Pierre Duval Le Camus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Duval Le Camus.
Pierre Duval Le Camus
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
Saint-CloudVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Distinction

Pierre Duval Le Camus, dit « Camus le père » pour le distinguer de son fils, est un peintre de genre et dessinateur lithographe français, né le à Lisieux et mort le (à 64 ans) à Saint-Cloud.

Biographie[modifier | modifier le code]

Portrait d’Eustache-Marie Courtin par Le Camus, 1813, château de Versailles.

Son père, maître vitrier, l'envoie à Paris pour y apprendre le commerce. Il y est attiré par les arts. Tout d'abord élève de Claude Gautherot, il fut par la suite élève de Jacques-Louis David en 1808[1]. En 1811, il fait le portrait d'Estache-Marie Courtin, procureur impérial à Paris, dont il épousera la nièce. Le grand-père de son épouse ayant été bâtonnier de l'ordre des avocats du Parlement de Paris et son beau-père étant officier de cavalerie, le mariage avec Aglaé Virginie Le Camus d'Houlouve lui ouvre les portes de la haute société parisienne.

En plus de nombreux portraits, il est célèbre pour ses pittoresques scènes de la vie quotidienne. Il expose continuement au salon de Paris de 1819 à 1853. En 1822, il y vend "la Réprimande" à la duchesse de Berry, en 1827 " la Chasse au traque" à Louis XVIII et en 1831 "la Nourrice" à Louis-Philippe.

Il fut le peintre privilégié de la duchesse de Berry[2]. En 1837, il fonde le musée d'art et d'histoire de Lisieux et est fait chevalier de la Légion d'Honneur. Installé à Saint-Cloud en 1848, il en fut maire de 1853 à 1854.

Son fils Jules-Alexandre, également peintre, reçut en commande de l'État la décoration de l’église de Saint-Cloud.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Portrait de M. Courtin, procureur impérial à Paris, musée d’art et d’histoire de Lisieux, 1811
  • La Partie de piquet des Invalides, coll. part., 1819
  • La Réponse, Dame écrivant une lettre, musée Thomas Henry de Cherbourg, 1820
  • "La Réprimande", 1822
  • "La marchande d'eau de vie au corps de garde", coll. part., 1822
  • "La Chasse au traque", 1827
  • Les Réfractaires, musée Thomas Henry de Cherbourg
  • Intérieur à la fenêtre, musée des Beaux-Arts de Bordeaux
  • La Nourrice, musée du Louvre, département des Peintures, 1831
  • "Madame Cherrier", coll. part., 1834
  • "La Contesse de Bizemont", coll. part., circa 1835
  • Le Petit Ramoneur, musée d’Art et d’Histoire de Narbonne
  • Les cancans chez la portière, musée d’Art et d’Histoire de Narbonne
  • Paysans occupés à préparer le chanvre devant la porte d’une chaumière, musée d’art et d’histoire de Lisieux
  • "Les bulles de savon", coll. part.
  • le Retour de pêche, musée maritime de l’Ile Tatihou, Saint-Vaast-la-Hougue, 1842
  • Trouville, les bains de mer, musée d’art et d’histoire de Lisieux
  • "Madame Fontaine de Bonnerive", musée des Avelines, St Cloud
  • "Monsieur Fontaine de Bonnerive", musée des Avelines, St Cloud
  • La Prière du matin
  • Le Chasseur perdu
  • La Correction maternelle
  • Un pifferoni donnant une leçon de musique à son fils, musée du Louvre en dépôt à l'A. Nationale, 1845
  • L’Heureuse Mère
  • Jeune femme à la fontaine
  • Portrait d'homme dans le parc de St Cloud, musée des Avelines, St Cloud
  • Portrait en pied de M. P…, médecin du roi
  • Portrait de M. M…

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Catalogue de l'exposition Les Duval Le Camus, peintres de père en fils, 2010, sous la direction d'Emmanuelle le Bail avec Jessica Volet, Saint-Cloud, musée des Avelines, 126 p. [1].
  2. Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains : contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers…, 3e éd. 1819-1906, Paris, L. Hachette, 1865, p. 597.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]