Pierre Bordes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierre Bordes
Pierre Bordes (Agence Meurisse).jpg
Fonction
Gouverneur d'Algérie
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
PerpignanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Pierre Bordes, né Pierre Louis Bordes à Oloron-Sainte-Marie (Basses-Pyrénées) le et mort à Perpignan (Pyrénées-Orientales) le [1], est un homme politique et haut-fonctionnaire français. Il fut gouverneur de l'Algérie de 1927 à 1930.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre Bordes entouré des chefs indigènes (Algérie, 1928)

Issu d'une famille de la petite bourgeoisie béarnaise, Pierre Bordes effectue des études de droit. Protégé de Louis Barthou, il entame sa carrière en 1897 en étant nommé par ce dernier sous-préfet de Muret, tout en étant alors le plus jeune sous-préfet de France. Il est nommé le sous-préfet de Céret (Pyrénées-Orientales)[2]. Il donne sa démission en 1906 et tente, sans succès, de se présenter dans l'arrondissement de Céret aux élections législatives de cette même année, battu par Paul Pujade[3]. Il réintègre le corps préfectoral et se rapproche du Parti radical, puis devient en 1912 directeur des Chemins de fer de l'État en Algérie puis directeur de la Sécurité générale sous le mandat de Charles Lutaud, gouverneur de l'Algérie de 1911 à 1918. Préfet de la Sarthe de mars 1914 à juin 1917, il revient en Algérie comme préfet de Constantine puis est affecté comme trésorier payeur-général en Meurthe-et-Moselle en janvier 1920. Nommé préfet d'Alger en août 1926, il devient gouverneur général d'Algérie en 1927. Il s'active alors notamment à préparer les fêtes du centenaire de la conquête de l'Algérie par la France qui ont lieu en 1930. Malgré le succès des commémorations, il est remplacé en octobre 1930 par Jules Carde au poste de gouverneur[4].

Ayant épousé en 1901 la fille de l'ancien maire d'Arles-sur-Tech Joseph Pallarès[2], il revient dans les Pyrénées-Orientales et semble alors avoir aidé de nombreux Arlésiens à entrer dans l'administration coloniale ou dans diverses autres fonctions publiques[5]. Il se présente sans succès à diverses élections. Il est enterré à Arles-sur-Tech.

Fonctions[modifier | modifier le code]

  • 1897-1898 : Sous-préfet de Muret
  • 1898-1905 : Sous préfet de Céret
  • 1909-1911 : Sous-préfet de Dax
  • 1911 : Chef de cabinet du ministre du Commerce
  • 1911 : Chef de cabinet du ministre des Postes et des Travaux publics
  • 1914-1917 : Préfet de la Sarthe
  • 1917-1919 : Préfet de Constantine
  • 1919-1920 : Secrétaire général du gouvernement général
  • 1926-1927 : Préfet d'Alger
  • 1927-1930 : Gouverneur général d'Algérie

Mandats[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le département de la Sarthe et la guerre, août 1914-août 1915 : rapport spécial présenté au Conseil général par Pierre Bordes, préfet du département de la Sarthe, Le Mans, Conseil général de la Sarthe, , 48 p. (notice BnF no FRBNF31845113)
  • Dans le Rif : (Carnet de route d'un marsouin), Lyon, Impr. des missions africaines, , 87 p. (notice BnF no FRBNF31845111)

Hommages[modifier | modifier le code]

Le fort Pierre Bordes est nommé en son honneur. Une salle de spectacle d'Alger est également nommée en sa mémoire[4], à l'époque de l'Algérie française, ainsi qu'un square de Maison-Carrée, rebaptisé en 1934 square Albert Ier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Autorité BnF
  2. a et b Jacques Cantier, « Bordes (Pierre, Louis) », dans Nouveau Dictionnaire de biographies roussillonnaises 1789-2011, vol. 1 Pouvoirs et société, t. 1 (A-L), Perpignan, Publications de l'olivier, , 699 p. (ISBN 9782908866414)
  3. Jacques Cantier, « Les gouverneurs Viollette et Bordes et la politique algérienne de la France à la fin des années vingt », Revue française d'histoire d'outre-mer, t. 84, no 314,‎ , p. 25-49 (lire en ligne, consulté le 19 août 2014)
  4. a et b Biographie sur le site Mémoire d'Afrique du Nord
  5. arlessurtech.canalblog.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Cantier, « Bordes (Pierre, Louis) », dans Nouveau Dictionnaire de biographies roussillonnaises 1789-2011, vol. 1 Pouvoirs et société, t. 1 (A-L), Perpignan, Publications de l'olivier, , 699 p. (ISBN 9782908866414)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]