Pierre Laroche (acteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Pierre Laroche (scénariste).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laroche.

Pierre Laroche, né le à Etterbeek et mort le (à 82 ans)[1], est un acteur, metteur en scène, réalisateur et scénariste belge. Professeur au Conservatoire royal de Bruxelles, il est aussi le cofondateur de l'Institut des arts de diffusion (IAD).

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre Laroche découvre sa vocation pendant ses études secondaires à l'Institut Saint-Boniface (actuellement Institut Saint-Boniface-Parnasse) au cours desquelles il joue dans des pièces (Polyeucte, Les Fourberies de Scapin) sous la direction de son professeur d'expression théâtrale, Georges Laumonier, ancien pensionnaire de la Comédie-Française. Pour les fêtes de son ancienne école, il monte Le Misanthrope et La Cerisaie avec l'aide de professionnels, de professeurs et même d'élèves.

Sa carrière proprement dite démarre vers 1953 par une interprétation de Roméo et Juliette avec la Compagnie des Galeries. Devenu pensionnaire au Rideau de Bruxelles, il devient bientôt l'adjoint du directeur Claude Étienne (1961). On ne compte pas le nombre de pièces qu'il réalise ou dans lesquelles il joue un les rôles principaux.

En 1961, il reçoit une Ève du Théâtre pour sa mise en scène de Timide au palais. Plusieurs théâtres bruxellois bénéficient de sa collaboration : le Théâtre royal du Parc, le Théâtre national de Belgique et le Théâtre de l'Alliance qu'il a lui-même fondé.

Pierre Laroche a étendu son champ d'action en tant que metteur en scène de cinéma et réalisateur de télévision. En 1968, Pierre Laroche a réalisé Il pleut dans ma maison, d'après Paul Willems, son seul film pour le cinéma, qui a la particularité historique, selon son producteur Pierre Levie, d'être le premier long métrage belge en couleurs[2]. Cependant, Un soir, un train d'André Delvaux est sorti en septembre de la même année. Par ailleurs, Bwana Kitoko, long métrage documentaire colonial en couleurs d'André Cauvin, date de 1955.

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]