Pierre Basson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pierre Forquin)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Basson (homonymie).
Pierre Basson
Alias
Pierre Forquin
Naissance
Saint-Chamond, Loire, Drapeau de la France France
Décès
Drapeau de la France France
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Œuvres principales

Le Procès du diable (1961)
La Tête (1969)

Pierre Basson, également connu sous le pseudonyme Pierre Forquin, né en à Saint-Chamond et mort en , est un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'un père originaire des monts du Lyonnais, il se passionne pour l'écriture et publie dès 1936 un recueil de poésie intitulé Deux liards de lune.

Pour son service militaire, il s'engage en Côte d'Ivoire, pays qui lui inspire Images nègres (1939), un second recueil de poèmes.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, en 1940, il est fait prisonnier et envoyer dans un camp de détention en Saxe d'où il réussit à s'évader.

Après la guerre, il exerce divers petits métiers. En 1952, il remporte avec Le Cinquième Jour (The Fifth Day), le Grand Prix mondial de la Nouvelle, un concours organisé par le New York Herald Tribune[1]. La nouvelle est reprise la même année dans le recueil collectif Les 56 Meilleures Nouvelles, paru aux Éditions Gallimard.

En 1953, il publie un premier roman, La Permission de vivre, aux Éditions de la Table ronde. Paru aux Éditions Julliard, La Tête, roman inspiré de ses souvenirs de jeunesse en Côte-d'Ivoire, remporte le prix Eugène Dabit du roman populiste en 1969.

En parallèle à cette activité de romancier, Pierre Bason adopte en 1957 le pseudonyme de Pierre Forquin pour écrire seul ou en collaboration plusieurs romans policiers, dont la plupart sont parus aux Éditions Denoël, et qui retrouvent « l'atmosphère des romans de Simenon »[2]. Il reçoit le grand prix de littérature policière pour Le Procès du diable en 1962, l'année même où il déménage avec sa famille, jusqu'en 2004, à Maclas dans le département de la Loire.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Deux liards de lune, 1936
  • Images nègres, 1939

Romans[modifier | modifier le code]

Romans policiers signés du pseudonyme Pierre Forquin[modifier | modifier le code]

  • Les Mauvais Jacques, en collaboration avec Louis Hérail, Paris, Éditions Denoël, coll. « Les meilleurs romans policiers français », 1957, 192 p. (notice BnF no FRBNF32238600)
  • L’Homme aux petits cigares, Paris, Éditions Denoël, coll. « Policière » no 8, 1957, 189 p. (notice BnF no FRBNF32118101)
  • L’Homme du 7 novembre, Paris, Éditions Denoël, coll. « Crime-club » no 28, 1960, 191 p. (notice BnF no FRBNF33009121)
  • Le Procès du diable, Paris, Éditions Denoël, coll. « Crime-club » no 38, 1961, 191 p. (notice BnF no FRBNF33009123) ; réédition, Paris, France Loisirs, coll. « Thriller », 1983 (ISBN 2-7242-1827-2)
  • Le printemps fait toujours un peu mal, Paris, Éditions Denoël, coll. « Crime-club » no 40, 1962, 191 p. (notice BnF no FRBNF33009122)

Romans policier écrits en collaboration avec Henry Lapierre[modifier | modifier le code]

Nouvelle isolée[modifier | modifier le code]

  • Le Cinquième Jour, dans Les 56 Meilleures Nouvelles, Paris, Gallimard, coll. « L'Air du temps », 1952, 475 p. (notice BnF no FRBNF32349097)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]