Pierre Dialan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dolmen de la Pierre Dialan
Image illustrative de l’article Pierre Dialan
La Pierre Dialan
Présentation
Type Dolmen
Période néolithique (2000 av. J. C.)
Protection Logo monument historique Classé MH (1889)
Visite accès libre
Caractéristiques
Dimensions 3 m haut ; 5 m long ; 2,50 m larg
Matériaux grès
Géographie
Coordonnées 48° 59′ 58″ nord, 0° 44′ 15″ ouest[1]
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Commune Dialan sur Chaîne
Géolocalisation sur la carte : Calvados
(Voir situation sur carte : Calvados)
Dolmen de la Pierre Dialan
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Dolmen de la Pierre Dialan

La Pierre Dialan, appelée aussi la Pierre Dyalan ou la Pierre Yollan est un dolmen situé au lieu-dit le Bois du Nid du Chien sur la commune de Dialan sur Chaîne, en France, dans le département du Calvados.

Description[modifier | modifier le code]

Le mégalithe de la Pierre Dialan est situé en forêt à proximité du zoo de Jurques, près d'une carrière de grès quartzite, sur le territoire de Jurques, commune déléguée de la commune nouvelle de Dialan sur Chaîne à laquelle la pierre a donné son nom. La table composée d'un énorme monolithe de plusieurs tonnes repose d'un côté sur quatre supports en pierre. De nombreux blocs rocheux aux alentours forment comme une allée orientée vers l'est qui aboutissent au dolmen.

Autrefois, on a pratiqué des fouilles sous la Pierre Dialan dans l'espoir d'y découvrir des trésors cachés, mais seul des ossements humains à demi calcinés mêlés à des ossements d'animaux ont été mis au jour. On y a recueilli aussi quelques objets en silex taillé et en bronze[2].

Le dolmen dit Pierre Dialan fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis 1889[3].

Malgré son classement aux Monuments historiques, l'authenticité du dolmen est sujet à controverses. Arcisse de Caumont affirme que rien ne prouve que cette roche qui attire depuis longtemps les habitants soit un monument druidique[4]. En 1902, le préhistorien Léon Coutil écrit: « Après avoir visité les mégalithes du Calvados, nous pouvons affirmer que le monument de Jurques, la Pierre Dyalan, est simplement un bloc erratique de quartz portant un nom bizarre. »[5]

Légendes[modifier | modifier le code]

La légende de Gargantua est associée à cette curieuse pierre que l'on appelait également autrefois Pierre de Gargantua[6].

« Naguère les grand' mères allaient à la Pierre Dyalan comme à un lieu de pèlerinage, pour obtenir que leurs petits-fils soient favorisés d'un bon numéro lors du tirage au sort de la conscription. Peut-être quelques-unes y vont-elles encore secrètement dans le même but »[7]. Elles déposaient une branche de palmier sur le milieu de la table, en faisant neuf fois le tour à reculons, et rentraient chez elles[8].

Dans la même région, d'autres pierres à légendes, prétendues dolmen, se trouvent à moins de 14 km au sud-est : les Pierres druidiques de Becquerel à Périgny.

Accès[modifier | modifier le code]

Au sommet de la côte de Jurques, face à la route qui mène au parc zoologique, un chemin indique « Dolmen dit Dierre Dialan. Pierre à légendes liée aux Traditions du Bocage normand ». La pierre se trouve plus bas, à droite à quelques mètres du chemin sur un petit monticule entouré d'arbres, à la limite de l'excavation de la carrière.

Galerie[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Géoportail
  2. Corpus du folklore préhistorique en France et dans les colonies françaises, E. Nourry, Paris, 1936
  3. « Dolmen dit Pierre Dialan », notice no PA00111461, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Arcisse de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, t. 3 : Arrondissements de Vire et de Bayeux, Caen, Hardel, (lire en ligne), p. 217
  5. La préhistoire en Normandie, Inventaire des monuments mégalithiques du département du Calvados, page 7, Léon Coutil, Caen, 1902
  6. Itinéraire général de la France: Normandie, Adolphe Laurent Joanne, 1866, Hachette Lire en ligne
  7. Esquisses du Bocage normand, par Jules Lecœur, Louis Jules Tirard, 1883
  8. Victor Brunet - Contes populaires du Bocage (1886)


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]