Pierre Bernard Milius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Milius.

Pierre Bernard Milius (Bordeaux 4 janvier 1773 - Bourbonne-les-Bains 11 août 1829) est un marin français qui participa à l'expédition vers les Terres australes conduite par Nicolas Baudin, fut gouverneur de la Réunion puis administrateur de la Guyane et s'illustra à la bataille de Navarin.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Il s'embarqua à l'âge de 14 ans comme pilotin sur un bâtiment de commerce dont son père était l'armateur, et fit plusieurs voyages aux Antilles de 1787 à 1793. La guerre éclata entre la France et l'Angleterre et il entra donc dans la marine de la République, servant successivement comme chef de timonerie à bord des frégates l'Andromaque et la Fraternité. Nommé aspirant de première classe en 1794, il passa sur la frégate la Précieuse qui faisait partie de l'armée navale aux ordres de l'amiral de Villaret-Joyeuse.

Missions diverses[modifier | modifier le code]

Au combat que cette armée soutint le 1er juin 1794 contre l'amiral Howe, Milius chargé d'aller dans un canot porter, sous le feu de l'ennemi, une remorque a un bateau complètement démâté. Il remplit sa mission avec tant d'intelligence et d'intrépidité qu'il obtint en récompense le grade d'enseigne de vaisseau. À la fin 1794, il s'embarqua sur la Virginie et assista aux brillants combats que cette frégate soutint contre les Anglais. En juin 1795, il se trouvait à la bataille de Groix, où il rendit les plus grands services et obtient le grade de lieutenant de vaisseau le 21 mars 1796. Il s'embarqua comme lieutenant de pied chargé du détail sur la Révolution et fit sur ce bateau l'infructueuse bataille d'Irlande.[1] Il passa ensuite sur la frégate l'Immortalité, à bord de laquelle il participa aux trois combats qu'elle soutint sur les côtes d'Irlande. Dans le dernier, la frégate tomba aux mains des Anglais et Milius fut retenu prisonnier. De retour, il s'embarqua sur la frégate le Dix-Août.

L'expédition Baudin[modifier | modifier le code]

Le Géographe et Le Naturaliste

Pierre Bernard Milius participa à l'expédition conduite par Nicolas Baudin en tant que lieutenant de vaisseau à bord du Naturaliste en 1800 en tant que second, où il devient l'ami de Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent. De fait, dans son Voyage dans les quatre principales îles des mers d'Afrique paru en 1804, ce dernier le présente comme un marin confirmé qui joint amabilité et talents[1].

Malade durant une partie du voyage, il abandonne l'expédition à Port Jackson, le 18 mai 1802, et parvient à rejoindre l'île de France en février 1803 via la Chine[2] par d'autres moyens. Il prend le 28 septembre 1803 le commandement du Géographe (qui arrive à l'île de France le 7 août) à cause de la mort (de phtisie) de Nicolas Baudin, le 16 septembre[3]. Cette nomination est mal acceptée par le second Freycinet, l'état-major et l'équipe des naturalistes. Milius mène le navire à bon port qui fait son entrée à Lorient le 21 mars 1804.

Le gouvernement de Bourbon[modifier | modifier le code]

Milius est gouverneur de Bourbon du 13 septembre 1818 au 14 février 1821, date à laquelle il quitte l'île après avoir demandé son rappel, écœuré qu'il était du peu de reconnaissance des habitants de Bourbon pour ses réalisations. Celles-ci furent particulièrement nombreuses dans le domaine de l'éducation. Ainsi, le 24 décembre 1818, il décide de fonder à Saint-Denis le collège Royal de Bourbon, qu'il place sous la direction du colonel Maingard lorsqu'il ouvre en 1819. Cette même année, il fonde par ailleurs la Société philotechnique de Bourbon afin d'entretenir le goût des arts, des lettres et des sciences dans la colonie[4].

En matière d'aménagement, Milius se révèle également un homme d'action. Il sillonne l'île, dresse de nombreux rapports pour les autorités ministérielles et donne de l'impulsion à plusieurs projets hors du champ de l'instruction qu'il contribue à développer. Ainsi, il préconise le développement de la petite culture et fait construire une jetée au Barachois pour l'embarquement et le débarquement des marchandises. C'est également sous son gouvernement que sont conduits les travaux du canal sur la Rivière Saint-Étienne qui devait approvisionner Saint-Pierre en eau[4]. Par ailleurs, si l'on en croit Louis Héry, il fut à l'origine de la découverte par le botaniste Nicolas Bréon des sources thermales de Cilaos pour l'avoir envoyé les chercher avec l'aide d'un médecin appelé Sénac.

Il doit sa déconvenue à la poigne qu'il manifesta en utilisant les pouvoirs de commandant et d'ordonnateur de La Réunion que le gouvernement royal avait concentrés en ses mains en tentant de tirer les leçons de la précédente administration, celle d'Hilaire Urbain de Laffite du Courteil. Elle lui créa de nombreux problèmes avec une partie de la population qui l'accusa de despotisme et en fit l'objet de sombres cabales[4].

Gouverneur de la Guyane[modifier | modifier le code]

Milius se retrouve administrateur de la Guyane de 1823 à 1825. Durant ce séjour, il fait remplacer l'ancienne église de Cayenne, l'église Saint-Nicolas, en lançant la construction de la cathédrale Saint-Sauveur qui n'est achevée qu'en 1833, soit bien après son départ.

La bataille de Navarin[modifier | modifier le code]

Menée dans le cadre de la Guerre d'indépendance grecque, la bataille de Navarin voit la participation de Milius. À la tête d'un vaisseau de ligne de 80 canons, le Scipion, il s'y illustre.

Postérité[modifier | modifier le code]

Une rue de Saint-Denis de la Réunion perpendiculaire à la Rivière Saint-Denis porte actuellement le nom de Pierre Bernard Milius.


Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voyage dans les quatre principales îles des mers d'Afrique, Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, 1804.
  2. Il demeure quatre mois à Canton
  3. Entretemps le navire était commandé de facto par le second, Henri de Freycinet
  4. a, b et c « Pierre-Bernard Milius », site de Hoarau.

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre-Bernard Milius, Récit du voyage aux Terres australes par Pierre--Bernard Milius, second sur le Naturaliste, édité par Jacqueline Bonnemains & P. Hauguel, Le Havre, Société havraise d'études diverses, 1987.
  • Pierre-Bernard Milius, Voyage aux Terres australes. Un officier de marine de l'expédition Baudin découvre l'Australie et la Tasmanie : 1800-1804, Besançon, La Lanterne magique, 2009