Pierre Jansen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jansen.
Pierre Jansen
Pierre Jansen.jpg

Portrait par Fernand Michaud. Festival d'Avignon 1986.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
Saint-Pierre-le-Déchausselat (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Maître

Pierre Jansen, né Pierre Georges Cornil Jansen le à Roubaix[1] et mort le (à 85 ans) à Saint-Pierre-Saint-Jean[2], est un compositeur français de musique de film. Il a été notamment le collaborateur attitré de Claude Chabrol pour qui il a composé la musique de nombreux de ses films.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premières études musicales au Conservatoire de Roubaix (piano et harmonie) sous la direction d’Alfred Desenclos. Études supérieures au Conservatoire royal de musique de Bruxelles (prix de piano et d’harmonie). Études d’écriture avec André Souris (harmonie, contrepoint, fugue et orchestration).

À partir de 1952, suit régulièrement les cours d’Olivier Messiaen et participe aux Ferienkurse für die neue Musik à Darmstadt. En 1958, création à Darmstadt d’une suite pour piano et 18 instruments qui sera reprise à Paris au cours d’un concert du Domaine musical.

En 1960, il renonce aux acquis de l’avant-garde, et se consacre à la musique de film. Il collabore avec Claude Chabrol dont il devient le compositeur attitré. Le réalisateur de la Nouvelle Vague dit à propos de Pierre Jansen: « J’ai rencontré un frère en musique. », tandis que ce dernier qualifie sa rencontre avec Chabrol de « déterminante et inespérée. »[3]. Il travaille ensuite avec Claude Goretta, Francis Girod et Pierre Schoendoerffer. Il collabore aussi pour la télévision en composant des musiques pour Serge Moati et pour Josée Dayan.

En 1985, il compose pour le cinéma muet, en collaboration avec Antoine Duhamel, une vaste partition pour grand orchestre destinée à accompagner les images du célèbre film de David Wark Griffith, Intolérance. Cette œuvre sera créée par l’Orchestre national d'Île-de-France (direction Jacques Mercier) et projetée en direct au Théâtre des Amandiers, puis au Festival d'Avignon.

Une version de ce film, nouvellement restauré fut réalisée en 2007. Elle a nécessité une nouvelle adaptation de la partition. Réenregistrée sous la direction de Jean Deroyer, elle fut diffusée sur Arte. Cette version est disponible en DVD.

Abandonnant peu à peu la musique de film car ne voulant pas tomber dans la facilité commerciale, il se consacre alors à sa propre œuvre en composant des concerts.

Il a enseigné l’orchestration à l’École normale de musique de Paris, ainsi qu’au Conservatoire national supérieur de musique de Paris (CNSMDP).

Catalogues des œuvres[modifier | modifier le code]

  • Pour orchestre :
    • une symphonie (1995)
    • Éloge de la consonance (1989)
    • Litanie pour un éden (1993)
    • Concerto pour piano et orchestre. (2006)
    • L’an deux mille, la fin d’un millénaire pour chœur et orchestre. (1999)
    • Suite en duo pour piano et orchestre (orchestration de la Suite pour deux pianos) (1987)
    • Concerto pour Saxhorn et Orchestre (2014)
  • Pour piano :
    • Première sonate (1983)
    • Deuxième sonate (1986 – 1989)
    • Douze pièces pour piano
    • Divertissement à quatre mains
    • Suite pour deux pianos (1983)
  • Pour guitare :
    • Concerto pour guitare et cordes (Bèrben 2006)
    • Evocation d'un Concerto (2006, inédit)
  • Musique de chambre :
    • Premier quatuor à cordes (1980)
    • Deuxième quatuor à cordes (1991)
    • Trio pour piano violon et violoncelle (2000)
    • Sonatine pour violon et piano (1977)
    • Fantaisie toccata et rondes , violoncelle et piano (1981)
    • Vagabondages pour flûte (ut et sol) et piano (2007)
    • Quelques fragments enchaînés pour clarinette basse et harpe
    • Sonate pour violon et piano (2011)
  • Formations diverses :
    • Sphène pour quintette de harpes (1971)
    • Les arborescences pour quintette de cuivres
    • Concert en quintette pour clarinette, violon, violoncelle et piano (1993)
    • Rétro-voyage pour flûte saxo alto, harpe, violon, violoncelle, célesta et piano
    • Burlesque. Pour flûte, clarinette basse, piston, trombone, percussions, piano, violon et contrebasse.
  • Musique vocale :
    • Six poèmes tirés d’épigrammes de Paul Verlaine pour baryton et piano.
    • Quatre-Temps. Pour contralto, récitant et piano (il existe une version avec orchestre).

Musiques de films[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]