Pierre Barbéris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barbéris.
Pierre Barbéris
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
CalvadosVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjoint
Marie-Anne Charbonnier (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Jean-Jacques Barbéris (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Pierre Barbéris, né à Paris le 3 mai 1926 et mort à Luc-sur-Mer le 8 mai 2014[1], est un écrivain et critique littéraire français.

Surtout connu pour ses travaux sur Balzac, mais aussi spécialiste de Stendhal et de Chateaubriand, son approche, fortement marquée par le marxisme, s'inscrit dans le sillage de Georg Lukács.

Biographie[modifier | modifier le code]

De 1942 à 1946, il est élève au lycée Henri-IV puis, de 1946 à 1951, à l'École normale supérieure de Saint-Cloud[2].

Après avoir effectué son service militaire à l'École d'officiers de Strasbourg (1951-1952), il est professeur au lycée français d'Alep en 1952, puis au lycée franco-libanais de Beyrouth de 1954 à 1961. Agrégé de Lettres modernes en 1960, il est successivement assistant à l'ENS de Saint-Cloud (1961), maître assistant (1963), maître de conférence à l'École normale supérieure de Saint-Cloud (1967), professeur (1972) professeur de littérature moderne à l'université de Caen (1976)[3].

De 1969 à 1975, il est président de l'Association française des enseignants de français et, de 1969 à 1971, président fondateur de la Société des études romantiques. En 1976, il propose une approche originale de l'œuvre de Chateaubriand avec Chateaubriand, une réaction au monde moderne. À la suite de Georg Lukács[4], il fait une place importante dans ses analyses au rapport entre la création littéraire et son contexte socio-politique, montrant ainsi comment la littérature romantique a pu être, en son temps, un « moyen de lecture du réel ».

Il propose aussi une réflexion sur la méthodologie avec Le Prince et le marchand (1980), vivement critiquée par René Pommier qu'il avait mis en cause dans cet ouvrage[5].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Il est l'époux de Marie-Anne Charbonnier, agrégée de lettres classiques et professeur de lettres au lycée Henri-IV, avec qui il a un fils, Jean-Jacques Barbéris, né en 1980, normalien (LSH 2000), agrégé d'histoire et énarque, ancien conseiller du président de la République François Hollande (2014-2016), puis directeur de l'activité institutionnelle chez Amundi.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Le monde de Balzac (page de couverture de l'édition originale, avec photo de Balzac).
  • Aux sources de Balzac. Les romans de jeunesse, Les Bibliophiles de l'Originale, 1965.
  • Balzac et le mal du siècle, contribution à une physiologie du monde moderne, t. I : une expérience de l'absurde, aliénations et prises de conscience 1799-1829 ; t. II De la prise de conscience à l'expression 1830-1833, Gallimard, 1970.
  • Mythes balzaciens, Armand Colin 1971.
  • Balzac, une mythologie réaliste, coll. Thèmes et textes, Larousse 1971.
  • Le Père Goriot de Balzac, écriture, structure significations, coll. Thèmes et textes, Larousse 1971.
  • Introductions à : Les Paysans (Garnier Flammarion), La Cousine Bette, Splendeurs et misères des courtisanes (Folio), Le Médecin de campagne, Le Curé de village, César Birotteau, La Duchesse de Langeais, La Fille aux yeux d'or (LGF-Livre de poche).
  • Le Monde de Balzac, Arthaud 1973, réédition Kimé 1999, coll. « détours littéraires » (ISBN 2-84174-163-X).
  • À la recherche d'une écriture : Chateaubriand, 1974.
  • Chateaubriand, une réaction au monde moderne, Larousse, 1976 (ISBN 2030350311).
  • Le Prince et le Marchand. Idéologiques : la littérature, l'histoire, Fayard, 1980 (ISBN 2213008310).
  • Sur Stendhal, Paris, Éditions sociales, 1982.
  • Méthodes critiques pour l'analyse littéraire, ouvrage collectif avec Daniel Bergez, Pierre-Marc de Biasi, Luc Fraisse, éditions Armand Colin, 2005.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Pierre Barbéris (1926-2014), écrivain, spécialiste de Balzac et chercheur engagé », LeMonde.fr, 13 mai 2014
  2. Francis Marmande, « Pierre Barbéris (1926-2014), écrivain, spécialiste de Balzac et chercheur engagé », Le Monde, 13 mai 2014.
  3. Gérard Gengembre, Pierre Barbéris, lecteur militant, http://www.laviedesidees.fr/IMG/pdf/20150508_barberis.pdf
  4. Larousse des littératures, 1988, Paris, tome 1, p.  155[réf. incomplète]
  5. Un Marchand de salades qui se prend pour un prince. Réponse du « petit Pommier » au « grand Barbéris », Roblot, 1986, Nouvelle édition sous le titre Le Misanthrope de son interprétation et de la prétendue pluralité du sens, Eurédit[réf. souhaitée], 2007[réf. incomplète]