Pierre Bourguignon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant français image illustrant Rouen
Cet article est une ébauche concernant un homme politique français et Rouen.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bourguignon.
Pierre Bourguignon
Image illustrative de l'article Pierre Bourguignon
Fonctions
Député de la 3e circonscription de la Seine-Maritime
Élection
Réélection
Prédécesseur Michel Grandpierre (PCF)
Successeur Luce Pane (PS)
Élection
Prédécesseur aucun (scrutin proportionnel)
Successeur Michel Grandpierre (PCF)
Élection
Prédécesseur Roland Leroy (PCF)
Successeur aucun (scrutin proportionnel)
Maire de Sotteville-lès-Rouen
Prédécesseur René Salmon (PRV)
Successeur Luce Pane (PS)
Conseiller régional de Haute-Normandie
Député de la Seine-Maritime
(scrutin proportionnel par département)
Biographie
Date de naissance (74 ans)
Lieu de naissance Rouen (Seine-Maritime)
Parti politique PSU (1961-1974)
PS (1974-2013)
DVG depuis 2014

Pierre Bourguignon est un homme politique français, né le 6 février 1942 à Rouen (Seine-Inférieure, aujourd'hui Seine-Maritime). Officier dans l'Ordre national de la Légion d'honneur, membre honoraire du parlement français et Maire honoraire de Sotteville-lès-Rouen.

Franc-maçon, il a présidé la Fraternelle parlementaire de 2005 à 2008[1],[2] qui regroupe les frères franc-maçons élus ou fonctionnaires du Parlement.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études au lycée Corneille à Rouen, il est un militant du Parti socialiste unifié (PSU) de 1961 à 1974[3] dans lequel il s'engage aux côtés de Michel Rocard pour livrer ses premiers combats contre le fascisme et le colonialisme en Algérie. En 1974, lorsque la direction rocardienne est mise en minorité, il quitte le PSU pour adhérer au Parti socialiste.

Il gagne son premier mandat de député en 1981 dans une circonscription considérée comme un « bastion » du PCF, face à Roland Leroy, figure historique du PCF et alors directeur de L'Humanité. En 1989, il enlève la mairie de Sotteville-lès-Rouen à la droite, victoire qui permet au SIVOM de Rouen de basculer à gauche. Il y est alors un des principaux promoteurs du projet « métrobus » en tant que vice-président chargé des transports.

A Sotteville-lès-Rouen, il met en œuvre une politique de la ville globale en agissant à la fois sur l'urbanisme, l'éducation, le sport et la culture. Il crée le festival des Arts de la rue VivaCité, le premier raid urbain City Raid, les Olympiades Intergénération... Il instaure dès les années 80 des activités périscolaires dans les écoles sur le temps du midi "Les Ateliers du midi".

Respectant l'accord de désistement républicain, il ne se maintient pas au second tour de l'élection législative de 1993, mais récupère son siège 4 ans plus tard à l'occasion de la dissolution de 1997. Il est réélu député le 16 juin 2002. Le 17 juin 2007, il est réélu député, pour la XIIIe législature (2007-2012), dans cette circonscription de Seine-Maritime (3e) avec 66,94 % des suffrages exprimés. Il fait partie du groupe Socialiste, radical et citoyen.

De 1993 à 2008, Pierre Bourguignon préside l'Association des maires ville et banlieue de France (AMVBF)[4]. Depuis 2008 il en est Président d'Honneur, Membre du Bureau. Depuis 2001, il préside le Conseil national de la formation des élus locaux (CNFEL). De 2007 à 2012, il copréside le Forum pour la gestion des villes[5], chargé du Conseil de développement. Il est membre du Comité d'honneur de l'ADMD, Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité[6]. Par décret du Premier Ministre, Pierre Bourguignon est renouvelé en 2010 au sein du Conseil National des Villes. Il en est membre du bureau.

Malgré un contexte personnel très difficile, il est réélu aux élections municipales de mars 2008 dès le premier tour avec près de 60 % des voix dans la commune de Sotteville-lès-Rouen. Quelques jours après sa réélection, il perd son épouse Marie-France des suites d'une longue maladie.

Après 7 ans d'efforts et à force de persuasion, il crée l'Agence d'Urbanisme de Rouen et des Boucles de Seine et Eure (Aurbse)[7], la 32e en France, dont il devient Président lors de l'Assemblée générale constitutive le 15 juin 2009.

Par décret du Président de la République française, il est promu Officier dans l'Ordre national de la Légion d'honneur (promotion du 14 juillet 2013

En janvier 2014, au moins 120 militants, dont 10 élus, ont annoncé leur démission du Parti socialiste. Des départs qui font suite à l'exclusion de Pierre Bourguignon, maire de Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime) qui va conduire aux municipales une liste dissidente[8].

Parmi les démissionnaires figurent une vice-présidente au Conseil régional de Haute-Normandie, un adjoint et huit conseillers municipaux de Sotteville. Selon ces militants, le bureau national du PS a commis "l'irréparable" en excluant Pierre Bourguignon, maire depuis 1989, alors que "depuis trop longtemps la section socialiste ne vit plus démocratiquement".

Depuis plusieurs années, les divergences politiques se faisaient sentir entre le maire sortant, et Luce Pane, 60 ans, députée de la circonscription depuis 2012, et qui avait été désignée comme candidate aux élections législatives par les sections PS de la circonscription (sauf à la section de Sotteville-lès-Rouen où Pierre Bourguignon avait obtenu la majorité) en ayant passé alliance avec le courant fabusien et choisi comme suppléant Frédéric Sanchez maire de Le Petit Quevilly et Président la Métropole Rouen Normandie. Une trahison politique qui se renouvellera lors des élections municipales de 2014 où Luce Pane présenta une liste contre le maire sortant.

N'acceptant de se soumettre au vote de la section de Sotteville-lès-Rouen et mettant en avant une décision favorable à son encontre du tribunal administratif (dans laquelle le juge souligne notamment le désinvestissement manifeste de Luce Pane pour son mandat municipal et d'autres manquements), dont il reproche à la rue de Solférino de ne pas avoir tenu compte, Pierre Bourguignon a décidé de conduire une liste concurrente, à laquelle s'est rallié le Parti communiste qui sous la pression du PS local a pourtant apposé son logo sur la liste Pane. De son côté Europe Écologie-Les Verts (EELV) s'est rangé du côté de la liste du PS.

Mandats[modifier | modifier le code]

  • Depuis 2014 : Conseiller municipal de Sotteville-lès-Rouen conseiller a la Métropole Rouen Normandie

Anciens mandats[modifier | modifier le code]

  • Député de 1981 à 1993, puis de 1997 à 2012
  • Conseiller régional de Haute-Normandie (1981-1989)
  • Conseiller municipal de Sotteville-lès-Rouen (1983-1989)
  • Maire de Sotteville-lès-Rouen (1989-2014)
  • 2008-2014 : vice-président de la Communauté d'agglomération Rouen-Elbeuf-Austreberthe chargé de l'Urbanisme, du Plan de déplacements urbains et de l'Aménagement

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Les socialistes et la ville, L'Encyclopédie du socialisme, 2005

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]