Pierre Cruège

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierre Cruège
Portrait Pierre Cruège.jpg
Pierre Cruège, vers 1945
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Formation
Maître
René Buthaud, René Prou
Mouvement
Influencé par
Distinctions


Pierre Cruège, né à Bordeaux en 1913, mort à Neuilly-sur-Seine en 2003, est artiste décorateur, architecte d’intérieur, créateur de modèles de série. Après la Seconde Guerre mondiale, il mène parallèlement ces différents métiers qui inscrivent son œuvre dans une charnière de l’histoire des arts située entre l'artisanat de luxe du Style 1940 et les éditions industrielles du Style international.

Biographie[modifier | modifier le code]

Un décorateur dans le style 1940[modifier | modifier le code]

Issu d’une famille bordelaise et fils de commerçant, Pierre Cruège satisfait son attirance pour le dessin en s’inscrivant en 1930 à l’École des beaux-arts de Bordeaux dans l’atelier du maître René Buthaud, section des Arts décoratifs. En 1935, il reçoit une bourse qui lui permet d’intégrer à Paris l'École nationale supérieure des arts décoratifs[1].

Remarqué par ses enseignants, il entre dans l’atelier du maître René Prou où il entame une carrière parisienne en collaborant à ses côtés aux stands de l’Exposition universelle de 1937. Imprégné par cette culture décorative, Pierre Cruège adopte les valeurs du Style 1940 consistant à réconcilier la stricte rigueur du Mouvement moderne avec l’individualisme plus léger du décorateur[2] qui « orchestre le tout en ce sens qu’il harmonise l’ensemble, en tenant compte tout à la fois des lignes, des volumes et des couleurs »[3]. Quand il quitte l’atelier Prou en 1938 pour s’installer à son compte, il signe ses premiers décors dans ce goût.

Un dessinateur pour l’industrie (Bibliothèques MD)[modifier | modifier le code]

Entre 1939 et 1941, Pierre Cruège est mobilisé en Gironde. Comme Marcel Gascoin, Jacques Hitier et nombre de décorateurs qui voient le début de leur carrière interrompu par la Guerre, il va ensuite bénéficier du contexte particulièrement porteur de la Reconstruction. Parallèlement à l’élitisme de son métier de décorateur, il s’intéresse à des approches plus démocratiques, s’impliquant dans la production industrielle. En 1945, il acquiert, avec un camarade de guerre, la menuiserie industrielle des Bibliothèques MD (meubles par éléments), entreprise fondée en 1920 par un libraire parisien[4] qu’il va redynamiser en la codirigeant de 1947 à 1953[5]. Ces éléments seront édités pendant des décennies, montrant la réussite d’une formule combinant la doctrine du Fonctionnalisme (les meubles par éléments étant théorisés par Le Corbusier) avec une ligne cossue évoquant le luxe et le confort (proche du Style 1940).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Un créateur et éditeur de meubles en série (Formes)[modifier | modifier le code]

Parallèlement aux Bibliothèques MD, Pierre Cruège présente en 1949, au Salon des artistes décorateurs, les tables gigognes « Partroy »[6]. Une création qui lui vaut des articles dans toutes les revues de décoration[7] et le conduit à lancer ses propres concepts de fabrication en créant la société Formes avec les gammes « Stylus » « Ferboy », « Partroy » et « Multiformes ». Plus limitée quantitativement, cette production en « série » satisfait mieux ses exigences qualitatives dans les matériaux, l’exécution et les finitions.

Il remporte de nombreux prix, dont celui du Ministère de la reconstruction et du logement en 1954[8]. Reconnu par les institutions, Pierre Cruège est chargé de la décoration de la section France d’Outre-Mer du Pavillon français à l’Exposition universelle de 1958, une réalisation de 2 000 m2 des architectes Daniel Badani et Pierre Roux-Dorlut qui a remporté une étoile d’argent du Jury international[9].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le biographe de Louis Leygue et de René Buthaud[modifier | modifier le code]

Après les Années 1950, Pierre Cruège continue d’exercer sous le statut d’Architecte d’intérieur et remporte de très nombreux concours et appels d’offre pour l’aménagement de chambres dans les résidences d’étudiants et dans les hôtels, domaines privilégiés pour les meubles de série. Il ne va jamais cesser d’être actif : à plus de 80 ans, il se consacre à la mémoire de deux très proches amis artistes qui s’étaient impliqués –pendant l’Entre-deux-guerres - dans le Cubisme et l’Art déco ; il publiera leurs biographies aux Éditions de l’Amateur : celles de René Buthaud (peintre et céramiste) en 1996[10] et celle de Louis Leygue (sculpteur) en 2000[11].

Sa fille, France Cruège de Forceville devenue l’expert spécialisé des œuvres de René Buthaud, de Louis Leygue et de Pierre Cruège, continue, depuis le décès de son père, ce travail de mémoire[12].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

B. Foucart & J.-L. Gaillemin, Les Décorateurs des années 40, Norma, Paris, 1998

Roseline Giusti, « Entrez, vous êtes chez vous. Pierre Cruège, architecte d’intérieur », revue Le Festin, no 33, Bordeaux, mars 2000.

Stéphane Lindel, « Artistes bordelais à Paris… le décorateur Pierre Cruège », La semaine bordelaise, 12 juin 1950

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ville de Bordeaux, Palmarès, École municipale des Beaux-Arts, Imprimerie Castera - 98 rue Fondaudège, 1935
  2. B. Foucart & J.-L. Gaillemin, Les Décorateurs des années 40, Norma, Paris, 1998
  3. Stéphane Lindel, « Artistes bordelais à Paris… le décorateur Pierre Cruège », La semaine bordelaise, 12 juin 1950
  4. Marie-Annick Depagneux, "Les meubles Grange reprennent les bibliothèques MD", in Les Echos no 19672 du 23 mai 2006, p. 24
  5. J. et B. Guérin, Des hommes et des activités, Bordeaux, 1957
  6. Brevet déposé en octobre 1948 et inscrit sous la référence FR1007292 (A) ― 1952-05-05
  7. deux page dans Art et Industrie, n°XVIII et des articles illustrés dans :
    Votre Maison, no 11 ; Mobilier et décoration, série 30 no 8 ; La Maison Française, septembre 1950 ; etc.
  8. ART UTILE: Centre Technique du Bois // concours 54-55
  9. Ministère de la France d'Outre-Mer, lettre no 444/EX/BRU, 12 juillet 1958
  10. René Buthaud (1886-1986), par Pierre Cruège et al., éditions de l’Amateur, 1996
  11. Louis Leygue (1905-1992), sculpteur, par Pierre Cruège, éditions de l’Amateur, 2000
  12. Galerie France A. de Forceville

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]