Pierre Langlais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Officier général francais 3 etoiles.svg Pierre Langlais
Surnom « Le gars Pierre »[1]
Naissance
Pontivy, France
Décès (à 77 ans)
Vannes, France
Origine Française
Allégeance Drapeau de la France France
Arme Armée de Terre (Infanterie coloniale puis parachutistes)
Grade Général de division
Années de service 1930-1965
Commandement GAP 2 à Dien Bien Phu
Conflits Seconde Guerre mondiale
Indochine
Faits d'armes Campagne de France et d'Alsace (1944-1945)
Bataille de Điện Biên Phủ
Distinctions Grand croix de la Légion d'honneur

Croix de guerre 1939-1945
Autres fonctions Président de l'association des Anciens de Dien Bien Phu

Pierre Charles Albert Marie Langlais (né le à Pontivy dans le Morbihan, mort le à Vannes) est un officier Français ayant combattu lors de la Seconde Guerre mondiale et la guerre d'Indochine. Il est connu pour avoir commandé le « secteur centre » du camp retranché de Dien Bien Phu, en remplacement du colonel Gaucher, tué le , lors de la première attaque vietminh.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Originaire de Pontivy, sorti de Saint-Cyr en 1930, il choisit l'infanterie coloniale et est Lieutenant aux méharistes soudanais.

Seconde Guerre Mondiale[modifier | modifier le code]

Il fait la campagne de France de 1939-1940 puis se bat en Tunisie, en Italie, dans les Vosges et en Allemagne dans la 1re Armée du général de Lattre de Tassigny.

Guerre d'Indochine[modifier | modifier le code]

Il part en Indochine en avec la 9e Division d'Infanterie Coloniale (9e DIC) dans laquelle il commande un bataillon. Il combat au cours de la Première Guerre d'Indochine et notamment lors de la Bataille d'Hanoï en .

Il se bat en Centre Annam et au Nord-Laos lors d'un second séjour de deux ans en 1949.

Il commande ensuite en France en la 1re demi-brigade de commandos parachutistes (1° DBCCP) avant de repartir pour un troisième séjour en Indochine en .

Opération Castor[modifier | modifier le code]

Lieutenant-colonel, il commande le GAP 2, l'un des deux groupements aéroportés parachutistes sous les ordres du général Gilles qui sautent sur Dien Bien Phu le .

Son GAP 2 comprend:

  • le 1er BEP (Bataillon étranger de parachutistes) de Guiraud
  • le 5e BPVN (Bataillon de parachutistes vietnamiens) de Bouvery
  • le 8e BPC (Bataillon de parachutistes de choc) de Tourret

(Le GAP 1 de Fourcade comprend quant à lui le 6e BPC de Bigeard, le 1er BPC et le 2/1er RCP. Ses bataillons sont relevés rapidement après leurs parachutages).

Langlais saute avec le 1er BEP, le , mais se foule la cheville à l'atterrissage et se fait évacuer à Hanoï. Il revient à Dien Bien Phu quelques semaines plus tard, avec le colonel de Castries qui succède au général Gilles, comme commandant de la base aéroterrestre.

Dien Bien Phu[modifier | modifier le code]

« Le chef d'état-major, le colonel Keller, est dépressif (on l'évacue par avion) et le colonel Piroth, commandant l'artillerie, se suicide. Heureusement, la position centrale est dirigée par le lieutenant-colonel Langlais. » [2]

Promu colonel le , durant la bataille, Langlais reçoit ses épaulettes des mains du général de Castries. Comme elles sont rouges (Castries est spahi), il les teint en noir à l'encre de chine. Langlais croit ferme en la victoire ; le 1er mai il expédie une dernière demande à Hanoï qu'il termine avec une insolence plus que justifiée[non neutre] : « Malgré vous, nous gagnerons cette Bataille ! »

Il est fait prisonnier le comme toute la garnison du camp.

Officiers et soldats, 16 000 hommes ont fait partie de la garnison : on comptera 1 726 tués, 1 694 disparus, 5 234 blessés et 10 823 prisonniers, dont à peine 3 290 reviendront vivants. Côté Vietminh, le bilan est estimé à environ 15 à 20 000 tués et 20 à 25 000 blessés.

Fin de vie[modifier | modifier le code]

Pierre Langlais est ensuite commandant d’une brigade aéroportée en Algérie puis du 22e RIMa et du secteur de Marnia de 1955 à 1959.

Il termine sa carrière général de division en 1968 après avoir été promu commandant en chef au Sénégal puis commandant de la 20e Brigade Aéroportée à Pau.

De 1969 à 1984, il est président de l’Association Nationale des Combattants de Dien Bien Phu[3].

Marqué à vie par la tragédie de son expérience de Dien Bien Phu et par sa captivité dans les camps de concentration Viet-Minh, et souffrant d'une sévère dépression, Pierre Langlais se défenestre de son appartement sur le port de Vannes le .

Décorations[modifier | modifier le code]

Rubans[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Il rédige un livre de son expérience à Dien Bien Phu:

  • Dien Bien Phu. Paris: Éditions France-Empire, 1963. 261 pp. Paris: Presses Pocket, 1969. 253 pp.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son identifiant radio pendant la bataille de Dien Bien Phu
  2. Jean Sévillia, « Diên Biên Phu : 57 jours d'héroïsme », Le Figaro Magazine 09/04/2004 version en ligne sur le site de Jean Sévillia.
  3. L'Association Nationale des Combattants de Dien Bien Phu

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]