Pierre Kroll

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kroll.
Pierre Kroll
Naissance (57 ans)
Gwaka, province de l'Équateur
Drapeau du Congo belge Congo belge
Nationalité Belge
Profession Dessinateur de presse
Site internet http://www.kroll.be/
Médias
Média principal Presse écrite
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Presse écrite Le Soir, Courrier international
Télévision RTBF, RTL-TVI
Radio La Première

Pierre Kroll est un dessinateur et caricaturiste belge né le à Gwaka dans l'actuelle République démocratique du Congo (à l'époque Congo belge).

Biographie et vie privée[modifier | modifier le code]

Né le 25 mars 1958, il est le fils de Raymond et Yvette. Il passe son enfance successivement à Bruxelles, Luxembourg et Liège. Il passe ses années d'école primaire dans trois écoles, d'abord communale, puis catholique en banlieue à Ans, puis à nouveau communale à Liège en ville.

Humanités à l’Athénée de Liège 1. Pierre Kroll a été scout aussi, avec le sympathique totem de « belette rayonnante ». Il étudie l'architecture, d'abord à Saint Luc à Liège en première année, puis les quatre suivantes à La Cambre à Bruxelles. Il est diplômé en 1981. Il obtient, par la suite, une licence en Sciences de l’Environnement à l’Université de Liège. Il travaille un an et demi au cabinet de l’échevin de l’urbanisme de la ville de Liège comme conseiller. Il y travaillera dans l’ombre sur quelques grands dossiers liégeois comme celui de la place Saint Lambert.

Appelé au service militaire, il choisit l’objection de conscience et un service civil de 22 mois dans un théâtre de marionnettes (Al Botroule). Il fréquente alors assidûment Le Cirque Divers. Café, galerie, scène, c’était un haut lieu de « l’alternatif », d’avant-garde, contestataire où se croisent, exposent, jouent, boivent des artistes liégeois croisant Roland Topor, Glen Baxter, Ben, Arrabal, Bucquoy, Willem et tant d’autres. Pierre Kroll y a laissé des centaines de dessins mouillés sur cartons de bière.

Il travaille brièvement comme architecte (à l'atelier Pissart, Strebelle et à son propre compte). C’est à cette époque, vers 1984, qu’il vend ses premiers dessins à des journaux comme Le Vif, Le Vif L’Express, La Cité, La Wallonie, Défi Sud, Espaces de Liberté, Le Pourquoi Pas ?, Trends Tendances, Pan, Le Soir Illustré, Femmes d’Aujourd’hui, La Libre Belgique, Le Peuple, etc. Quasi tous les journaux et magazines belges francophones l’ont un jour ou l’autre publié. Il est le dessinateur attitré du quotidien Le Soir depuis 2002.

Parmi ses autres collaborations régulières, on compte le SETCa de la FGTB, Le Quinzième Jour, mensuel de l'Université de Liège et celui des cinémas du groupe Les Grignoux. Il a illustré d’innombrables affiches, brochures, publications les plus diverses et collaboré avec bien des agences de communication.

Parallèlement, Pierre Kroll mène une carrière en télévision bien remplie, surtout à la RTBF, avec, avant tout, L’Ecran Témoin, émission de débat, hebdomadaire, sur tous les sujets de société en ce compris les plus délicats, où il dessine en direct de 1985 à 1992 puis à nouveau en 1996 et 1997. Il passe ensuite aux débats, hebdomadaires aussi mais plus politiques, de Mise au Point tous les dimanches matin sur la même chaîne (un dessin tiré de ceux du débat est publié chaque semaine dans Ciné Télé revue). Dans l’intermède, il participa à une émission d’humour de la chaîne privée RTL-TVI : Y en aura pour tout le monde. En 1996, il réalise un dessin quotidiennement pour le JT Soir de la RTBF. Il fut chroniqueur, illustrateur ou même co-présentateur de nombreuses autres émissions, toujours pour la chaîne publique RTBF : Bizness bizness, Cœur et Pique, Cinémoi, Les @llumés.be, La Télé Infernale, Bonnie & Clyde, etc.

Homme de radio aussi, on pouvait l’entendre dans le Jeu des Dictionnaires sur la radio publique La Première où il racontait d’invraisemblables histoires de chauve-souris, des pitchs de James Bond inédits ou des extraits d’évangiles "revisités", et La Semaine Infernale où il livrait son regard décapant sur l’actualité.

Il a obtenu trois fois le premier prix du Press Cartoon of Belgium (2006, 2009 et 2012) qui récompense le meilleur dessin de presse publié dans l’année. Il avait reçu « le prix de l’humour vache » en 1986 en France avec Solé. Les dessins de Pierre Kroll sont régulièrement repris dans le Courrier International et quelques journaux français. Il est souvent invité par TV5 Monde.

Il a souvent exposé en Belgique, et collabore régulièrement avec une galerie liégeoise, la galerie Lierhmann. Pierre Kroll fait partie de l'association Cartooning for Peace, le projet initié par Jean Plantu (Le Monde) et les Nations Unies, qui le conduit à de fréquentes rencontres et expositions à l’étranger.

Depuis 1995, il publie chaque année au moins un album de ses meilleurs dessins, plus les inédits et les refusés, aux éditions Renaissance du Livre qui est traditionnellement en tête des livres les plus vendus, toutes catégories confondues, en Belgique francophone.

Il est par ailleurs le neveu de l'architecte Lucien Kroll.

Il est également le compagnon de Dominique Demoulin, journaliste à RTL-TVI ; ils ont 3 enfants (Guillaume, François et Sophie)[1]. Il vit à Liège.

Presse et Télévision[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, il publie quotidiennement dans Le Soir, chaque semaine dans Ciné Télé Revue et Moustique. Tous les dimanches matin, il dessine en direct à Mise au Point, débat politique de la télévision publique belge, la RTBF et commente l'actualité dans Revue et Corrigé.

Collaborations diverses et ponctuelles[modifier | modifier le code]

On lui doit aussi d'innombrables illustrations ponctuelles pour des associations, des institutions telles que la Communauté française, la Région wallonne et le Parlement européen, la fédération syndicale belge FGTB, l'Agence de Prévention du Sida de la Communauté française ou encore le Centre d'Action Laïque, ainsi que pour un grand nombre d'agences de publicité.

Publications personnelles (recueils de dessins et de textes)[modifier | modifier le code]

En 2015, il a publié vingt recueils annuels de dessins d'abord aux éditions Luc Pire, puis au éditions Renaissance du Livre, sous forme de BD au format A4.

Listes des albums annuels[modifier | modifier le code]

  1. C'est pour offrir ?, 1995
  2. Je vous l'emballe ?, 1996
  3. Et chez vous, comment ça va ?, 1997
  4. Je dis ça, je dis rien, 1998
  5. Histoire du XXe siècle de 1999 à nos jours..., 1999
  6. Et bon maintenant, qu'est ce qu'on fait ?, 2000
  7. Attentats, accouchement et calculettes, 2001
  8. Les normales saisonnières, 2002
  9. On a eu de la chance avec le temps, 2003
  10. C'est le dixième, 2004
  11. Habemus papam et Bruxelles-Hal-Vilvorde, 2005
  12. Hyper serein et Allah bonheur, 2006
  13. Au pays des oranges bleues, 2007
  14. Ça ne s'arrange pas, 2008
  15. Michael Jackson n'est pas mort. Il est sur une île avec Maurice Lippens, 2009
  16. Alors on danse, 2010
  17. Quand est-ce qu'on mange ?, 2011
  18. La fin du monde est reportée à une date ultérieure, 2012
  19. On s'en souviendra !, 2013
  20. Le grand vingtième, 2014

On lui doit également quatre recueils de Petits textes tirés de ses chroniques dans l'émission radiophonique La Semaine infernale sur La Première (RTBF). En 2007-2008, il a également publié deux recueils de dessins, d'un format plus petit, intitulés Dessine-moi la Belgique (ce titre est un pastiche de la phrase « Dessine-moi un mouton » dans le conte Le Petit Prince d'Antoine de Saint-Exupéry) et Desperate Belgium (cet intitulé est le pastiche du titre de la série américaine Desperate Housewives).

Avec l'humoriste flamand Bert Kruisman, il publie en 2011 et 2012 un petit livre, regards sur les problèmes belges, intitulé Foert non di dju, dont la particularité était qu'il était bilingue (écrit en français et néerlandais). Dans son album annuel de 2014, outre les pages classiques de dessins d'actualités, il a osé sur six pages une parodie qui rend hommage à Tintin dans une histoire intitulée L'aventure interdite. Dans cette fiction apocryphe, Tintin se demande s’il peut repartir à l’aventure, malgré son âge avancé.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1988 : Prix de l'Humour Vache, avec Solé.
  • 2005 : Chevalier de l'Ordre de la Couronne[2]
  • 2006 : Prix du Press Cartoon Belgium
  • 2009 : Prix du Press Cartoon Belgium
  • 2010 : Prix de la Pensée Wallonne, Mons.
  • 2012 : Prix du Press Cartoon Belgium
  • 2013 : Insignes de docteur honoris causa de l'Université de Liège[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Numa Sadoul, Dessinateurs de presse : entretiens avec Cabu, Charb, Kroll, Luz, Pétillon, Siné, Willem et Wolinski, Glénat, Grenoble, 2014, 215 p. (ISBN 978-2-344-00016-8)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]A la rencontre de Pierre Kroll
  2. Récompenses 2005 attribuées par le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Communauté Francophone de Belgique)
  3. http://www.ulg.ac.be/cms/c_3859813/fr/rentree-academique-2013-2014