Pierre Jallatte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierre Jallatte
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
NîmesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Homme d'affaires, résistantVoir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Charly-Sam Jallatte
Jean Jallatte (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Directeur de thèse
Michel Lacave (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Pierre Jallatte, né le à Valence[1] (Drôme, France) et mort le à Nîmes (France), est un chef d'entreprise et résistant français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Il a deux frères : Jean, résistant, assassiné en 1944, et Charly-Sam, médecin et membre de l'Académie de Nîmes.

Carrière[modifier | modifier le code]

Une paire de chaussures de la marque Jallatte.

Il reprit en 1947 l'entreprise familiale de galoches sise à Saint-Hippolyte-du-Fort pour la transformer après un voyage d'étude aux États-Unis en l'une des plus grandes fabriques de chaussures de sécurité de France. Comme patron, Pierre Jallatte est reconnu pour sa grande générosité et pour avoir partagé avec ses ouvriers les bénéfices de son entreprise[2].

Peut-etre suite au décès de son fils en 1964, il vend sa societé au groupe Révillon en 1967[3].

Il se retire en 1983 alors que l'entreprise Jallatte en difficulté est sauvée par une fusion avec l'italien Almar. Le groupe est racheté en 2005 par un consortium de banques anglo-américaines mené par Bank of America et Goldman Sachs[4]. L'évolution du marché pourtant devenu international et l'appétit grandissant des actionnaires incite les actuels dirigeants de la société à délocaliser massivement les activités en Tunisie.

En 1992, il soutient une thèse de doctorat en science politique sous la direction de Michel Lacave[5].

Mort[modifier | modifier le code]

Pierre Jallatte s'est donné la mort le à Nîmes après avoir appris que la majorité des ouvriers travaillant encore en France seraient licenciés pour cause de délocalisation[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Who's who in France : qui est qui en France : dictionnaire biographique de personnalités françaises vivant en France, dans les territoires d'Outre-Mer ou à l'étranger et de personnalités étrangères résidant en France, 1787 p. (ISBN 9782857840343 et 2857840349).
  2. « Il savait partager la poire », in Libération, 11 juin 2007.
  3. Ce patron qui n'aimait pas les capitalistes
  4. «Ce sont les actionnaires qui ont tué Pierre Jallatte»
  5. https://www.theses.fr/1992MON10013
  6. « L'ancien patron de Jallatte se suicide », in Libération, 11 juin 2007.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laurent Pichon et Fabrice Sugier, « Jallatte Pierre (1918-2007) », dans La Résistance dans le Gard, Paris, Association pour des études sur la résistance intérieure, (ISBN 978-2-915742-23-7) — notice individuelle non paginée.

Liens externes[modifier | modifier le code]