Pierre Dunoyer de Segonzac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dunoyer.
Pierre Dunoyer de Segonzac
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Directeur
École des cadres d'Uriage
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Arme
Grade militaire
Général de brigade (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Pierre Dominique Dunoyer de Segonzac (Toulon, 10 mars 1906 - Paris, 13 mars 1968), est un résistant et général de brigade français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre Dominique Dunoyer de Segonzac naît le 10 mars 1908 à Toulon. Il est le fils de Charles Dunoyer de Segonzac, officier de marine, et d'Adèle Desvaux. Son enfance se déroule dans les différentes bases maritimes dans lesquelles est affecté son père : principalement Toulon et Lorient. Enfant, pendant la guerre de 1914-1918, il passe quelques années à Saint-Léonard-de-Noblat, dans le Limousin, où sa mère s'est installée, tandis que son père est engagé dans l'Atlantique puis en Méditerranée et en mer Noire.

Au début de la guerre de 1939-1945, à la tête de son escadron de chars du 4e régiment de cuirassiers, il combat près du Quesnoy un régiment de panzers appuyé par un régiment de fusiliers, et se bat jusqu'à l’armistice. Il devient ensuite le directeur de l'École des cadres d'Uriage, qu'il crée aussitôt après la défaite de 1940 avec l'appui du secrétariat à la Jeunesse du régime de Vichy. Résistant aux multiples pressions exercées par le régime, Dunoyer de Segonzac ménage à son école une grande autonomie qui lui permet d'en faire un lieu de réflexion, vivier de la Résistance. La confiance du maréchal Pétain est toutefois grande envers le directeur d'Uriage, qui reçoit la Francisque[1],[2].

À la fermeture de l'école par le gouvernement Laval à la fin de 1942, il entre dans la clandestinité et son équipe essaime dans de nombreux maquis (le Vercors, la région parisienne, la Bretagne, le Nord...). Au début du mois de février 1943, il entre en contact avec le capitaine Pommiès alors qu'il se trouve à Toulouse pour l'élaboration d'un service de renseignement et de contre-espionnage[3].

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (octobre 2018). Découvrez comment la « wikifier ».

Début 1944, il se rend à Alger, rencontre Giraud et De Gaulle, expose la situation réelle de la France. Bien que très mal reçu par le général, il met en garde et conclut [4] : "Les Américains constituent un véritable danger pour la France. C'est un danger bien différent de celui dont nous menace l'Allemagne ou dont pourraient éventuellement nous menacer les Russes. Il est d'ordre économique et d'ordre moral. Les Américains peuvent nous empêcher de faire une révolution nécessaire et leur matérialisme n'a pas la grandeur tragique du matérialisme des totalitaires. S'ils conservent un véritable culte pour l'idée de liberté, ils n'éprouvent pas un instant le besoin de se libérer d'un capitalisme plus important chez eux qu’ailleurs. Il semble que l'abus du bien-être ait diminué chez la puissance vitale de façon inquiétante. Ils sont hostiles au général De Gaulle, ne verraient pas d'un mauvais œil une paix de compromis et pensent que le radicalisme doit prendre en main les destinées de la France de demain. (...)" "Le général De Gaulle doit être le chef de la France de demain. Il le mérite (...). Il est nécessaire d'observer de très près, avec la plus légitime méfiance, les agissements des américains vis à vis de notre pays." [5]

Par la suite, il prend lui-même le commandement des Forces françaises de l'intérieur (FFI) de la zone A du Tarn avec lesquelles il libère les villes de la région (Castres, Mazamet, Béziers). Constituant ses troupes en régiment, (le 12e Dragons), il prend Autun, entre dans Nevers pour y faire jonction avec la 1re armée du général de Lattre. Il entre en Allemagne après de très durs combats dans les Vosges.

Il est nommé général de brigade en 1959.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Pierre Dunoyer de Segonzac, Réflexions pour de jeunes chefs, Uriage Isère, École nationale des cadres, , 34 p. (présentation en ligne)
  • Pierre Dunoyer de Segonzac, Le Vieux Chef : mémoires et pages choisies, Paris, Éditions du Seuil, , 251 p. (présentation en ligne)
  • Bernard Comte, Une utopie combattante: l'Ecole des Cadres d' Uriage 1940-1942 FAYARD 1991 Préface de René Rémond

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Jacques Richard, L'histoire des Van Cleef et des Arpels, Books on Demand, , 264 p. (ISBN 9782810611492, lire en ligne), « De Clèves à Fribourg », p. 122
  2. (en) John Hellman, Knight-Monks of Vichy France : Uriage, 1940-1945, McGill-Queen's Press, , 344 p. (ISBN 9780773563742, lire en ligne), « Beuve-Méry, Research, and the Order », p. 46
  3. « Le livre d'or de la Résistance dans le Sud-Ouest - Éditions Sud-Ouest », Dominique Lormier, 18 janvier 2011.
  4. "Réflexions sur Alger", texte dactylographié déposé au musée de la résistance et de la déportation de l'Isère.
  5. Antoine Delestre,, Uriage : une communauté et une école dans la tourmente 1940-1945, Presses universitaires de Nancy, 1989,, p264-266