Pierre François Joseph Durutte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Officier général francais 3 etoiles.svg Pierre François Joseph Durutte
Le général de division comte Pierre François Joseph Durutte.
Le général de division comte Pierre François Joseph Durutte.

Naissance
Douai, France
Décès (à 59 ans)
Ypres, Belgique
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Général de division
Années de service 1792-1815
Conflits Guerres de la Révolution française
Guerres napoléoniennes
Distinctions Grand officier de la Légion d'honneur
Comte de l'Empire
Chevalier de Saint-Louis
Hommages Nom gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile, 17e colonne
Autres fonctions Gouverneur d'Amsterdam

Pierre François Joseph Durutte, né le à Douai dans le Nord et mort le à Ypres, en Belgique, où il est inhumé[1], est un général français de la Révolution et de l'Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Début de carrière et ascension militaire[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille commerçante suffisamment aisée pour lui permettre de faire d'excellentes études, il s'engage volontairement en 1792 dans le 3e bataillon de volontaires du Nord, et se distingue rapidement sous les murs de Menin, de Courtrai et à la bataille de Jemmapes. Devenu lieutenant, puis capitaine en récompense de la valeur qu'il déploie, en 1793, à l'assaut du fort de Klundert, Durutte, major de tranchée au siège de Willemstadt, obtient le grade d'adjudant-général, qu'il refuse, ne croyant pas l'avoir suffisamment mérité. Il est chef d'état-major d'une division lors de la bataille d'Hondschoote, où il fait des prodiges de valeur. Chef d'état-major en l'an II, du corps du général Michaud, Durutte occupe la ville d'Ypres ; il passe ensuite avec le titre de sous-chef d'état-major à l'armée du Nord, sous les ordres de Moreau, combat peu de temps après sous ceux de Joseph Souham, dans l'Over-Yssel, la Frise et la Zélande, puis commande en l'an VII (1799), l'avant-garde de l'armée de Brune et Daendels dans la Hollande septentrionale. Sa brillante conduite à la bataille de Bergen, à la retraite de Beverwijk, à la bataille de Castricum, lui vaut le grade de général de brigade le 26 septembre 1799. Mœskirch, Biberach, Hohenlinden, sont également témoins de ses exploits.

Général de division[modifier | modifier le code]

Lors de la paix de Lunéville, il a le commandement du département de la Lys, reçoit les étoiles de général de division le 9 fructidor an XI (27 août 1803), malgré l'antipathie de Bonaparte pour les militaires de l'armée du Rhin. Il devient membre de la Légion d'honneur le 19 frimaire an XII (11 décembre 1803), et commandant de l'Ordre le 20 prairial de la même année (9 juin 1804). Appelé au commandement du camp de Dunkerque à Rosendaël sous les ordres de Davout, il est désigné par ce maréchal au chef de l'État comme l'ami de Pichegru et de Moreau et ces dénonciations sont admises sans examen. Durutte est à Bruges quand Napoléon exige pour son élévation au souverain pouvoir l'assentiment de l'armée. Fidèle à sa conscience républicaine, il veut signer non, n'ignorant pas que l'exil en serait la suite ; mais tous les chefs de sa division déclarent qu'ils suivraient son exemple et il a la générosité de ne pas entraîner leur perte.

Guerre contre les Autrichiens et gouverneur de Berlin[modifier | modifier le code]

En 1805, il commande la 10e division militaire à Toulouse lorsque Davout, qui lui en veut, lui fait donner le commandement de l'île d'Elbe, menacée, disait-on, par les Anglais et par les Russes. Cet exil dure trois ans après lesquels Durutte entre en Italie sous les ordres du prince Eugène et fait la campagne de 1809 contre les Autrichiens. L'Empereur l'a alors créé baron de l'Empire. Entré en Italie, sous les ordres du prince Eugène de Beauharnais, c'est lui qui débloque Venise, ouvre les portes de Trévise à l'armée française, s'empare du fort de Malborghetto (en), culbute à Saint-Michel (en) le corps de Gyulay, et concourt au succès de la bataille de Raab. Créé chevalier de la Couronne de Fer le 17 juillet 1809, il se signale de nouveau à la bataille de Wagram. À l'époque où Napoléon Ier réunit la Hollande à la France, le général Durutte est nommé gouverneur d'Amsterdam. Il organise peu de temps après la 32e division militaire, met en état de défense la côte, depuis le Texel jusqu'à l'Ems, se rend dans le Mecklembourg, dans la Poméranie, et de là à Berlin, et reçoit le titre de gouverneur de cette ville. Lorsque Durutte quitte ce gouvernement, le roi Guillaume lui fait don de son portrait comme un témoignage de satisfaction de la conduite pleine de mesure qu'il a tenue pendant son séjour dans la capitale de la Prusse.

À la tête du 7e corps[modifier | modifier le code]

Appelé à Varsovie pour y organiser la 32e division de la Grande Armée, il franchit bientôt le Boug, opère sa réunion avec le 7e corps et se porte avec Schwarzemberg sur la Bérésina. C'est lui qui, au pont de Wolkowisk, soutient glorieusement pendant toute la nuit les attaques réitérées des colonnes ennemies, fortes de 33 000 hommes. Arrivé sur le Boug, après la retraite de Moscou, le général Durutte s'arrête à Varsovie pour ranimer le moral des troupes affaissé par nos désastres. L'épidémie qui règne en Pologne l'ayant obligé de quitter ce royaume, il se dirige sur Kalisch, où il contient le corps d'armée de Wintzingerode, sauve une division saxonne, et assure la retraite du 7e corps. Quand il pénètre dans Glogau, il n'a rien perdu de son artillerie. Le 9 mars 1813, il parvient à recueillir un corps de Bavarois qui le suit dans une retraite de quarante lieues qu'il fait de l'Elbe à la Saale. Cette retraite fait le plus grand-honneur à ses talents militaires. Arrivé à Iéna le 1er avril, le général Durutte rejoint le prince Eugène de Beauharnais dans le Hartz, prend position avec les 3 000 hommes qui lui restent, à Elbrengade, où ses troupes sont bientôt renforcées par 3 000 recrues et une division saxonne. À la bataille de Lützen, il concourt à la diversion décisive faite par le prince Eugène, combat avec sa valeur accoutumée dans les champs de Bautzen, et reçoit l'ordre d'aller camper sur les frontières de la Saxe et de la Bohême.

Combats en Allemagne et défense de Metz[modifier | modifier le code]

C'est à cette époque que Napoléon lui confére le titre de comte de l'Empire. Aussitôt que les hostilités ont recommencé, sa division résiste avec succès, à Wistoch, à la cavalerie ennemie. L'échec qu'il éprouve à la bataille de Dennewitz, livrée le 6 septembre 1813, ne l'empêche pas de soutenir seul à Leipzig, au moment où il vient d'être abandonné par les Saxons, les efforts réunis de l'armée suédoise et du corps de Wintzingerode. Après avoir sauvé à Freyburg la presque totalité de l'artillerie de l'armée, Durutte arrive sous les murs de Haguenau le jour même où les Prussiens viennent d'attaquer le maréchal Marmont. Quand ces deux généraux se sont repliés sur Metz en 1814, Durutte défend vaillamment cette ville contre 40 000 alliés qui la cernent. Il entretient, malgré des forces aussi importantes, des communications libres entre Luxembourg, Thionville, Sarrelouis, Sarrebruck, Bitche, etc. S'il avait été secondé par quelques-uns des chefs sous ses ordres, nul doute qu'il n'eût pris en flanc, comme il en a conçu le projet, l'armée ennemie qui couvre les plaines de la Champagne. Le bruit ayant couru à cette époque que Metz s'est rendu, Napoléon demande vivement à l'un de ses aides-de-camp : « Qui commande dans cette ville? — C'est Durutte, lui fut-il répondu. — Je n'ai jamais fait de bien à cet homme-là : Metz est toujours à nous. » En effet, les troupes étrangères n'y pénètrent pas.

Restauration et Cent-Jours[modifier | modifier le code]

Dès que le général Durutte eut reconnu le gouvernement de Louis XVIII, ce souverain le confirme, dans son commandement de la 3e division, le crée chevalier de Saint-Louis le 27 juin, puis grand officier de la Légion d'honneur le 23 août de la même année. Le maire de Metz se rend ensuite à la tête du corps municipal, accompagné d'un nombreux cortège d'officiers de la garde municipale, chez le commandant de la 3e division militaire, pour lui offrir, au nom de la ville, une épée d'or, en reconnaissance des services éminents que ce général lui a rendus pendant le blocus. Le général Durutte n'hésite point à se prononcer en faveur de Napoléon lors de son retour de l'île d'Elbe : « l'apparition de Napoléon, dans les circonstances présentes, est un malheur, dit-il à son état-major, cependant, il n'y pas à balancer : le pays est menacé d'une nouvelle invasion, notre devoir est de vaincre ou de mourir ».

L'Empereur lui ayant confié le commandement de la 4e division du premier corps formant l'avant-garde de l'armée du Nord, le comte Durutte déploie un grand courage à Waterloo, où il reçoit un coup de sabre qui lui fait une large blessure à la tête, et un autre qui lui abat le poignet droit. Mis à la retraite après le second retour des Bourbons, il se retire dans une propriété qu'il possède en Flandre, et y meurt de maladie le 18 avril 1827.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Orn ext baron de l'Empire ComLH.svg
Blason famille fr Pierre François Joseph Durutte (baron).svg
Pierre François Joseph Durutte (13 juillet 1767 - Douai ✝ 18 avril 1827 - Ypres (Belgique)), général de division (1803), baron Durutte et de l'Empire (1809), 1er comte Durutte et de l'Empire (1813), Commandant (20 prairial an XII), puis Grand officier de l'ordre royal de la Légion d'honneur (23 août 1814), Chevalier de l'ordre de la Couronne de Fer (17 juillet 1809), chevalier de Saint-Louis (27 juin 1814),

Écartelé : au 1, d'or, au chevron d'azur, accompagné de trois merlettes de sable, au comble du même; au 2, du quartier des barons militaires de l'Empire ; au 3, d'or, au chevron de gueules, accompagné de trois roses au naturel, tigées et feuillées de sinople ; au 4, d'argent, semé de fleurs de lin (quartefeuilles) d'azur, boutonnées d'or.[2],

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Page203- Fastes de la Légion d'Honneur par A. Lievyns,Jean -Maurice Verdot,Pierre Bégat -Publié en 1844 -archivé à l'université du Wisconsin-Madison - numérisé par Google Books
  2. Armorial de J.B. RIETSTAP - et ses Compléments

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :