Pierre Lacour (peintre, 1745-1814)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pierre Lacour (peintre))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lacour.
Ne doit pas être confondu avec Pierre Lacour (peintre, 1778-1859).
Pierre Lacour
L'Artiste peignant un portrait de famille. Pierre LACOUR père. 1798.jpg

Pierre Lacour, L'Artiste peignant un portrait de famille (1798), musée des beaux-arts de Bordeaux.

Naissance
Décès
(à 68 ans)
Bordeaux
Autres noms
Pierre Lacour père
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Élève
Enfant
Distinction

Pierre Lacour, dit « le père », né le à Bordeaux, où il est mort le , est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre Lacour suit ses premières études artistiques à Bordeaux dans l’atelier du graveur André Lavau. Il se rend en 1764 à Paris pour poursuivre ses études dans l’atelier du peintre Joseph-Marie Vien, en compagnie de Jean-Joseph Taillasson. Il reçoit le second prix de Rome en 1769[1]. Il part pour Rome vers 1771 et est agréé à l’Académie nationale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux en décembre 1772.

De retour en France vers 1774, il se fixe à Bordeaux où il se marie. Il présente une vingtaine de peintures au Salon bordelais de 1774, dont un projet de plafond pour la nouvelle salle de spectacle en construction. Il est reçu académicien de l’Académie des arts de Bordeaux en 1776.

Dans un document de 1781, il est donné pour peintre d’histoire, demeurant grande rue, à Bordeaux, dans la paroisse de Saint-Seurin[2].

Pendant la Révolution, il est professeur de dessin à l’École centrale et entretient à ses frais l’École de dessin et de peinture de la ville, d’où sont sortis d’éminents artistes.

En 1801, Pierre Lacour fonde le musée des beaux-arts de Bordeaux dont il est le premier conservateur[3].

Il expose pour la première fois au Salon de Paris de 1796, et le il est nommé membre correspondant de l’Académie des beaux-arts. En 1799, il devient membre de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux. Il est nommé professeur au lycée de Bordeaux en 1803. De 1804 à sa mort, il est directeur de l’école de dessin et de peinture de Bordeaux.

Pierre Lacour est chargé de la restauration du palais de Rohan[4] en 1802.

Pierre-Nolasque Bergeret, Jean Alaux, dit « le Romain » et Jean-Bruno Gassies furent au nombre de ses élèves.

À sa mort, son fils Pierre lui succède à la charge de conservateur. Pierre Lacour est inhumé à Bordeaux au cimetière de la Chartreuse.

Son autoportrait (L’Artiste peignant un portrait de famille, 1798) et sa Vue d’une partie du port et des quais de Bordeaux dits des Chartrons et de Bacalan (1804-1806)[5] sont conservés au musée des beaux-arts de Bordeaux.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Portrait de Léon Bernard (1791), musée des arts décoratifs et du design de Bordeaux.
  • Bordeaux :
    • musée des arts décoratifs et du design :
      • Portrait de M. de Barbe de la Barthe, huile sur toile (Inv. 76.3.1)
      • Portrait de Mme de Barbe de la Barthe, huile sur toile (Inv. 76.3.2)
      • Femme et enfants dans un paysage (vers 1794), miniature (Inv. 77.2.4)
      • Portrait de Monsieur et Madame Boyer-Griot (1808), huile sur toile (Inv. 77.3.1)
      • Portrait de Léon Bernard, huile sur toile (1791), huile sur toile (Inv. 87.3.2)
      • Museum d'histoire naturelle des Arts… (1808), gravure (Inv. 715)
      • Portrait de Louis Combes (1810), huile sur toile, dépôt du musée des beaux-arts de Bordeaux (Inv. D 2004.0.4)
      • Orphée perdant Eurydice (1805), huile sur bois, dépôt du musée des beaux-arts de Bordeaux (Inv. D 2005.1.6)
    • musée des beaux-arts : [liste non exhaustive][6]
      • La gloire du Gouverneur de Guyenne (vers 1774)
      • L'Artiste peignant un portrait de famille (1798), huile sur bois[7]
      • La mort de Cicéron (1798), huile sur bois[8]
      • Portrait de Pierre Lacour fils (vers 1800), huile sur toile[9]
      • Le chêne rompu (sans date), crayon noir sur papier collé sur carton[10]
      • Le Juge et les consuls de la Bourse de Bordeaux (1789-1790), huile sur panneau de bois[11]
      • Le Bon Samaritain (1810), huile sur toile marouflée sur panneau de bois en aggloméré[12]
      • Le Triomphe de David (sans date), plume, encre de Chine et lavis sur papier[13]
      • L'avare endormi sur son trésor (1802), huile sur bois[14]
  • Versailles, château de Versailles :
    • René-Augustin de Maupeou (1714-1792), chancelier de France, huile sur toile[15]

Salons[modifier | modifier le code]

  • 1776 : Saint Roch.
  • 1782 : Arrivée du comte d'Estaing à Brest.
  • 1787 : Portraits réunis des juges et consuls de la Bourse de Bordeaux, en l'année 1786 ; Ambassade de Sully à Londres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Taillasson obtient le troisième prix, le lauréat du grand prix étant Joseph Barthélémy Le Bouteux.
  2. « Procuration donnée par G.-J. de Cazaux de Saint-Androny à Pierre Lacour, peintre d’histoire », Archives historiques du département de la Gironde, 1887, t. 25, p. 440 (en ligne).
  3. « L’un des quinze musées français créés par Bonaparte » Présentation du musée des beaux-arts de Bordeaux sur culture.gouv.fr.
  4. Actuel hôtel de ville de Bordeaux.
  5. Voir sur collections-musees.bordeaux.fr.
  6. « Liste des œuvres du musée des beaux arts de Bordeaux », sur musba-bordeaux.fr (consulté le 2 août 2017)
  7. « L'Artiste peignant un portrait de famille : Pierre Lacour », sur musba-bordeaux.fr (consulté le 2 août 2017)
  8. « La mort de Cicéron : Pierre Lacour », sur musba-bordeaux.fr (consulté le 2 août 2017)
  9. « Portrait de Pierre Lacour fils : Pierre Lacour », sur musba-bordeaux.fr (consulté le 2 août 2017)
  10. « Le chêne rompu : Pierre Lacour », sur musba-bordeaux.fr (consulté le 2 août 2017)
  11. « Le Juge et les consuls de la Bourse de Bordeaux », sur musba-bordeaux.fr (consulté le 2 août 2017)
  12. « Le bon samaritain : Pierre Lacour », sur musba-bordeaux.fr (consulté le 2 août 2017)
  13. « Le Triomphe de David », sur musba-bordeaux.fr (consulté le 2 août 2017)
  14. « L'avare endormi sur son trésor », sur musba-bordeaux.fr (consulté le 2 août 2017)
  15. Voir sur photo.rmn.fr.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gustave Labat, « Chapitre LXII, Artistes », Archives historiques du département de la Gironde, vol. 30, no Autographes de personnages marquants dans l’histoire de Bordeaux et de la Guyenne,‎ , p. 210 (lire en ligne).
  • Robert Mesuret, Pierre Lacour, 1745-1814, Bordeaux, Éditions Delmas, 1937.
  • Pierre Lacour, Notes et souvenirs d’un artiste octogénaire, 1778-1798, édition établie par Philippe Le Leyzour et Dominique Cant, musée des beaux-arts de Bordeaux et William Blake éditeurs, Périgueux, Fanlac, 1989 (ISBN 2-902067-13-5).

Liens externes[modifier | modifier le code]