Pierre Joseph Célestin François

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir François.
image illustrant un peintre image illustrant belge
Cet article est une ébauche concernant un peintre belge.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Pierre Joseph Célestin François
Naissance
Décès
Activité
Maîtres

Pierre Joseph Célestin François est un peintre né à Namur en 1759 et mort à Bruxelles en 1851. Il avait épousé le 25 février 1799, Marie-Françoise Leyniers, issue de la célèbre famille de tapissiers bruxellois, qui lui donnera cinq enfants.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marius assis sur les ruines de Carthage (1791-1794)

Il étudie d'abord la peinture à Charleroi dans l'atelier de P.B. De Blocq, puis à l'académie de peinture d'Anvers auprès d'André Lens et Guillaume Herreyns. Il séjourne en Italie de 1778 à 1781, puis revient à Bruxelles où il effectue essentiellement des peintures de commande décoratives. Il séjourne à nouveau à Rome entre 1789 et 1792.

En 1803, il figure parmi les membres fondateurs de la Société de peinture, sculpture et architecture de Bruxelles dont il fut vice-président.

Revenu à Bruxelles, il devient de plus en plus remarqué grâce à sa peinture néo-classique, même si la période révolutionnaire nuit à sa carrière. Son Marius assis sur les ruines de Carthage est conservé à Bruxelles aux Musées royaux des beaux-arts de Belgique.

Sous le Consulat et l'Empire, il participe au renouveau de la peinture religieuse et peint notamment une Allégorie du Concordat conservée à la Malmaison. Il est également l'auteur de nombreux tableaux de dévotion privée. On lui doit aussi le portrait le plus connu de l'abbé Grégoire, conservé au Musée des Beaux-Arts de Nancy.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Barbara Issaverdens, "Pierre-Joseph-Célestin François", dans 1770-1830. Autour du néo-classicisme en Belgique, Bruxelles, Crédit Communal, 1985, p. 120 à 134.

Sources[modifier | modifier le code]