Pierre Carnac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre Carnac
Description de cette image, également commentée ci-après

Pierre Carnac.

Nom de naissance Doru Todericiu
Naissance
Piatra Neamț Moldavie, Drapeau de la Roumanie Roumanie
Décès
St-Langis, Drapeau de la France France
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture roumain puis français
Mouvement Fantastique
Genres

Pierre Carnac est le nom de plume de l'historien des sciences, écrivain et conférencier français d'origine roumaine Doru Todericiu qui explore dans ses livres le thème de l'histoire et la pseudohistoire[1]. Doru Todericiu est né à Piatra Neamț, en Moldavie (Roumanie) le et est mort à St-Langis, en Normandie (France), le .

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Doru Todericiu est initialement ingénieur chimiste à l'école Polytechnique de Bucarest. Sa carrière d'écrivain à succès commence en 1961 en Roumanie, lorsqu'il découvre dans les archives de la Bibliothèque de Sibiu en Transylvanie, des schémas du XVIe siècle décrivant des pétards géants (ou feux d'artifice) dus à l'artificier Conrad Hass, dont il tire matière à des articles à succès, puisqu'il fait de la Transylvanie la patrie d'origine des fusées.

Carrière[modifier | modifier le code]

Doru Todericiu se réfugie en France en 1970 et devient chargé de recherches au CNRS à Paris (à la Maison des Sciences de l'Homme, boulevard Raspail), puis passe un doctorat en lettres et Sciences Sociales à l'Université Paris IV en 1985. Il enseigne l'histoire des sciences et des techniques à l'École Pratique des Hautes Études et à l'Université de Genève, et est membre du Comité Lavoisier de l'Académie des sciences, mais ce parcours d'ingénieur et de professeur l'ennuie, et parallèlement, il se met à écrire, d'abord sous son nom, ensuite sous le pseudonyme de Pierre Carnac, des articles puis des livres "hétérodoxes" inspirés par les thèses de Thor Heyerdahl, de Jacques Bergier, de Serge Hutin et de Robert Charroux, sur le mégalithisme, l'histoire de la navigation, de l'aéronautique, des découvertes géographiques et des migrations, développant l'hypothèse d'une civilisation mondiale technologiquement très avancée durant le mésolithique, qui aurait été ultérieurement oubliée et même sciemment occultée par la science officielle. Auprès des éditeurs et du grand public, c'est aussitôt le succès.

Son livre le plus célèbre est L'histoire commence à Bimini (Robert Laffont, 1973), écrit après l'exploration, en 1971, du site de la Route de Bimini aux côtés de Dimitri Rebikoff, ingénieur spécialisé en photographie sous-marine. Selon Doru Todericiu, ces vestiges indiqueraient qu'on aurait affaire à un ancien port submergé, comportant des quais et une double jetée, élargie à certains endroits symétriques. Pour lui, il s'agit sans doute d'un reliquat de l'antique civilisation atlante telle que l'a décrite Platon[2], à la recherche de laquelle il a consacré les dernières années de sa vie.

Retiré en Normandie, Doru Todericiu préparait à la fois une trilogie sur les symboles majeurs de la culture humaine (le cercle, le triangle et le carré) et une encyclopédie de l'étrange intitulée La science avant la Science (ces découvertes venues trop tôt que l'Histoire a oubliées) lorsqu'il est décédé en 2008[3].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Carnac, L'histoire commence à Bimini, éditions Robert Laffont, 1973, p. 2
  2. Pierre Carnac, L'Histoire commence à Bimini
  3. Source: Andrei Badin, Doru Todericiu, in memoriam, in "Jurnalul" (quotidien roumain) du 29 mai 2008 [1]