Pierre Concialdi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pierre Concialdi est un économiste français né en 1955, chercheur à l'Institut de recherches économiques et sociales (IRES) et spécialisé dans les questions sociales. Il est un des animateurs du Réseau d’alerte sur les inégalités. Militant altermondialiste, il participe également à de nombreuses autres associations militantes, notamment la Fondation Copernic et Attac dont il est membre du conseil scientifique. Il tient aujourd'hui une chronique dans Siné Mensuel.

Parcours[modifier | modifier le code]

Diplômé d’HEC, il a d’abord travaillé pour La Poste où il a rejoint la cellule d’études et de planification, juste après sa sortie d’école. Il a été rapidement recruté en 1981 par le Centre d’études des revenus et des coûts (CERC) dans lequel il avait comme champ de compétences la question des salaires, des coûts de main-d’œuvre et de la protection sociale. Le CERC, créé en 1966 et rénové en 1976 par Raymond Barre, avait notamment pour mission d'établir un rapport périodique sur l'état des inégalités de revenus et leur évolution[1]. Il était doté d'un statut qui lui garantissait une certaine indépendance, ce qui a fini par déranger les gouvernements de droite comme de gauche. Une fois le CERC dissous en 1994 par le gouvernement Balladur, Pierre Concialdi a été affecté à l'Institut de recherches en économie sociale (IRES), codirigé par les principales organisations syndicales et créé dès 1982 par Jean-Pierre Chevènement alors qu'il était Ministre de la recherche.

C’est à l’Institut de recherches économiques et sociales (IRES) que Pierre Concialdi est chercheur depuis avril 1995 et qu'il a écrit la plupart de ses ouvrages sur les problèmes économiques et sociaux. Il se définit volontiers lui-même comme « un économiste empirique qui aime partir des faits et du vécu des gens »[2].

Engagement militant[modifier | modifier le code]

Membre du Réseau d’alerte sur les inégalités (RAI), il a joué un rôle important dans la création et l'animation de son indicateur synthétique des inégalités en France, le BIP 40 (contraction de l'inverse du sigle PIB et du CAC 40), puis dans l'animation de son site internet dont il est membre du comité de rédaction depuis son lancement. Dernièrement, il a joué un rôle essentiel dans le lancement puis dans l'actualisation du collectif ACDC (les Autres Chiffres du Chômage[3]), lequel a diffusé régulièrement lors de la dernière campagne présidentielle française des chiffres alternatifs à ceux publiés par l'ANPE et le gouvernement.

Il travaille aussi pour la Fondation Copernic et au sein de l’association Cerc-Association. Il est enfin depuis 2001 membre du conseil scientifique de l'association altermondialiste ATTAC.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (2007) Non à la précarité !, Édition Mango, 269 pages, (ISBN 2-9143-53723)
  • (2005) Retraites : on vous ment !, Édition Mango, 143 pages, (ISBN 2-9143-5360X)
  • (2004) "L'impact des cotisations sociales en question", Problèmes économiques, n° 2859, pp. 46-48 ; source : Informations sociales, n°117
  • (2003) "Les politiques anti-pauvreté ont-elles réussi ?", Problèmes économiques, pp. 1-6 ; source : Sociétal, n°39
  • (2003) (avec Antoine Math) "Réforme des retraites et ressources des personnes âgées : quelques enseignements des expériences étrangères", La revue de l'IRES, n°41, pp. 3-40
  • (2002) "Les seuils de pauvreté monétaire : usages et mesures", La revue de l'IRES, n°38, pp. 109-136
  • (2001) "Fonds de pension du secteur public : les prémices d'une coopération syndicale internationale ?", Chronique internationale de l'IRES, n°69, pp. 27-34
  • (2001) (avec Sophie Ponthieux) "Bas salaires : dans les pays riches aussi", in "Dossier pauvreté : cette France qui reste à quai", Questions économiques et sociales, n°89, pp.12-13
  • (2000) "Un plein-emploi au rabais ?", L'économie politique, n°8, pp.45-53
  • (2000) "Les travailleurs pauvres", in N° spécial : "Minima sociaux, revenus d'activité, précarité", Droit social, n° 07/2000, pp. 708 à 712
  • (2000) (avec Sophie Ponthieux) "Salariés à "bas salaire" et travailleurs pauvres : une comparaison France - États-unis", Premières informations et premières synthèses, n°01, DREES, Paris
  • (2000) "Débats et enjeux autour des retraites : un état des lieux", in "Dossier : Fonds de pension et nouveau capitalisme", L'année de la Régulation, volume 4, La Découverte, pp. 171-207, (ISBN 2-7071-32675)
  • (2000) "Comment aider les familles à faibles revenus ? Dispositifs et processus", in "Dossier Budgets précaires", Informations sociales, CNAF, n° 86,.pp. 88-93.
  • (1999) "Les nouvelles formes d'inégalité salariale", in N° spécial "L'euro et les débats nationaux sur les salaires", Chronique internationale de l'IRES, n°60, pp. 98-107
  • (1999) "L'impact de l'euro sur les salaires", in N° spécial "L'euro et les débats nationaux sur les salaires", Chronique internationale de l'IRES, n°60, pp. 5-11
  • (1999) "Pour une économie politique de la protection sociale", in numéro spécial : "Assurance, assistance, solidarité", La revue de l'IRES, pp. 177-218
  • (1998) "Marchés du travail et travailleurs faiblement qualifiés", Chronique internationale de l'IRES, n°55, pp. 29-35
  • (1998) "Faut-il attendre la fin du chômage pour relever les minima sociaux ?", Droit social, pp. 261-272
  • (1998) (avec Isabelle Amrouni et Antoine Math) "Les minima sociaux : 25 ans de transformations", Problèmes économiques, pp. 29-32 ; source : la Note de CERC-Association
  • (1997) (avec Sophie Ponthieux) "Les bas salaires : quels changements depuis 15 ans ?", Problèmes économiques, n° 2555, pp. 1-7 ; source : Premières informations et premières synthèses
  • (1997) "Le débat sur les retraites : l'alibi de la démographie", La revue de l'IRES, n° 23, pp. 37-57

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. notamment la lettre de l'IRES de janvier 2003 sur "les 20 ans de l'IRES".
  2. Monde économie en date du 11 septembre 2001
  3. présentation des "Autres Chiffres du Chômage"

Liens externes[modifier | modifier le code]