Pierre Deval (consul)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre Deval
Le coup d eventail 1827.jpg
Le dey Hussein gifle le consul Deval avec son éventail sur cette illustration de 1827.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Pierre Deval, né à Constantinople le , et mort à Villiers-le-Bel le , est un consul général de France nommé à Alger, capitale de la régence d'Alger, de à , et de à .

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'Alexandre-Philibert Deval, drogman du Levant à Constantinople, et de Catherine Mille, Pierre Deval entre le au collège de Clermont, futur lycée Louis-le-Grand comme « jeune de langues », et en sort diplômé le . Il est nommé pour son premier poste drogman à Seyde et exerce par la suite ses fonctions à Lattaquié, Alep et à Alexandrie en tant que chancelier. Nommé vice-consul à Bagdad le . Réfugié à Constantinople pendant toute la période révolutionnaire, il rentre en France en 1803 et y reste jusqu'en 1814.

Le « coup d'éventail » du dey Hussein[modifier | modifier le code]

Le , il est nommé consul général à Alger. Le , le dey Hussein apprend que l'établissement français La Calle est fortifié sans son consentement, et convoque Pierre Deval[1]. Hussein exige le remboursement de la dette au consul de France, qui n'ayant pas de pouvoir décisionnel ne retransmet que le message du roi de France[2]. Fou de rage, le dey lui assène trois coups de chasse-mouche[3] avec son éventail. Cet affront provoque le blocus[3] des côtes algériennes par la France et le retour de Deval en France () , prélude à la conquête de l'Algérie[4].

Lorsqu'il rentre en France, en , Pierre Deval découvre qu'il est atteint du paludisme, maladie dont il décède en France en .

Famille[modifier | modifier le code]

Alexandre-Philibert Deval a eu sept enfants, dont Mathieu-Antoine et Constantin-Henri, tous deux interprètes en français.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Collectif, Les coulisses de la conquête d'Alger : les grandes énigmes du temps jadis, Paris, Omnibus, (ISBN 978-2-258-09567-0 et 2-258-09567-0).
  2. Gérard Grimaud, Les catholiques d'Algérie et leur église : histoire et tragédie 1830-1954, Paris, L'Harmattan, , 368 p. (ISBN 978-2-296-99120-0 et 2-296-99120-3, lire en ligne), p. 20.
  3. a et b Wattelet, Couband et Honorin, Histoire de l'Algérie française, Tome 1, Genève, De Crémille, , 307 p., p12, 15, 28, 36.
  4. Anne Mézin, Les consuls de France au siècle des Lumières : 1715-1792, Paris, Peter Lang, , 974 p. (ISBN 2-11-089158-0 et 9782110891587, lire en ligne), p. 237.

Articles connexes[modifier | modifier le code]