Pierre Devaux (1897-1969)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Devaux et Pierre Devaux.
Pierre Devaux
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
Nationalité
Activités

Pierre Devaux (né à Bordeaux le 2 janvier 1897, mort le 14 décembre 1969), est auteur d'ouvrages de vulgarisation scientifique et de romans de science-fiction[1]; il a aussi été journaliste (Le Figaro, France Illustration, Gringoire, etc.).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Henri Devaux (1862-1956), professeur à la Faculté des Sciences.

Il a fait ses études à l'École Polytechnique et École Supérieure d'électricité.

Ingénieur, il commence d'abord sa carrière dans l'industrie; puis se spécialise dans la publication d'articles et de livres de vulgarisation scientifique sur tous les sujets d'actualité. Il a publié également de nombreux ouvrages sur l'histoire de la science et de l'industrie et des romans de science-fiction et d'anticipation scientifique tels que XP.15 en feu. A publié aussi deux romans psychologiques et sociaux : Gaëlen et Martial Eschimann. Il dirigea la collection de romans de science des éditions Magnard.

Il est mort quelques mois après le premier débarquement des hommes sur la lune, exploit dont il avait prévu la plupart des moyens de réalisation dans ses livres d'anticipation : satellites, fusée Terre-Lune, etc.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Gailen
  • L'Avenir fantastique
  • Automates et automatisme, Paris 1941 (1967)
  • Histoire de l'électricité
  • Les Chemins de fer
  • Les Grands Travaux
  • Morphologie humaine et formes du corps
  • L'Avenir de la science
  • Le Dernier Voyage, éd. Maréchal, Paris (roman annoncé mais apparemment non publié)
  • Les Derniers Miracles de la science
  • Les Trains
  • Uranium
  • X.P.15 en feu
  • Les Aventures de la science
  • L'Exilé de l'espace, 1947; rééd. Magnard, collection « Science et aventures », Paris, 1958, 252 p.; illustrations de Roger Brard[2].
  • La Minute dérobée, 1952; co-écrit avec Henry-Gérard Viot, illustrations de Jean Navarre.
  • L'Écolier invisible
  • Les Fantômes devant la science
  • La Machine à explorer les siècles
  • Des Lendemains qui flambent !

Notes et références[modifier | modifier le code]