Pierre Bacchus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierre Bacchus
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités

Pierre Bacchus, né le à Mézières et mort le à Paris, est un astrophysicien et informaticien français qui fit l’essentiel de sa carrière en tant que professeur à la faculté de Lille.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il réalisa ses études à l’École normale supérieure de Paris. Il fut agrégé de physique. Il choisit la carrière de l’Enseignement supérieur. Il est ainsi devenu docteur ès sciences physiques. Il a travaillé sur la spectroscopie Raman et sur le sodium atmosphérique. Il a collaboré, entre autres, avec Alfred Kastler puis avec Pierre Lacroute à l’Observatoire de Strasbourg où il étudia aussi les vitesses radiales, la photométrie et la mesure photographique des cercles méridiens.

Lors de la préparation de sa thèse de doctorat d’Etat avec Pierre Lacroute, futur père du programme Hipparcos du CNES (1966), ils ont eu l’idée d’utiliser un satellite artificiel pour mesurer avec plus de précision qu’au sol les distances des étoiles[1],[2],[3].

En 1962, il a été nommé professeur d’astronomie à la faculté des Sciences de Lille, succédant à Vladimir Kourganoff à la direction de l’Observatoire de Lille. Il fut également le directeur fondateur du laboratoire de calcul de la faculté et conserva la double casquette d’astronome et d’informaticien jusqu’à sa retraite en 1986[4].

Pierre Bacchus ne pouvait dissocier physique, astronomie et calcul scientifique, il s’impliqua avec énergie dans l’informatique naissante : pour rendre mieux accessibles les volumineux calculs qu’on rencontre souvent en astronomie, il réalisa notamment un compilateur ALGOL 60 pour l’IBM 1620 de la faculté[5].

Il fut un membre très actif de la Société Astronomique de France[6].

Ouvrages principaux[modifier | modifier le code]

  • Méthode photoélectrique d'observation des étoiles doubles, Paris, impr. J. & R. Sennac, Thèse. sciences . physique. Strasbourg. 1959. No 187[7]
  • Manuel du langage algorithmique Algol 68, Groupe Algol de l'AFCET [Association française pour la cybernétique économique et technique] ; rédigé sous la direction de Pierre Bacchus, Jacques André et Claude Pair, Paris Hermann, 1975[8]
  • Prospects of Space Astrometry, P. Bacchus et P. Lacroute, Symposium - International Astronomical Union, Volume 61 (New Problems in Astrometry), 1974 , pp. 277-282[9]
  • Solutions de problèmes de sciences physiques donnés aux concours d'entrée aux grandes écoles, Vuibert 1955, 1959, 1961, 1965, 1968, 1970

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]