Pierre Chalmin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chalmin.
Pierre Chalmin
Pierre Chalmin.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (50 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Pierre Chalmin ( à Paris - ) est un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1980, il prépare le concours de la rue d’Ulm (lycées Louis-le-Grand et Henri-IV) mais échoue. Il entreprend alors des études de droit et obtient un DEUG mention Droit à l'université Paris II-Assas[1].

Il collectionne les métiers les plus divers :

En 1999, il signe pour s'opposer à la guerre en Serbie la pétition « Les Européens veulent la paix »[4], initiée par le collectif Non à la guerre[5].

Il est l’auteur :

  • d’un roman, Le petit crevé, en 1995,
  • d’un journal intime, Mauvaises fois, en 1999,
  • de Napoléon Bonaparte en verve, en 2002,
  • d’un dictionnaire consacré à Marcel Aymé paru sous le titre L’Art d’Aymé en 2004,
  • de Terre humaine - Une anthologie en 2005,
  • d’un recueil de nouvelles, Perdu en mer, en 2007[1],
  • du livre Les Quatre Saisons des Brèves de comptoir en 2009,
  • de Ta gueule Bukowski ! Dictionnaire des injures littéraires en 2010[3],[6], « un "dictionnaire" qui n'en est pas vraiment un. Sauf à considérer que le genre s'applique à toute compilation de citations classées par ordre alphabétique »[7],
  • du livre Le crétin tel qu'on le parle ou le jargon des élites en 2013,
  • du dictionnaire Le Dicodard en 2015.

En 2012, il crée la collection « L'histoire de France selon le Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle » chez Pocket, où il a publié les monographies de Charlemagne, Saint Louis, Louis XIV et Napoléon Ier[8],[9].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

L'Art d'Aymé (2004) est qualifié par le critique de la revue Éléments pour la civilisation européenne de « merveilleuse anthologie abécédaire », de « de dictionnaire qui fait ressortir , au travers de quelque 1500 citations, l'incroyable richesse de pensée de cet "écrivain de génie" » qu'est Marcel Aymé[10]. Pour le critique littéraire de la revue Le Spectacle du monde, « Pierre Chalmin a eu une riche idée que de se plonger dans cette œuvre copieuse, pour en tirer formules et devises »[11].

Le Dictionnaire des injures littéraires est, selon Laurent Martinet, de L'Express, « un jeu de massacre des grandes figures littéraires [...] drôle, jusqu'à un certain point. » Le journaliste précise que « l'hilarité n'est pas toujours de mise dans ce livre qui se veut "d'humour" », ainsi avec les injures portées par Céline à l'adresse de Proust. Il ajoute que « les "injures" citées ne méritent pas toujours leur nom, comme dans le cas de Boris Vian autopsié par Matthieu Galey »[12].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le Petit Crevé, roman, Le Dilettante, 1995, 288 pages
  • Une saison à Cadix, Arléa, 1997
  • Mauvaises fois, journal, Éditions L'Âge d'Homme, 1999
  • « Abécédaire féminin », pp. 61-65, in Aux sources de l'éternel féminin : pour en terminer avec tous les conformismes (dir. Arnaud Guyot-Jeannin), Éditions L'Âge d'Homme, Feminity, 222 pages
  • Napoléon moraliste, Perrin & Perrin, 2001
  • Napoléon Bonaparte en verve, Pierre Horay, 2004, 124 pages ; nouvelle édition, 2016
  • L'Art d'Aymé, dictionnaire, Le Cherche midi, 2004 (compte rendu dans Le Spectacle du monde, fasc. 497-500, 2004 ; idem dans Éléments pour la civilisation européennes, fasc. 112-119, 2004)
  • Terre humaine - Une anthologie, présentation de la collection dirigée par Jean Malaurie, Plon-Pocket, 2005, 688 pages ; édition revue et augmentée, 2015
  • Perdu en mer, nouvelles, Lorisse, 2007
  • Les Quatre Saisons des Brèves de comptoir, d'après Jean-Marie Gourio, Pocket, 2009, 731 pages
  • Ta gueule Bukowski ! Dictionnaire des injures littéraires, L'Éditeur, 2010 [7]
  • Dictionnaire des injures littéraires, Le Livre de Poche, 2012
  • (en collaboration) Philippe Muray, Éditions du Cerf, 2011
  • Sorties de crises, Trinôme éditions, 2012
  • Charlemagne, cet illustre barbare ; Saint Louis, moine ou roi ? ; Napoléon Ier, Bonaparte et Napoléon ; Louis XVI, autant d'ineptie que de cruauté, d'après Pierre Larousse, Pocket, 2012
  • Le crétin tel qu'on le parle ou le jargon des élites, Les Éditions de Paris, Max Chaleil, Collection « Actuels », 2013, 77 pages (compte rendu de Michel Host, sous le titre « Le crétin tel qu'on le parle, Pierre Chalmin », lacauselitteraire.fr, 23 août 2013)
  • Le Dicodard, Fleuve éditions, 2015
  • Petits Préceptes de vie selon Kierkegaard, Robert Ferguson, Pocket, 2015 (traduction)
  • Petits Préceptes de vie selon Nietzsche, John Armstrong, Pocket, 2015 (traduction)
  • Petits Préceptes de vie selon Bergson, Michael Foley, Pocket, 2015 (traduction)
  • Les Rois de France pour les nuls, éditions First, 2015, 384 pages
  • Les Reines de France pour les nuls, éditions First, 2017, 458 pages

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Fiche de l'auteur, l-editeur.fr.
  2. Fiche de l'auteur, hachette.fr
  3. a et b Fiche de l'auteur, chichecollectif1.typepad.com.
  4. « Liste des personnalités signataires de l'Appel », sur nonguerre.chez.com.
  5. Renaud Dély, « L'extrême droite ratisse large contre les frappes de l'Otan. Le « Collectif non à la guerre » a tenu une réunion proserbe hier soir », sur liberation.fr, .
  6. Ta gueule Bukowski est une allusion à la mémorable apparition de l'écrivain américain Charles Bukowski dans l'émission de Bernard Pivot Apostrophes, prestation qui le fait accéder immédiatement au statut d'écrivain-culte : en direct sur le plateau, Bukowski boit trois bouteilles de vin blanc au goulot puis, ivre, tient des propos incohérents, rejette brutalement la comparaison de son œuvre avec celle d'Henry Miller, tandis que François Cavanna — qui défendait l'œuvre et le personnage sur le plateau — tente vivement de le faire taire (« Bukowski, ta gueule ! »).
  7. a et b compte rendu de Robert Solé sous le titre « Ecrasantes injures », lemonde.fr, 16 septembre 2010.
  8. About the author (2017), livre numérique Google.
  9. Charlemagne, cet illustre barbare ; Saint Louis, moine ou roi ? ; Napoléon Ier, Bonaparte et Napoléon ; Louis XVI, autant d'ineptie que de cruauté, d'après Pierre Larousse, Pocket, 2012.
  10. Éléments pour la civilisation européennes, fasc. 112-119, 2004.
  11. Le Spectacle du monde, fasc. 497-500, 2004.
  12. Laurent Martinet, L'abattoir littéraire de Pierre Chalmin, lexpress.fr, 20 septembre 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]