modifier le code]

Statue de Pierre Le Moyne d'Iberville au Parlement de Québec.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On trouve aussi la graphie Lemoine. LeMoyne ne se rencontre que dans la bibliographie américaine.
  2. Le ham. d'Hiberville (1403) ; France vavassourerie nommée la vav. d'Iberville (13-6-1434) ; Fief d'Iberville (6-11-1456) ; Fief assis à Iberville (1503) ; 1/8 de fief d'Iberville (1607) ; Iberville 1/4 de fief (1708) ; Fief d'Iberville (1668) ; Hiberville (1658) ; Iberville (1732) ; Iberville (1715) ; Yberville (1877) ; Hyberville (1953) ; Hyberville (1957)
  1. Fortier, Alcée (1910). "Pierre Le Moyne, Sieur d'Iberville". In Herbermann, Charles. Catholic Encyclopedia. 7. New York: Robert Appleton Company.
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x et y Bernard Pothier, « LE MOYNE D’IBERVILLE ET D’ARDILLIÈRES, PIERRE », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2, Université Laval/University of Toronto, 2003–
  3. Programme de recherche en démographie historique, Université de Montréal
  4. Canada-Québec(Synthèse Historique), Montréal, Qc., 1977, p. 116.
  5. Canada-Québec(Synthèse Historique), Montreal, Qc., 1977, p. 123.
  6. Canada-Québec(Synthèse Historique), Montréal, Qc., 1977, p. 124
  7. a et b « Les explorateurs : Pierre Le Moyne d’Iberville 1686-1702 », sur Musée canadien de l'histoire
  8. Canada-Québec (Synthèse Historique), Montréal, Qc., 1977, p. 135