Pierre Folle (Montguyon)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pierre Folle
Image illustrative de l’article Pierre Folle (Montguyon)
Vue générale de l'édifice
Présentation
Type allée couverte, dolmen
Période Néolithique
Protection Logo monument historique Classé MH (1889)
Caractéristiques
Matériaux grès
Géographie
Coordonnées 45° 13′ 39″ nord, 0° 10′ 43″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Commune Montguyon

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Pierre Folle

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

(Voir situation sur carte : Nouvelle-Aquitaine)
Pierre Folle

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

(Voir situation sur carte : Charente-Maritime)
Pierre Folle

La Pierre Folle est un ensemble mégalithique composé d'un dolmen et d'une allée couverte situé à Montguyon, dans le département français de la Charente-Maritime. Il s'agit du « plus imposant et du plus majestueux »[1] mégalithe du département.

Protection[modifier | modifier le code]

Grâce à l'intervention de Louis-Benjamin Fleuriau de Bellevue le monument échappa à la destruction[1] et fut classé au titre des monuments historiques en 1889[2].

Description[modifier | modifier le code]

L'édifice mesure 16 m[1],[3] de longueur pour 3 m de largeur et 4 m de hauteur dans sa partie la plus élevée[1]. Il se compose d'un dolmen, de type angoumoisin, et d'une allée couverte, de type aquitain, édifiés à deux époques différentes. Toutes les dalles sont en grès[4] d'origine locale, elles «proviendraient d'un rayon de 2,5 km autour du site»[1].

L'allée couverte[modifier | modifier le code]

L'allée couverte est orientée est-ouest et ouvre à l'est. Elle mesure 9,50 m de longueur et 1 m de largeur[1]. Elle se compose de neuf orthostates, de hauteur décroissante depuis le fond vers l'entrée[4], et d'une dalle de chevet[1]. L'ensemble est recouvert de deux tables de couverture encore en place, dont la plus importante mesure 1,40 m d'épaisseur et dont le poids est estimé à 30 t[1],[3]. Une troisième table est visible renversée en dehors de l'allée[1]. Le sol de l'allée était recouvert d'un pavement en bloc de calcaire liés par un mortier.

La première dalle située à gauche de l'entrée est creusée de deux auges, tels « des bénitiers ». Des dalles du côté nord de l'allée comportent sur leur face intérieure des entailles qui pourraient avoir été creusées «pour le transport ou l'édification des pierres». Des cupules sont visibles sur plusieurs dalles et plusieurs orthostates comportent des gravures serpentiformes. Elles sont situées sur la face externe des dalles, côté tumulus, ce qui indiquent qu'elles sont postérieures à sa destruction ou antérieures à la construction de l'édifice[1]. D'autres graffitis, beaucoup plus récents, sont aussi visibles.

Le dolmen[modifier | modifier le code]

Situé dans le prolongement nord-ouest de l'allée couverte, son édification est antérieure d'au moins 500 ans. Il est désormais ruiné. C'est un dolmen de type angoumoisin, constitué de quatre orthostates délimitant une chambre quadrangulaire de 3 m de long sur 2 m de large[4]. Un couloir perpendiculaire à l'allée, délimité par deux orthostates sur 2,50 m de longueur, permettait d’accéder à la chambre. Ce couloir ouvre au nord, ce qui n'est pas très fréquent[4]. L'orthostate du côté droit comporte lui aussi une auge, « en bénitier », creusée dans l'épaisseur de la dalle. L'ensemble était recouvert de deux tables de couverture désormais renversées au sol[1].

Fouilles et datation[modifier | modifier le code]

Le monument fut fouillé en 1840 par Camille Duteil et en 1874 par Gassier et François Daleau. Des crânes et ossements humains ainsi qu'un riche matériel funéraire (pointes de flèches, outils en silex et haches polies, une défense de sanglier, des fragments de poterie, une urne en terre contenant des os calcinés) furent retrouvés mais il est désormais perdu hormis une petite hache polie de couleur verte[1]. Duteil découvrit à l'intérieur des auges-bénitiers de l'allée «des pointes de flèches et de lances en serpentine»[1].

L'allée couverte aurait été érigée vers 3 500 av. J.-C[1] au Néolithique moyen régional. Son édification pourrait être attribué au groupe de Roquefort. L'ensemble fut réutilisé par la suite à différentes époques[4].

Folklore[modifier | modifier le code]

Selon une légende locale, l'édifice fait trois tours sur lui-même au douze coups de minuit le soir de Noël. Selon une autre tradition, les pierres de construction viendraient du ciel et auraient été assemblées par la Sainte Vierge. Une dernière croyance veut que ce soit Charlemagne qui aurait édifié le monument pour bombarder Montlieu[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n et o Pourtaud et Olivet 2015
  2. « Dolmen dit La Pierre Folle », notice no PA00104812, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. a et b Frédéric Lontcho, Dolmens et menhirs de France, Lacapelle-Marival, Editions Archéologie Nouvelle, coll. « Archéologie Vivante », , 216 p. (ISBN 979-10-91458-09-2), p. 108
  4. a b c d et e Joussaume 2016

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jean-Sébastien Pourtaud et Yves Olivet, Dolmens, menhirs, tumulus et pierres de légendes de Charente-Maritime, Rioux-Martin, Le Croît Vif, , 231 p. (ISBN 9782361995294), p. 195-199 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Roger Joussaume, Palets et minches de Gargantua : Mégalithisme dans le Centre-Ouest de la France, Association des Publications Chauvinoises (APC), , 388 p. (ISBN 979-1090534391), p. 127-131. 

Articles connexes[modifier | modifier le code]