Pierre Dumonstier I

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierre Dumonstier I
Pierre Dumonstier 001.jpg
Portrait d'homme, 1575-1570
par Pierre Dumonstier I
Musée de l'Ermitage
Naissance
1545?
Paris
Décès
Autres noms
Dumoustier, Dumoûtier, Du Moustier
Nationalité
française
Activités
peintre
Autres activités
portraits aux trois crayons
Lieu de travail
Mouvement
Mécènes
Père
Fratrie

Pierre Dumonstier (1545?-1601) fut l'un des plus grands maîtres du portrait au crayon[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Avec Étienne et Cosme, Pierre Dumonstier est l'un des trois fils peintres de Geoffroy Dumonstier, mort en 1573. Ils ont développé les portraits dessinés aux trois crayons dont la tradition avait été créée par Jean Clouet.

En 1569 Pierre accompagna Étienne à Vienne et on conserve de sa main plusieurs portraits de son frère.

Pierre dut entrer au service de Catherine de Médicis peu après Etienne, probablement dès le début des années 1560, mais son nom ne figure pour la première fois sur les états de Catherine de Médicis qu'en 1583 ; à la différence de son frère, il ne fut pas engagé par Henri IV : dans son testament il est toujours qualifié de « peintre et valet de feue la Royne mere ».

Il habitait rue du Temple à Paris et ne laissa pas de descendants.

Il a fait son testament le . Étant mort peu après, le partage de ses biens entre ses héritiers a été fait par ses frères Étienne et Cosme le , en présence de Daniel Dumonstier.

Dimier a retenu 65 dessins de la main de Pierre Dumonstier en se basant principalement sur les portraits d’Étienne Dumonstier et sur celui d’Armand de Gontaut-Biron, annoté : « Par Pierre Dumonstier pour Daniel Dumonstier » (Musée Bonnat, Bayonne)[2].

Famille[modifier | modifier le code]

  • Jean Dumonstier, enlumineur rouennais,
    • Geoffroy Dumonstier, peintre, mort à Paris en 1573, enlumineur de François Ier et d'Henri II, maître peintre à Paris[3].
      • Étienne Dumonstier (1540 env.-1603), envoyé à Vienne au service de Maximilien II par Catherine de Médicis ;
        • Pierre Dumonstier II (1585–1656), fils d'Étienne, peintre et valet de chambre du Roi en 1618, un des plus grands maîtres du portrait aux trois crayons, il voyage en Flandre et en Italie. Tallemant des Réaux l'a rencontré à Rome. Il s'est marié par contrat du , avec Anne Daillières[4]. Il est mort le , rue des Tournelles, à Paris[5] ;
      • Pierre Dumonstier I (1545?-1601), peintre ;
      • Cosme Dumonstier, valet de chambre du roi, mort en 1605, peintre de Marguerite de Navarre (1581-1582), peintre du roi (1583-1585) et de la reine (1586-1587), peintre du roi Henri IV ;
        • Daniel Dumonstier (1574-1646), fils légitimé de Cosme en 1577, peintre et valet de chambre du roi Louis XIII, il était connu sous le nom de du Monstier-Crayon. Il s'est marié en l'église Saint-Eustache, le avec Geneviève Balifre (morte sous les galeries du Louvre, le ) dont le père Maître des enfants de musique de la chambre du roi[6] ; ils eurent onze enfants. Il s'est remarié le avec sa servante, Françoise Hésèque (décédée en 1636) dont il a eu quatre autres enfants. Il est mort dans son logement sous la galerie du Louvre. Son service funèbre a eu lieu le à l'église Saint-Germain-l'Auxerrois :
          • Nicolas Dumonstier, né le , septième enfant de son premier mariage, peintre et valet de chambre du roi, marié en 1638 avec Marie Gaspar. Reçu à l'Académie royale de peinture et de sculpture le [7]. Il serait mort le . Il a contribué à sauver des peintures de la galerie du Louvre au moment d'un incendie, en 1661. Sa veuve a reçu en 1668 1 500 livres de récompense. Il a eu de son mariage onze enfants dont plusieurs sont morts très jeunes[8] ;
            • Louis Dumonstier (né en 1641)
    • Côme Dumonstier -1552), orfèvre à Rouen ;
    • Meston Dumonstier, orfèvre à Rouen.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Portrait d'Etienne Dumonstier
v. 1570
Musée de l'Ermitage
Dessins conservés au Musée de l'Ermitage

les sept feuilles signées, conservées musée de l'Ermitage, Saint-Petersbourg[9], sont de brillants exemples du style raffiné français[1].

  • Double Portrait d'Étienne et Pierre Dumoustier (vers 1570, pierre noire);
  • Portrait de femme (1570-1580, pierres noire et rouge et pastel sur papier brun);
  • Portrait de Marguerite de Valois (? 1570-1580, pierres noire et rouge et pastel sur papier brun);
  • Portrait d'Étienne Dumoustier (vers 1570, pierre noire et rouge, avec une touche de pastel;
  • Portrait d'homme (pierre noire et pastel);
  • Portrait d'un jeune homme (pierres noire et rouge sur papier brun;
  • Portrait d'un commandant de garnison espagnole (pierre noire);
Autres dessins connus
  • Portrait d'un garçon (vers 1610, huile sur panneau, 35 × 28 cm, musée de la Collection de Jean-Paul II, Galerie Porczyński, Varsovie);
  • Portrait de Bernard de Nogaret de La Valette (vers 1584, pierre noire, sanguine et aquarelle; passé en vente publique à Paris le 7/12/2015 et reprod. coul. dans "La Gazette de l'Hôtel Drouot");
Peinture à l'huile

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Mikhaïl Piotrovski, Ermitage, P-2 ART PUBLISHERS, v.2001, p. 274
  2. Alexandra Zvereva Portraits Renaissance
  3. Sylvie Béguin, « Dumonstier, Dumoustier ou Dumoûtier les (XVIe et XVIIe siècles ) » in Encyclopædia Universalis en ligne (consulté le 16 décembre 2015)
  4. Documents du Minutier central
  5. Barbara Brejon de Lavergnée, Un « crayonneur » peu connu, Pierre II Dumonstier (Paris, 1585 – Paris, 1656), Revue de la BNF, 2009, no 32 (lire en ligne)
  6. Dumoustier (Daniel), dans Actes d'état-civil d'artistes français, peintres, graveurs, architectes, etc., extraits des registres de l'hôtel de ville de Paris, détruits dans l'incendie du 24 mai 1871, Société de l'histoire de l'art français, 1873, p. 126 (lire en ligne)
  7. Anatole de Montaiglon, Procès-verbaux de l'Académie royale de peinture et de sculpture, 1648-1793, tome I, 1648-1672, J. Baur libraire, Paris 1875, p. 219-220, 228,229 (lire en ligne)
  8. Dumonstier (Nicolas), dans Actes d'état-civil d'artistes français, peintres, graveurs, architectes, etc., extraits des registres de l'hôtel de ville de Paris, détruits dans l'incendie du 24 mai 1871, Société de l'histoire de l'art français, 1873, p. 127 (lire en ligne)
  9. Œuvres à l'Ermitage

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]